Accueil » Le troisième MC-21 300 décolle

Le troisième MC-21 300 décolle

Le troisième prototype du MC-21 300 a effectué son premier vol, au départ de la piste des usines Irkut, à Irkustk, le 16 mars 2019.

19.03.2019

Le MC-21 300 numéro 3 lors de son premier décollage. Ce qui pourrait presque ressembler à un pied de nez adressé par UAC à Boeing, au moment où les 737 MAX sont cloués au sol. © UAC

Le constructeur UAC précise que le vol du troisième prototype a duré 1 heure et demi, et que l’avion est monté à l’altitude de 3.500 m. Il a volé à un peu plus de 450 km/h. Le quatrième prototype suivra en fin d’année. Ces appareils devraient rejoindre Zhukovsky, pour se joindre aux essais. Il restait au constructeur, assez de pièces américaines en stock, pour finaliser ces deux prototypes, avant d’être obligé de se tourner vers des fournisseurs indigènes pour compenser l’embargo du CATSAA sur ces fournitures.

La « supply chain » du MC-21-300 affectée par l’embargo américain

L’information est tombée alors même que le Ministre de l’industrie de Russie confirmait que le MC-21 300 sera présenté, pour la première fois, au prochain salon aéronautique et spatial MAKS 2019, qui se tiendra sur l’aéroport de Zhukovsky, du 27 août, au 1er septembre 2019. UAC n’a pas choisi par hasard cette semaine pour communiquer, le programme 737 MAX étant en grave difficulté. Manturov a tenu à souligner l’importance de montrer aux visiteurs de MAKS, le « niveau de confort » proposé en cabine. F.B.

 

A propos de François Brevot

chez Aerobuzz.fr
François Brévot est un reporter globe-trotter, chroniqueur, et photographe, passionné d’histoire contemporaine, aéronautique et spatiale, et de géopolitique. Il écrit en particulier, sur l’aviation militaire moderne ou ancienne, française ou internationale, et de nombreux récits de voyages sur des destinations et musées à caractère aéronautique. Spécialisé sur les nouvelles puissances aériennes, il visite très régulièrement les salons aéronautiques émergents du nouveau Siècle, que ce soit en Russie, en Chine, en Asie, en Turquie, et se passionne pour les nations d’Europe centrale.

2 commentaires

  • Azub 06

    Il faut savoir ménager la susceptibilité Russe.
    Comme disait mon chef pilote si le décollage est une certitude, l’atterrissage est une possibilité. Une fois en l’air d’autres options apparaissent…

    En face de l’Amérique aéronautique il y a l’Europe, la Russie et la Chine principalement.
    L’Amérique de Trump accepte difficilement la concurrence, mais si ses trois autres concurrents font bloc contre elle, elle ne pèse plus grand chose…

    La sagesse imposé le respect mutuel.

  • Stormy

    Je pense que cet avion a toutes chances – retenez son nom – alors que le 737 n’a pas fini de faire parler de lui (on en découvre tous les jours) et que les A320/21-Neo, à cause de toutes leurs qualités, ont leur production vendue pour 7 ans, nous dit-on. Rien d’étonnant à ce que les américains aient tenté récemment par tous les moyens de lui couper les ailes – mais les Russes devraient s’en sortir : un an de retard apparemment, rien à côté de la rafale qu’est en train de se prendre le 737.
    Que cela serve de leçon à ceux qui se livrent pieds et poings liés aux américains (voir le contrat Rafale en Egypte, dont la deuxième tranche n’est pas passée à cause du veto US sur les missiles, qui parait-il avaient des composants US à bord) Comme si les américains n’avaient pas d’électronique chinoise à bord de leurs produits …..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.