Accueil » Le SCARA critique la gestion de la grève par la DGAC

Le SCARA critique la gestion de la grève par la DGAC

Les compagnies aériennes françaises membres du SCARA [[SCARA : le Syndicat des Compagnies AéRiennes Autonomes représente 15 compagnies aériennes françaises et 2 écoles de formation aux métiers de l'aérien qui représentent 7 300 emplois directs et 2,8 milliards d'euros annuel de chiffre d'affaires.[/note] critiquent le préavis de grève de trois jours les 11,12 et 13 juin, déposé par les organisations syndicales des contrôleurs aériens. Le syndicat dénonce également « l'injonction de la DGAC aux compagnies aériennes d'annuler « volontairement » 50% de leurs programmes de vol touchant les aéroports de Paris-Orly, Paris-Charles de Gaulle, Beauvais, Nice, Lyon Saint-Exupéry, Bordeaux, Toulouse et Marseille.
En effet, ces modalités ne tiennent pas compte des réalités opérationnelles spécifiques à chacune des compagnies, et notamment des difficultés à assurer dans de bonnes conditions le rapatriement de leurs passagers bloqués à l'étranger ».
Le SCARA souligne aussi que le « mouvement de grève des contrôleurs aériens français s'étendra sur trois jours, qui se répercuteront dans les faits sur près de cinq jours compte tenu des rotations des équipages et des avions ».

11.06.2013

Retrouvez nous en podcast et vidéo

array(1) { [0]=> int(30) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(1) { [0]=> int(30) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(30) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.