Accueil » Premiers tests du système de propulsion du CityAirbus

Premiers tests du système de propulsion du CityAirbus

Airbus Helicopters a mené récemment les premiers tests du système de propulsion qui équipera le CityAirbus. Le démonstrateur du VTOL de l'hélicoptériste européen devrait être assemblé début 2018 pour un premier vol espéré en fin d'année.

6.10.2017

La Nouvelle-Aquitaine qui est déjà un des pivots de l'Europe de l'aéronautique, se positionne résolument en pointe sur le marché émergeant des drones. © Airbus

Le CityAirbus, c'est l'appareil électrique à décollage et atterrissage vertical (VTOL, vertical take-off and landing) imaginé par Airbus sous la forme d'un quadricoptère, destiné à la mobilité urbaine et capable à terme d'emporter quatre passagers à 120 km/h. Ce premier test a permis aux équipes du CityAirbus de vérifier les performances de chacune des hélices ainsi que l'intégration du système de propulsion avec deux hélices carénées à taille réelle, les moteurs électriques Siemens de 100kW et tous les systèmes électriques. “Nous avons...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

3 commentaires

  • PIERRE

    AirbusHelicopters a aussi inventé la citybattery ou bien il s’agit encore d’un effet d’annonce qui fera encore pchttt façon Efan..???
    Sont trop fort chez busbus….

    • Fbs

      Pas grave, l’idee c’est toujours de chasser la subvention et c’est pas les politiciens qui sont prêt à dilapider l’argent public pourvu qu’on parle d’eux qui manquent…

      On fera ensuite un projet hybride, et on filera le bébé à une boîte externe pour s’en débarrasser, ça marche très bien, pourquoi s’en priveraient ils ?

      • Pilotaillon

        Sauf erreur, les subventions sont validés par les règlementations internationales.
        Nous avons entendu Boeing « s’émouvoir » au sujet des avantages concurrentiels concédés de cette manière à Airbus et vice versa. Autant pour le civil que le militaire.
        Qui pourrait nous éclairer pour avoir une idée de la portée de ces dépenses « de connivences » : combien d’emplois dépendent de la performance technique et commerciale d’Airbus ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.