Accueil » La cabine du Boeing 787-8 d’Air Austral en version evasan

La cabine du Boeing 787-8 d’Air Austral en version evasan

Air Austral qui participe le 4 mars 2021 en soirée à l’évacuation sanitaire de quatre malades du Covid-19 de la Réunion à Paris a diffusé des photos de l’aménagement de la cabine de son Dreamliner.

4.03.2021

Cabine du Boeing 787-8 d'Air Austral utilisé pour le transport des malades du Covid-19. © Air Austral

Le premier vol est programmé le jeudi 4 mars 2021 dans la soirée, permettant le transport de 4 civières entre La Réunion et l’Aéroport de Paris-CDG. [caption id="attachment_7865453" align="aligncenter" width="1000"] L’installation dédiée aux évacuations, supervisée par le SAMU et mise en place à bord de du Boeing 787 Dreamliner d'Air Austral mobilisé pour l’occasion.
Zone verte – zone de repos : zone saine
Zone jaune – zone de déshabillage : sas pour passer de...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

10 commentaires

  • Séry

    C’est finalement un Airbus A330 ,avion militaire, qui sera utilisé.On peut donc penser que c’est l’armée qui paiera l’addition.Si cela avait été le BOEING 787 avion d’une compagnie privée ce serait donc la princesse et ses sujets qui auraient du casquer

    • BLT

      Ca revient au même. Les sous sortiront de ta poche (et des nôtres) de toute façon.
      La vraie question est de trouver le moyen le plus économe : ça coûterait peut-être moins cher d’équiper La Réunion en moyens hospitaliers durables que de transporter des malades en métropole à grand frais pour ensuite les rapatrier « aux frais de la princesse ».
      Côté aménagement, j’aurais commencé par débarquer tous les sièges dans la zone rouge pour faciliter les déplacements et aménager deux rangées de lits sur les extérieurs, ce qui doublerait la capacité.

  • Dr. Martin Schlumberger, Mayotte

    En-effet un hôpital a été emménagé à Mayotte pour accueillir des malades Covid, avec un renfort conséquent de la « réserve sanitaire » pour gérer l’arrivée des nouveaux malades qui préfèrent évidemment avoir leur famille près d’eux, plutôt que de se voir transféré à la Réunion, qui les transfère à Paris….

  • Globtrot

    Le nombre de 4 civières embarquées est extrêmement faible au regard de la capacité de cet appareil, des moyens humains engagés et donc du coût de cette opération. En connaît-t-on la raison ?

    • Jean-Mi

      Distanciation entre les civières, entre les personnels incriminés, etc… Poser une civière et tracer un cercle de « x » mètres autour, et l’on se rend compte que ça prend une place énorme. Et il faut isoler chaque malade des autres, donc problème aussi de la circulation des personnels soignants.
      La photo de la civière dans l’avion visible ici montre le volume occupé : plusieurs dizaines de sièges condamnés ! (par civière…)
      En hôpital, les images que l’on voit montrent souvent chaque malade covid isolé dans une chambre fermée étanche. Ce qui ne sera déjà pas le cas ici.
      Compliqué tout ça…
      Et oui, c’est énormément de moyens pour 4 malades.

  • Olivier

    Pourquoi ne pas utiliser un A330 MRTT avec Morphée ?
    Il a été utilisé pour des transferts à l’intérieur de la métropole lors de la première vague. Mais il est normalement particulièrement adapté à des evasan longue distance de ce type.

    • Parce que d’un côté l’armée de l’air est sous équipée en appareils, donc les A330 MRTT ont mieux à faire là où ils ne peuvent pas être remplacés, et de l’autre côté les compagnies civiles se retrouvent avec des lignes fermées, des avions parqués sur les tarmacs, et du personnel désœuvré.
      C’est donc une solution qui arrange tout le monde

    • Marcello

      L’utilisation des A330 MRTT et des A400M il y a (déjà…) 1 an correspondait à une décision politique (« Nous sommes en guerre, tous les moyens sont mobilisés etc ») et de communication : souvenez vous de la couverture médiatique sur les quelques vols réalisés. En 2021, la COVID est devenue une « routine » donc plus besoin d’utiliser des avions militaires. Comme écrit par François Jost, le parc civil est sous exploité, toute occasion de voler avec des liner transformés en cargo et/ou EVASAN est bonne à prendre. En métropole, les vols inter-régions de P180 et de Beech 1900D s’enchaînent quotidiennement dans l’indifférence médiatique générale, à part la presse quotidienne régionale qui s’en fait parfois l’écho.

      Quant à la capacité de 3 à 4 patients par avions, on rejoint les normes médicales engagées par les A330 et A400M. Les coûts sont effectivement énormes, très critiqués à la Réunion puisque plus de 80% des lits en réanimation sur l’île sont occupés par des malades …arrivés de Mayotte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.