Accueil » Bugatti 100P : nouvel envol pour le Rêve Bleu

Bugatti 100P : nouvel envol pour le Rêve Bleu

Après un premier vol en août dernier qui s'était soldé par la casse de ses deux hélices, c'est une légende des airs qui a fait son second vol de test le 17 octobre dernier. La réplique du Bugatti 100P, construite aux Etats-Unis par un groupe de passionnés, surnommée le Rêve Bleu, est ainsi repartie pour une série de tests.

26.10.2015

“Il en est ainsi des vols de test lorsqu’on expérimente un nouveau design” s’est ainsi exprimée, toute empreinte de fatalité, l’équipe du Bugatti 100P sur sa page Facebook lors du premier vol de test en août dernier, effectué sur l’aérodrome de Tulsa en Oklahoma. “La bonne nouvelle est que nous avons fait voler le Bugatti 100P pour la première fois et qu’il vole à merveille !”

Après plusieurs essais de roulage concluants, le premier test en vol devait permettre de valider le comportement de l’appareil au design tout à fait particulier. A la manœuvre, Scotty Wilson, à l’origine du projet de construction de l’avion et ancien pilote de F-16, qui a atteint 110 kts à une trentaine de mètres du sol.

Ce premier vol de test, réussi, a malheureusement été gâché par une défaillance de frein qui a fait basculer l’avion sur le nez, causant des dégâts au cône et aux deux hélices, sans dommage pour le pilote. Pour autant, l’objectif est atteint : prouver que cet avion, jamais testé en vol et dont la manoeuvrabilité semblait douteuse pour certains, peut voler !

Qu’importent les difficultés : l’équipe s’est remise au travail pour changer le cône d’hélice ainsi que les deux hélices contra-rotatives fabriquées sur mesure, dont le pas a été légèrement modifié. Le 15 octobre, tout était fin près pour un nouveau vol de test. Deux jours plus tard, le Bugatti 100P reprenait la voie des airs, cette fois-ci depuis l’aérodrome de Clinton-Sherman en Oklahoma, et non plus pour un vol en ligne droite, mais pour un tour de piste complet. Pas question pour l’instant de pousser l’avion dans les extrêmes mais de valider sa bonne tenue en vol, dont s’est d’ailleurs félicité Scotty Wilson, à nouveau pilote de test de l’avion.

Avec les essais en vol, débute une nouvelle aventure pour l’équipe du Bugatti 100P qui, depuis 2010, s’est réunie autour du projet de faire voler la réplique à l’échelle 1 du Bugatti 100P. Un projet fou à un million de dollars, auto-financé en partie, aidé par des sponsors et soutenu à auteur de 63 000 dollars par du crowdfunding. L’objectif était de réaliser une réplique la plus fidèle possible de l’avion dessiné et construit par le couple Ettore Bugatti et Louis de Monge en 1937. Avec une envergure de 8 mètres, une longueur de 7 mètres et un design aux courbes incroyablement aérodynamiques et agressives pour l’époque, augmentées de deux moteurs développant 450 ch chacun, le Bugatti 100P semblait taillé pour la vitesse. Les seuls entorses faites aux plans d’origine résident dans le tableau de bord modernisé et l’utilisation de deux moteurs Suzuki Hayabusa développant chacun 200 cv. La vitesse maximale estimée pour la réplique s’établit autour de 320 km/h contre 800 km/h estimés pour l’original.

Destiné à concourir dans le cadre de la course de vitesse Deutsch de la Meurthe en 1938, et visant à battre le record du monde de vitesse, la seconde guerre mondiale et l’invasion nazie a mis un frein définitif à la fabrication de l’avion, qui n’aura finalement jamais volé. Ettore Bugatti décida de cacher l’unique avion fabriqué par la firme automobile, en plein cœur de Paris, dans une ferme au Nord de la capitale française. L’avion expérimental de Bugatti devait être décliné en version militaire. Pour son concepteur, il n’était pas concevable que le régime nazi s’empare de son avion ni de ses plans. Redécouvert en 1971, et après avoir eu plusieurs propriétaires, l’avion a été envoyé aux Etats-Unis où il est désormais exposé au musée de l’Experimental Aircraft Association (EAA) d’Oshkosh, dans le Wisconsin.

Fabrice Morlon

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Fabrice Morlon

chez Aerobuzz.fr
Après des études de lettres, Fabrice Morlon s’oriente vers le journalisme. Il a fondé l'agence de communication Airia en 2013. Pilote privé, il a rejoint la rédaction d’Aerobuzz, début 2013. Fabrice Morlon a, principalement, en charge l’aviation légère, l’avionique et les équipements.

10 commentaires

  • Francois

    Bugatti 100P : nouvel envol pour le Rêve Bleu
    Date: 06 août 2016
    Heure: 08h25 LT
    Type: Bugatti-Demonge 100P
    Opérateur propriétaire: Le Reve Bleu LLC
    Immatriculation: N110PX
    N° de série: 002
    Décès: Décès: 1 / Occupants: 1

    Lieu: Burns Flat, Washita County, OK – États-Unis d’Amérique
    Phase: En route

    L’appareil expérimental un Bugatti-Demonge 100P, construit par Wilson, réplique de 1937 Bugatti 100P, s’est écrasé dans des circonstances inconnues.

    Le pilote identifié comme Scotty Wilson de Tulsa, est décédé lors de l’accident.

  • Noel Cavey

    Bugatti 100P : nouvel envol pour le Rêve Bleu
    Cet avion est en autres, un bel exercice de disposition de moteurs derrière le pilote dans une carlingue étroite et un exercice ardu de vibrations de torsion de lignes d’arbres et de vilebrequins.
    Merci pour la petite chose en ligne de l’IPSA sur cet avion singulier.
    Page 11, il est écrit : « D’après une étude approfondie de ses caractéristiques, il serait dangereux de le faire voler. Notre étude va nous permettre d’en dire plus sur son comportement. » QUID ?

  • Lou Ravi

    Bugatti 100P : nouvel envol pour le Rêve Bleu
    Le MCR et son Rotax 100 cv fly a 270 kmh si ma mémoire est bonne. Le Bateleur Sud Africain aussi. Par contre, question design pour l’époque, je dis « chapeau! Salut l’artiste! »

    • JM Klinka

      Bugatti 100P : nouvel envol pour le Rêve Bleu
      Ci joint une très bonne base de travail: il en reste beaucoup (de travail) à faire pour tout comprendre.
      http://www.bugatti100p.com/web_documents/evaluation_of_the_performance_of_the_bugatti_100p.pdf
      Il faudrait se préoccuper de calculer toutes les surfaces (alaires, mouillées, frontales) pour tracer un morceau de polaire des puissances au voisinage de la croisière, pour les deux puissances (d’origine et actuelle).
      On ne peut pas se contenter d’un calcul « à la louche », au risque de se planter, car l’avion sort de l’ordinaire (ou des standards). Je ne m’y risquerai pas car après une estimation « à la louche » des volumes d’empennage, j’avais parié (1 € !) avec mon copain Alex que l’avion ne volerai jamais. Errare Humanum Est ! Il a l’air super stable (sur les vidéos). Peut-être que le pilote est bon.

      Pour les amoureux de la belle mécanique et de la structure, je partage l’avis de Bruno, ça frise le chef d’œuvre. Des tas d’innovations, de quoi alimenter pour des années nos écoles (techniques, s’il en existe encore (boutade)) de sujets d’études sur les montages de roulements.

      Au travail ! JMK

  • Bruno de Wouters

    Bugatti 100P : nouvel envol pour le Rêve Bleu
    A l’attention de ceux qui sont intéressés par cette affaire, un livre en anglais, bien fait, a été édité. Il s’agit de « The Bugatti 100P record plane », écrit par Jaap Horst (Pays-Bas) et édité Violaero, ISBN 978-90-8616-123-2.

  • Bruno Guimbal

    Bugatti 100P : nouvel envol pour le Rêve Bleu
    Bonjour,
    Merveilleux avion ! Je comprends que l’on puisse beaucoup sacrifier pour le faire voler.
    Par contre un point de l’article me rend très perplexe : si avec 2 x 200 hp il vole à 320 km/h, avec 2 x 450 hp il devrait voler à 419 km/h et non pas 800.
    Et pour atteindre 800 km/h, il lui faudrait…. 2 x 3.125 hp !
    C’est quand même des lois très fiables, sauf à ces vitesses élevées où le rendement d’une hélice se casse fortement la figure (ce qui va encore plus dans mon sens).
    Surprenant que celui qui a su dessiner un avion aussi beau et visionnaire ait été à ce point incapable d’en prédire les performances.
    Par ailleurs, 320 km/h avec 400 hp et cette gueule ça paraît très modeste.
    Au secours Jean-Marie Klinka !

    • Wilbur

      Bugatti 100P : nouvel envol pour le Rêve Bleu
      I a dû y avoir une « salade » entre les km/h et les kts.
      320 kts me paraissent possible avec ce profil et là le rapport 800 km/h pour 900 hp m’a l’air de coller plutôt bien.

  • Christian

    Bugatti 100P : nouvel envol pour le Rêve Bleu
    Bonjour ,

    Un petit article complémentaire expliquant la cinématique d’entraînement des 2 hélices / 2 moteurs serait bien sympa pour les fanas de technique de l’époque .

    Merci

    • a.moutet@free.fr

      Bugatti 100P : nouvel envol pour le Rêve Bleu
      Ce n’était pas le seul avion avec des moteurs en tandem et hélices contrarotatives pour des détails sur le fonctionnement vous pouvez rechercher le modèle Arsenal VB10.
      les avions bizarres

  • Pierre

    Bugatti 100P : nouvel envol pour le Rêve Bleu
    Beau travail.
    Original 900 cv pour 800 km/h
    réplique 400 cv pour 320 km/h
    curieux non ?
    Ou De Monge était optimiste dans les perfos calculées ou la réplique les sous estime ?
    Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.