Accueil » Un Mirage 2000D perd une munition d’entrainement en vol.

Un Mirage 2000D perd une munition d’entrainement en vol.

Aucun risque d’explosion, mais attention tout de même au choc cinétique et à l’impact médiatique d’un incident qui reste malgré tout rarissime… Halte au feu… médiatique !

11.04.2018

Sur le site du Parisien : un magnifique Mirage 2000-5F des Cigognes, porteurs de missiles MICA. Du côté de MBDA on nie toute responsabilité dans l’accident… © Aerobuzz.fr

La munition est tombée hier sur la commune de Nogent-sur-Vernisson (Loiret), passant à travers la toiture d’une usine et blessant légèrement deux personnes. Plus de peur que de mal donc, mais un traitement de l’information d’anthologie de la part de médias pour lesquels les mots gardent un sens très approximatif… On peut lire ici ou là les aventures d’une « réplique de bombe », d’une « ogive », d’un « obus », d’un « cône »… le tout illustré par des photos de Mirage 2000 de tous types, parfois même de 2000-5F armés de missiles MICA.

Capture d’écran du site « 20 minutes », avec un Mirage 2000C en illustration. Le Mirage « lâche par erreur une bombe d’exercice ». Attention au sens des mots ! © Aerobuzz.fr

Une bombe factice en plastique et métal peinte en bleu

Le nom officiel de l’objet en question est « emport d’exercice » ou « BF4 » dans la nomenclature de l’armée de l’Air : il s’agit d’une bombe factice en plastique et métal peinte en bleu, pesant 16 kg et pouvant être équipée d’une cartouche fumigène de restitution d’impact. La BF4 est conçue pour reproduire la trajectoire balistique d’une Mk82 classique et peut être tirée à très grande vitesse.

Des BF4 montées sous un Mirage F1. © Frédéric Lert/Aerobuzz.fr

Ces emports sont totalement inoffensifs, mis à part l’énergie cinétique pouvant être dégagée à l’impact. Les vols de navigation sont autorisés à l’entrainement avec de type d’emport, mais restent formellement interdits avec des munitions « bonnes de guerre ».

Une munition manquait

Sur l’incident lui-même, le Sirpa Air indique que l’ « un de ces emports factices s’est désolidarisé de l’avion sans qu’aucune procédure de largage n’ait été engagée par l’équipage ». Ni l’équipage de l’avion ni son ailier ne se sont d’ailleurs aperçu de ce largage inopiné, sans doute du à une défaillance du lanceur. C’est en arrivant sur le champ de tir de Suippes qu’une inspection visuelle de l’avion en vol, procédure normale avant d’entamer les passes de tir, a révélé qu’une munition manquait.

Les deux appareils ont alors annulé la mission et sont rentrés directement à Nancy. A leur atterrissage, la nouvelle de l’incident était déjà parvenue sur la base via le réseau de la Gendarmerie. L’avion a bien évidemment été bloqué au sol tandis que les équipes de l’enquête technique et judiciaire auditionnaient les deux équipages et procédaient aux premières vérifications techniques.

Frédéric Lert

4 commentaires

  • titi

    La com de l’armée sur France Inter a été risible :  » oui il arrive qu’on perde des cartes en vol de nos avions mais une munition d’exercice c’est bien la 1ère fois! » a t-il déclaré sérieusement. Du pain bénie pour la presse non spécialisée.

  • Jean-Mi

    Faut arrêter d’être hypocrite et polémiste à tord et à travers ! Ca m’énerve et mon cardiologue veut pas que je m’énerve…

    Mettre un vol un A380 de 400 tonnes, ben ça fait 400 tonnes qui vous passe au dessus de la tête ! Et oui… Ce matin un RER de plusieurs centaines de tonnes m’est passé à 1 mètres de distance !!! Quel scandale ! A un mètre près, je prenais un train dans le pif ! Heureusement qu’il est resté sur ses rails… En plus après être monté dedans il à roulé à 100 km/h alors que j’étais debout dans le couloir sans même me tenir ! Quelle honte ! Vous même, ce matin, avez dut conduire votre voiture pour aller bosser. Avez conscience du risque que vous avez fait prendre aux gens que vous avez frôlé le long des trottoirs à 2 ou 3 mètres de distance alors qu’un pneu pouvait crever à tout moment et que vos enjoliveurs de roues sont à peine clipsés sur vos jantes ?

    Aller, on se calme. Il y a parfois des blocs de glace qui se détachent des avions de ligne, des trains qui projettent des pierres, et j’ai pris il y a pas longtemps un gravillon dans mon pare-brise qui l’a fendu. Ca fait parti des risques aléatoires que l’on accepte en essayant de les éviter. Ou sinon il faut vivre dans un bunker.

  • Fausto

    « Ces emports sont totalement inoffensifs, mis à part l’énergie cinétique pouvant être dégagée à l’impact. »
    « totalement » hein ??? Telle une boule de pétanque larguée en vol ?
    En clair, à l’impact tout va bien, mis a part qu’en se prenant le bidule dans la tête, tout va mal…
    L’art de la langue de bois et l’état d’esprit Franco-Français de se défausser sans honte ni reproches devant ses responsabilités !
    Imaginons un 320 survolant Coulommiers, qui perd juste un dzus de son ventre tout mou-mou, le dzus atterri « par malchance » sur la tête d’un pauvre citoyen qui n’a rien demandé à personne et qui se promenait par là, et qui ne survit pas à l’impact…
    Le scandale, la une du 20 h…
    Tout cela me donne la gerbe, journaleux inclus !

  • Ronfly

    C est moche…c est pas y bonne periode pour les pétafs…une pensée pour eux et pour les blessés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.