Accueil » MEA-2019, l’avion électrique sous toutes ses formes

MEA-2019, l’avion électrique sous toutes ses formes

Les 6 et 7 février 2019, s'est tenue à Toulouse, la conférence More Electrical Aircraft (MAE 2019). Tous les 2 ans et en alternance entre Bordeaux et Toulouse, l'association scientifique et technique SEE (Société de l'électricité, de l'électronique et des technologies de l'information et de la communication) et la Société Savante Française de l’Aéronautique et de l’Espace (3AF) co-organisent une série de conférences dédiée à la pénétration de l'électricité dans l'aéronautique.

12.02.2019

L’électrification des fonctions embarquées dans un avion est clairement un des axes privilégiés pour atteindre les ambitieux objectifs européens de réduction de 50% des émissions de CO2 à l'horizon 2050. © Gilles Rosenberger / Aerobuzz.fr

Cette année à Labege (proche banlieue de Toulouse) le MEA-2019 était jumelé avec la convention Decielec. 240 participants issus d’une dizaine de pays (France, GB, Allemagne, Espagne, Italie, Pays-Bas, Belgique, USA, Chine, Russie, …) ont assisté à 21 conférences et ont pu visiter les stands de plus de 30 sociétés.

Avec bien sûr la présence des grands acteurs industriels (Airbus, Safran, Thales, Liebherr, Leonardo, Sonaca, Nexter, ATR, Altran, etc) et des grands organismes de recherche tels que l’ONERA, le CEA, le DLR (une ONERA allemande bodybuildée), l’IRT (Toulouse), et les Universités de Milan, d’ULM, de Cranfield, Nottingham et de Bengalore (Inde) sans oublier l’ISAE-SupAero de Toulouse. Ce type d’évènement est l’occasion pour chacun d’exposer les thèmes sur lesquels il travaille; avec très rarement des annonces significatives de résultats. Autrement dit, le programme de ces deux journées a été particulièrement dense.

Comme il le fut rappelé plusieurs fois, l’objectif de tous ces développements est de réduire drastiquement les émissions nocives (gaz à effets de serre, particules et bruit) ; l’engagement de l’industrie Européenne inclut notamment de ramener en 2050 le niveau des émissions de CO2 à 50% de la valeur de celle de 2005, et ce en dépit d’un doublement du transport aérien. Et l’électrification des fonctions embarquées dans un avion est clairement un des axes privilégiés pour atteindre ces objectifs et constitue donc le sujet de cet évènement.

L’analyse des conférences montre que l’électrification de la propulsion reste le thème dominant (45% des sujets des conférences) et alors essentiellement hybride. Mais l’électrification d’autres fonctions est bien sûr aussi présentée : le green taxi (motorisation électrique des trains d’atterrissage), le dégivrage, le freinage (et notamment l’électrification des inverseurs de poussée). De nombreux points très précis de technologie (gestion de réseaux à haut voltage, nouvelles technologies de générateurs électriques, nouveaux contacteurs, …) font l’objet de « posters » (affiche papier servant de support aux commentaires « live » de l’exposant).

Nous avons vu naitre depuis quelques années de nombreux symposiums, congrès ou conférences dédiés à la propulsion électrique ; essentiellement la propulsion électrique automobile. Ceux dédiés à l’aéronautique restent moins fréquents et la conférence MEA-2019 trouve sa place aux côtés du plus gros évènement Européen organisé chaque automne à Cologne (Allemagne), l’Electric and Hybrid Aerospace Technology Symposium. GHR

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.