Accueil » Boeing se résigne à clouer au sol le 737 MAX

Boeing se résigne à clouer au sol le 737 MAX

Les 737 MAX interdits de vol dans le monde entier. © Boeing

La décision d’interdire de vol aux USA les 737 MAX 8 et 9 n’a pas été annoncée ni par Boeing, ni par la FAA, mais par le président des Etats-Unis.

« Boeing continue d’avoir pleinement confiance en la sécurité du 737 MAX. ». C’est en ces termes que le constructeur américain a annoncé dans un communiqué de presse daté du 13 mars 2019 qu’il a « recommandé à la FAA la suspension temporaire des opérations de l’ensemble de la flotte mondiale de 371 737 MAX. »

Cette décision fait suite à la mesure prise par le Canada, le jour même, d’interdire de vol les 737 MAX dans son espace aérien, mais aussi à des...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

10 commentaires

array(1) { [0]=> int(30) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • par Vélo couché 06

    Dès la mise en chantier du 737 Max le problème du diamètre de l’entrée d’air réacteur s’est présenté. Parce que dans l’ancienne version elle se trouvait déjà très près du sol. D’où le méplat aisément reconnaissable…

    En augmentant le diamètre de la soufflante afin de gagner en autonomie il fallait faire des choix onéreux comme augmenter la taille des atterisseurs. Autant dire qu’il fallait dessiner un nouvel avion. Cela n’a pas été retenu.

    Boeing a choisi d’avancer les réacteurs, modifiant aérodynamique et centrage. Pas sur que les ordinateurs puissent efficacement corriger les mauvaises décisions structurelles des investisseurs Américains. Suite au prochain épisode.

    Le Président Trump a pris une décision courageuse.

    Répondre
  • @HG : Peut-être à cause de cela: « Trump said his decision was fact-based, even as he admitted it was made partly with regard for the mental well-being of American travelers. » ( CNN Politics). Il semblerait que le Président ait pris une décision, sans en référer ni à la FAA, ni au constructeur, mais en se calant sur l’opinion publique, et d’ailleurs : « Though Trump said airlines and pilots had been notified of the decision, one of the airlines using the plane said it was still working to confirm the order.
    « We are currently seeking confirmation and additional guidance from the FAA, » a Southwest Airlines spokesman said. » » (CNN Politics). C’est peut-être cela l’ingérence..

    Répondre
    • @Ares, Vous pensez donc que les autres pays qui ont pris la décision d’interdir leur aéroports au MAX 8 et 9 ont pris la décision après en avoir référé au constructeur?…..

      Répondre
      • Absolument pas HG. Ce que je constate, c’est qu’en France, c’est la DGAC, et non le Président, qui a pris l’interdiction de vol; en Allemagne c’est le ministre des transports qui a fait de même, et non la Chancelière; au niveau européen, c’est l’AESA qui a été décisionnaire; même l’Inde a appliqué l’interdiction via son Ministère de l’Aviation Civile. Aux USA, c’est le Président qui l’a fait, d’où ce sentiment bien établi d’ingérence de sa part, puisqu’il a, en quelque sorte, court-circuité les institutions de tutelle de l’Aviation Civile, ce qui peut paraître un peu léger, de la part de la soi-disant première démocratie au monde.. . Pour ce qui est d’en référer au constructeur, je trouve normal que les autorités US communique directement avec Boeing, qui est une entreprise nationale, les autres pays n’en ayant que faire, sauf par politesse, savoir vivre et autres valeurs morales.
        Bien cordialement, cher HG.

        Répondre
  • On nous dit que ce système qui trime l’avion permet de contrebalancer le couple à piquer (ou à cabrer ?) des moteurs, plus gros et placés plus en avant.
    On nous dit aussi qu’en cas de disfonctionnement de ce système (et comment on s’en rend compte ? quand on est parti à 30° de piqué, à – 2g ?) il suffit de faire sauter les palettes du trim de profondeur…. d’accord, mais alors on se retrouve avec les problèmes d’instabilité objet du paragraphe précédent, est-ce forcément mieux ? Y-a-t-il au moins une modélisation dans les simulateurs de ce système, ou de sa dé-activation ?
    Les américains vont nous faire une jaunisse, de voir filer les enregistreurs au BEA… Les Allemands n’avaient pas le niveau ? ceux qui sont dans le business sérieusement le savent depuis longtemps, mais comme le grand public (dont font partie les éthiopiens) a une perception Porsche/BMW/Mercedes, eh bien on a eu cette petite hésitation hier soir.

    Répondre
  • Les digues de l’intelligence ont cédé : « La décision a été prise sous la pression. »
    La folie atteint son paroxysme :  » Le constructeur dans la tourmente médiatique. »
    On reste sourd à la déclaration de l’accusé :  » Boeing continue d’avoir pleinement confiance en la sécurité du 737 MAX. »
    L’échafaud est prêt..il est trop tard..
    Pourtant, il reste un infime espoir : « Les enregistreurs du vol du 737 MAX 8 d’Ethiopian Airlines ont été confiées au BEA français pour analyse.  »
    Trop tard..on vous l’a déjà dit.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(30) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(30) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.