Accueil » Industrie – brèves » La saga du CFM56 par son « père » Pierre Alesi

La saga du CFM56 par son « père » Pierre Alesi

Avec plus de 31.000 réacteurs livrés, près de 13.400 avions volant avec ce moteur à l'heure actuelle, le CFM56 a fait entrer la France dans le cercle fermé des grands motoristes © Philippe Stroppa / Safran

Le Groupe Professionnel Aéronautique & Espace Paris des Ingénieurs Arts & Métiers organise le 23 octobre 2017 une conférence sur "la saga du CFM56". Pierre Alesi, considéré comme le « père » du CFM 56, et l'amicale de l'ISAE-SUPAERO ENSICA présenteront le réacteur le plus vendu dans le monde, ainsi que son évolution jusqu’au « Leap. »

Le Groupe Aéronautique & Espace Paris, en partenariat avec l’Amicale ISAE-SUPAERO ENSICA , organisent une conférence sur « La saga du CFM56 » le 23 octobre 2017 à l’Hôtel des Arts et Métiers, à Paris.

Pierre Alesi, ingénieur Arts et Métiers et ingénieur en chef du programme chez Snecma, prix Nessim Habif 2017, à qui l’on doit la « paternité » du CFM56, et ses jeunes collègues, présenteront ce réacteur, considéré comme le plus vendu dans le monde, ainsi que son évolution depuis les années...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

4 commentaires

array(1) { [0]=> int(33) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • L’idée d’un moteur de 10 tonnes (de poussée) est bien française, origine SNECMA. Celle-ci a cherché un partenaire: Pratt en premier, puisque PWA détenait à l’époque 8% au moins du capitale de Snecma. PWA a dit non: il fallait protéger son fétiche: le JT-8… Alors, RR qui était partenaire de Snecma sur le programme Concorde: pas d’intérêt pour RR… Alors, en fin de compte, pourquoi pas frapper chez GE? GE n’était pas grand chose en matière civile, mais il avait un corps HP qui correspondait, mais c’était un moteur secret (moteur F 101 de bombardier stratégique, donc inexportable!)
    Il a fallu la tenacité de R Ravaud et l’entente avec G Neumann, le patron de GE pour vaincre toutes les réticences… Sans l’obstination de Snecma, pas de CFM! P Alesi saura le dire

    Répondre
  • Ne pouvant être à Paris à cette date, cette conférence sera-t-elle enregistrée et visible en replay sur Gadz.tv ?

    Répondre
  • En effet General Electric etait en charge de la partie chaude qui est la partie « noble ». Il semble que l’auteur de l’article se soit laisser emporter par son nationalisme :))

    Répondre
  • Oui enfin le vrai père du CFM56 c’est General Electric, qui était en charge de la conception du compresseur HP et de la turbine HP, autrement dit des modules les plus importants (et les plus difficiles à faire) dans un moteur d’avion. La Snecma n’a fait que deux moteurs civils toute seule : le Sam146 et le Silvercrest. L’histoire n’est pas terminée, mais à l’heure qu’il est quand même difficile d’affirmer qu’au moins un de ces deux moteurs est un succès industriel.
    Mais je ne doute pas que Monsieur Alesi nous expliquera tout ça dans sa conférence.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(1) { [0]=> int(33) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(33) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.