Accueil » Flying Whales regarde du côté du Centre spatial Guyanais

Flying Whales regarde du côté du Centre spatial Guyanais

Flying Whales et ArianeWorks étudient le transport par dirigeable LCA60T de Themis, le démonstrateur d’étage de fusée bas coût et réutilisable.

27.10.2020

Le but recherché est d’utiliser le dirigeable LCA60T de Flying Whales pour aller récupérer Themis, le démonstrateur d’étage fusée bas coût et réutilisable, à plusieurs centaines de kilomètres au large des côtes guyanaises et de le livrer directement sur le site du Centre Spatial Guyanais (CSG), à Kourou. © Flying Whales

Dans le cadre de son partenariat avec la Région Nouvelle-Aquitaine, ArianeGroup s’est engagé dans des études de faisabilité et de preuve de concept autour du projet d’étage de fusée bas coût et réutilisable baptisé « Themis ». Ce programme, porté par ArianeWorks, s’appuie sur plusieurs PME et startups basées en Région Nouvelle-Aquitaine et travaillant sur des sujets de pointe, aussi variés que l’IA, la robotique, les peintures ou le transport. Elle a sollicité Flying Whales pour développer un concept de transport innovant et à faible impact environnemental. L’objectif de ce partenariat est en effet de modéliser un concept d’opération par dirigeable LCA60TLe LCA60T est un dirigeable pour le transport de charges lourdes doté d’une capacité d’emport de 60 tonnes. Conçu originellement pour répondre aux besoins de l’Office National des Forêts (ONF) pour l’extraction de bois en zone difficile d’accès, le LCA60T a vocation, grâce à ses capacités uniques de chargement et déchargement en vol stationnaire, à apporter des réponses aux nombreux problèmes de logistique et d’enclavement à travers le monde avec une très faible empreinte environnementale. qui permettrait d’aller récupérer Themis, le démonstrateur d’étage fusée bas coût et réutilisable, à plusieurs centaines de kilomètres au large des côtes guyanaises et de le livrer directement sur le site du Centre Spatial Guyanais (CSG), à Kourou.

Le dirigeable LCA60T termine sa première campagne d’essais en soufflerie

Cette solution est présentée comme un moyen « de gagner un temps considérable entre l’atterrissage du lanceur sur une barge et son retour au CSG, de s’affranchir du recours à plusieurs moyens de transport (bateau + camion) et donc d’une rupture de charge et de réduire l’empreinte environnementale de l’opération. Sur le segment terrestre, le transport aérien permettrait aussi de ne pas avoir à modifier des infrastructures existantes. Enfin, aux vues des premières conclusions, le recours au LCA60T serait également plus avantageux économiquement. »

Le dirigeable LCA60T de Flying Whales sera construit en Nouvelle-Aquitaine

Le rapatriement de Themis par LCA60T depuis son point d’atterrissage jusqu’au centre de lancement permettrait ainsi une rationalisation de la logistique, en ligne avec l’objectif d’ArianeWorksArianeWorks est une plateforme d’innovation lancée par le CNES et ArianeGroup, destinée à accélérer la préparation des futures générations de fusées européennes. Elle est constituée d’une équipe projet totalement intégrée, autonome et flexible, qui favorise les approches disruptives et les méthodes agiles. Ce dispositif opère comme une start-up, permettant un pilotage dynamique des avant-projets, tout en bénéficiant de l’appui des équipes d’ArianeGroup et du CNES. ArianeWorks est en particulier en charge du développement de THEMIS, un démonstrateur d’étage fusée bas coût et réutilisable.de proposer un modèle d’opération itératif autour d’un lanceur réutilisable, est-il précisé dans le communiqué de presse diffusé par Flying Whales.

Le Québec monte au capital de Flying Whales

BPI France apporte 25 M€ à Flying Whales

Retrouvez nous en podcast et vidéo

2 commentaires

  • Tonton Volant

    Ch’ui pas moderne, j’cause pas l’ustatien !

    Mis à par ça, la remise d’une Baleine Volante — qui est dans les cartons et en « promotion » — dans l’actualité est positive.

  • Thierry Pradines

    Enfin le dirigeable est considéré sérieusement ……..et peut être qu’un jour on repensera à lui pour faire traverser l’Atlantique aux passagers, à vitesse raisonnable ,durée acceptable, et empreinte carbone réduite ….. comme dans les années 30 ….. rêvons un peu ……

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.