Accueil » Le SNPL dénonce une « menace sur la sécurité des vols » chez easyJet

Le SNPL dénonce une « menace sur la sécurité des vols » chez easyJet

La branche « easyJet » du Syndicat national des pilotes de ligne s’inquiète des conséquences du rattachement du département de la sécurité des vols à celui des opérations suite à l’embauche d’un nouveau directeur des opérations venant de Ryanair.

15.07.2020

Les pilotes français d'easyJet dénoncent les pressions sur leurs collègues britanniques. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Jusque-là, esayJet a toujours été en pointe au niveau de la sécurité des vols. Tout en rappelant ce fait reconnu, le bureau easyJet du SNPL craint qu’il n’en soit plus de même aujourd’hui. Le motif de cette inquiétude est lié à la perte d’indépendance du département en charge de la sécurité des vols qui est désormais intégré à celui des opérations. Pour le syndicat, le département sécurité des vols est « de fait soumis à pressions commerciales ». Le SNPL easyJet...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

10 commentaires

  • Souchaud Art

    Easyjet est une compagnie européenne qui a un personnel bienveillant et des avions fiables. La sécurité des pilotes est prioritaire et si la compagnie prend le chemin de Rayanair , cela posera des problèmes ! et je voyagerai avec une compagnie plus sérieuse. On peut constater une fois de plus que la balance employés /actionnaires ne penche pas du bon côté et la COVID a bon dos ! La direction devrait se reprendre car les « équarrisseurs » qui arrivent pour faire le ménage dans les sociétés profitent toujours d’une crise pour malmener le personnel. Alors attention, les clients regardent ce qu’il se passe et la sécurité de vol passe avant les prix des places !

    • Mesturino j

      Je suis tout à fait d accord avec ce que vous dénoncez. Qu Easy jet se protège et garde ses qualités ! Nous aimons leur principes et leur philosophie !!

  • Rouviere

    L’ombre du Grand Satan Ryanair, plane jusque dans les couloirs d’EasyJet: « Nous soutenons en particulier la British Airline Pilot Association (BALPA), qui a pris l’initiative de lancer cette semaine un vote de défiance envers le directeur des opérations que nous relaierons probablement en France. ». Brrrrr, cela fait froid dans le dos.

  • Dupont

    Je prends easyjet 2 à 4 fois par semaine pr le travail ou pas. J’en suis extrêmement satisfaite, et ne suis rassurée que lorsque je prends cette compagnie ( sur certaines destinations je n’ai parfois le choix que d’en prendre d’autres…)

  • Antonio Costeira

    Il ny a pas que les pilotes , la condition des Avions reste à desirez..
    En 2019 j’ai pris un vol Bale Mulhouse Lisbonne, j’ai eu la peur de ma vie …plus jamais Easyjet…

    • Mike

      Il va falloir en dire plus que ce que vous appelez la condition des avions, ce que vous avez pu relever et votre niveau d’expertise pour en juger.

    • Pilotaillon

      En béotien et davantage en observateur de stratégie d’entreprise, votre commentaire m’étonne Antonio.
      Cette compagnie a fait le choix du monotype (série A32X), pour de nombreuses raisons je pense, non exhaustif et dans le désordre :
      – la qualification des équipages et des équipes de MCO
      – l’interchangeabilité des équipages et machines
      – la réduction du stock de pièces
      – la connaissance des petits défauts (maintenance préventive)
      – le prix d’achat… (un prix de gros existe-t-il en aéro ?)
      Avec 300 machines, cela fait d’elle certainement un utilisateur de référence.
      A moins qu’ils y mettent du leur en terme de laisser-aller, mais il prendraient alors un gros risque que j’imagine guère, à l’heure ou la sécurité et l’image de marque ont tant d’importance. Leur enjeu de communication est justement de dire et prouver que même à ce prix la prestations est qualitative.

  • bruno langlois

    Décidément je ne comprendrai jamais rien, on prétend aider AF tout en lui rognant les ailes et ,en même temps on fait les yeux doux aux low-cost étrangères……

    • Tonton Volant

      Si l’on lit bien l’article, il ne s’agit pas de d’apporter des aides aux Compagnies mais, bien au contraire, une solidarité syndicale de personnels contre une menace de dégradation de la sécurité des vols et des conditions de travail et de rémunérations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.