Accueil » Airways College repris par Paris Flight Training

Airways College repris par Paris Flight Training

Parmi six candidats à la reprise de l'école de pilotage, le tribunal de commerce d'Agen a désigné la société Paris Flight Training (PFT) comme repreneur d'Airways College, placé en liquidation judiciaire en avril 2021.

15.07.2021

Airways College s'est placé en redressement judiciaire en avril 2021. La liquidation a été prononcée quelques jours après, laissant près de 250 élèves dans l'incertitude. © Airways College / Paris Flight Training

Après avoir auditionné les six candidats à la reprise d'Airways College, le tribunal de commerce d'Agen a rendu son verdict le 2 juillet 2021. La société Paris Flight Training (PFT), créée en juillet 2020, a été désignée comme repreneur de l'école de formation de pilotes. Cette société est basée dans l'Essonne et présidée par Arnaud Chaibi. Elle est dirigée par Pascal Boisson. Selon Amélia Sommers, chargée de la communication du collectif Airways College, PFT aurait fait une offre de 2,5 millions...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

5 commentaires

  • Gerard

    « Le repreneur leur aurait demandé 10.000 euros comme condition à la reprise de leur formation »: les élèvent doivent à nouveau payer, le ton est donné !
    Quel mépris pour ces jeunes élèves dont la plupart sont endettés jusqu’au cou et qui n’ont aucune garantie de trouver un travail de pilote une fois la formation achevée …
    Ces écoles constituent une manne financière incroyable pour tous les aigrefins qui les dirigent…

    • Michel

      En formation aux EU, j’ai vu arriver un père de famille avec sa femme et ses deux gosses pour une formation Atpl pour laquelle il avait vendu la maison familiale.
      Cerise sur le gâteau: il avait commencé par 3 mois en université pour apprendre l’anglais … Évidemment, ça attire les aigrefins . Une passion (du vol… et/ou du beau salaire) s’analyse en fonction de la situation générale et de ses responsabilités personnelles. Deux citations: De Brassens, « quand on est con, on est con » et ,comme dirait la maire de Poitiers, « Il faut arrêter de rêver ». Après, le plus cher ce sont , peut-être, les regrets…

    • Fred

      Vous avez raison, il aurait été beaucoup mieux que ces élèves perdent tout. Former des pilotes à titre payant est une honte, tous sans exception sont des aigrefins sans scrupules profitant des élèves qui sont tous des idiots rêveurs incapables de se responsabiliser. Tout devrait être entièrement gratuit, les instructeurs bénévoles. Il n’y aurait plus que l’Enac et les impôts financeraient.
      Incroyable ce discours français… Et avant le Covid bizarrement plus personne ne critiquait les écoles de formation…

    • Nicolas

      Je suis assez surpris de votre commentaire ? Vous parlez de mépris ? Je ne crois pas que trouver des solutions pour permettre à l’ensemble des étudiants de continuer un cursus dont le coût est loin d’être anodin puisse être appelé comme ça bien au contraire il me semble que les repreneurs sont les seuls à avoir donner la certitude de pouvoir assurer leurs formations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.