Accueil » Salon de Provence fête les 50 ans de l’EVAA

Salon de Provence fête les 50 ans de l’EVAA

2.500 invités sont attendus, le samedi 6 octobre 2018, sur la base aérienne de Salon-de-Provence pour fêter le demi-siècle d'existence de l'Equipe de voltige de l'Armée de l'Air. Honneur aux anciens qui ont enrichi la palmarès de la voltige française.

6.10.2018

Une sérigraphie toute particulière déclinée du code Aresti orne la dérive des Extra 330SC de l'EVAA en 2018. Les pilotes ont ajouté cette figure commémorative à leur programme de présentation, pendant toute la saison des meetings. © Caroline Séry / Armée de l'Air

C’est en fait l’Aviation légère de l’armée de Terre, au début des années 60, qui fut pionnière avec ses monoplans Nord 3202. L’ALAT a été la première à se doter d’une unité spécifique destinée à participer aux compétitions nationales et internationales de voltige. Dans la foulée, le Général Maurin, alors chef d’état-major, décida de créer une Equipe de Voltige Aérienne pour de l’Armée de l’Air. Avec ses Stampe SV4, elle s’installera, en 1968, sur la Base Aérienne 701 de Salon de Provence… Il y a tout juste 50 ans.

Le vénérable biplan laissera sa place en 1970 au CAP 10B pour la formation de base et l’entrainement des pilotes de l’équipe et au CAP 20 pour la compétition. C’est la même année que l’équipe participera à sa première compétition internationale à Hullavington (B).

Successivement équipée de CAP 20, CAP 230 (300 cv) , CAP 231, CAP 232 et enfin Extra 330SC, l’Equipe de voltige accumule les victoires. L’EVAA, en 2018, peut ainsi se féliciter d’avoir apporté à la France le plus grand nombre de titres et médailles face aux autres nations engagées dans les compétitions internationales, dont  8 titres de champion du Monde en  individuel et par équipe.

C’est cette histoire que l’Armée de l’Air va commémorer aujourd’hui, en présence de 2.500 invités, sur la base aérienne 701 de Salon de Provence…  Philippe Chetail

5 commentaires

  • bdd13
    bdd13

    L’auteur a vite oublié que l’EVAA a accueilli et parrainé localement les 50 ans du BIA avec l’Académie d’Aix-Marseille, et que les 2500 attendus étaient surtout des lycéens et collégiens, détenteurs, récipiendaires, ou inscrits au BIA…
    Cette petite fête n’était donc pas publique, mais sur invitation, soit par l’EVAA, soit par l’Académie.
    Cela étant, entre les exposants venus pour le BIA (industriels, simulateurs…), une compétition open de voltige (commentée par Popof svp !), et des démos en vol fabuleuses, force est de constater que ce fut un des plus beaux meetings que Salon a connu.

    • Philippe Chetail
      Philippe Chetail

      Effectivement (et l’auteur ne l’a pas « vite oublié »comme vous le prétendez) l’EVAA parraine bien le BIA localement, mais cette brève d’annonce de l’événement (qui n’était pas non plus une invitation publique, ce qui explique sa publication le jour même de cet anniversaire) n’était pas destinée à valoriser ce partenariat mais juste à traiter l’actualité relative à cet anniversaire. Autrement dit, ce n’était pas le sujet… mais les commentaires sont aussi là pour çà et vous avez pu le préciser… c’est donc parfait !
      Cela dit si sais aussi que nombre d’invités l’étaient au titre du BIA, les 2500 personnes présentes l’après midi n’étaient pas non plus que des collégiens, détenteurs et récipiendaires du précieux sésame qui a initié tant de carrières aéronautiques, mais des anciens de l’équipe, familles, amis, organisateurs de meetings et autres partenaires de ces 50 années d’existence… qui formaient le « gros de la troupe ». Et vous avez tout à fait raison lorsque vous dites que ce fut (sans doute), si ce n’est celui des anniversaires successifs de la PAF (dont le dernier en 2013) l’un des meilleurs meetings que Salon a connu. Philippe Chetail

  • Gerzam

    Heureux d’apprendre , le 08 octobre, une manifestation ayant lieu le 06…..
    Merci beaucoup….

  • dervel

    hello, juste une précision. l’EVAA n’a pas volé sur cap 20 L (pour léger) mais sur cap 20 tout court ( lourd ou standart comme on veut). le 20 L est arrivé après et n’a rien à voir avec le 20. ni le fuselage, ni l’aile et même pas le moteur.

    • Jean-Mi

      Des CAP 20 L, non, mais des CAP 21, si, en attendant les 230. (si je ne m’abuse…).
      Le CAP 20L est en effet un avion « neuf » qui est une révolution et la fondation qui mènera par évolution successive au CAP 232, via le CAP 21 qui introduit le profil symétrique V16FD qui est depuis utilisé (ou dérivé) sur quasi toutes les machines de voltige !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.