Accueil » Culture Aéro » Décès de Jean-François Georges

Décès de Jean-François Georges

Jean-François Georges (1940-2024) fut d'abord un passionné d'aviation et de musique. Deux carrières qu'il mena de front avec succès. © Academie de l'Air et de l'Espace

Son nom est évidemment associé à Dassault où il a effectué l’ensemble de sa carrière professionnelle. Mais, sa passion de l’aéronautique, il l’a exprimée sous de multiples formes. Jean-François Georges est décédé ce 11 mai 2024 à l’âge de 83 ans.

C’est Catherine Maunoury qui, la première, a fait part du décès de Jean-François Georges, ce 11 mai 2024. C’est moins la disparition d’un de ses prédécesseurs, que la perte d’un ami, que la présidente de l’Aéro-Club de France a voulu annoncer à la communauté aéronautique. Certes, avant elle, Jean-François Georges a présidé l’Aéro-Club de France de 2005 à 2012, mais, comme elle, il a été surtout un aviateur engagé. D’autres garderont de lui le souvenir d’un grand patron de l’industrie, d’un pilote de montagne ou encore d’un saxophoniste. Il était tout cela à la fois. Un homme passionné et attachant.

Il avait deux passions, la musique et l’aéronautique. En 1964, à l’âge de 24 ans, il décide de les vivre, toutes les deux, à part entière. Son diplôme d’ingénieur civil de l’aéronautique (Sup Aéro 1964) en poche, il crée son grand orchestre de jazz (18 musiciens). Pendant les 40 ans qui suivront, il mènera de front ses deux carrières, avec succès.

Entré chez Dassault comme ingénieur d’essais (Mystère 20 puis Hirondelle), il collaborera ensuite à l’aventure Mercure et au programme avorté Hermés, avant de diriger les avions d’affaires. Avec son orchestre « Swing Limited Corporation », pendant ces 40 ans, il remplira des salles de plus en plus grandes.

Ces dernières années, Jean-François Georges a écrit plusieurs livres, sur l’aéronautique et bien sûr, sur la musique.

Il y a un an, Jean-François Georges a raconté à Gérard Maoui, dans la collection de podcats Mémoires d’Aerobuzz, ses souvenirs du premier vol du Mystère 20.

Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable est reconnue. Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

Un commentaire

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Jean-François Georges
    L’ami des tous les arts et de tous les métiers

    Homme complet s’il en est, notre ami Jeff restera non seulement dans nos souvenirs du passé qui passent, mais dans nos têtes et nos cœurs jusqu’à leur dernier souffle, comme une figure et un tenant exceptionnel de tous les Arts et de tous les Métiers.

    Famille, Amitié, Aviation, Industrie, Littérature, Musique, Histoire, Montagne, Sport, Photographie, entre autres pratiques et passions, il illustre dans l’excellence des différents genres et la quasi-totalité de tous les arts, un rare humanisme encyclopédique du XXème siècle.

    Fils, mari, père et grand-père, ingénieur, pilote, saxophoniste et chef d’orchestre, alpiniste et photographe, président, voyageur, gastronome, épicurien raffiné et humoriste de nature, il pratiquait avec un talent, un amateurisme de professionnel et un professionnalisme d’amateur jamais satisfaits, la plupart de ces métiers que certains d’entre nous exercent à l’unité ou en double voire en triple, mais qu’il habitait et vivifiait, lui, tous à la fois et tous ensemble.

    Chevalier des Airs et des Lettres, il courtisait avec un rare doigté et dans la même harmonie, les neufs Muses de la culture antique universelle et jouait avec une maîtrise indiscutable de toutes les gammes de la science, de la technologie et des innovations modernes.

    Immense perte et désarroi intense, trop innombrables pour être mesurés, à tous les sens du mot : les dimanches de Ville d’Avray et les balades alpines ou en alpine, la bien-nommée, en passant par les vols photographiques en Mousquetaire le long des parois de la Noire de Peuterey ou les « adventures oskoshiennes » et les périples falconiens aux bouts du monde ne seront plus.

    Mais si les « regrets éternels » assurés aux enterrements ou même écrits sur les tombes des cimetières ne résistent généralement pas au temps et finissent par n’être, et encore, que des mots dans la bouche des survivants, les nôtres portés par le ciel qu’il aimait tant et où il a, heureux, rejoint Suzanne, seront hélas des vérités éternelles gravée à jamais dans nos têtes et nos coeurs de vivants d’aujourd’hui et de disparus de demain. Amateur de tout, Aimé de tous, un Ami unique !

    Gérard DAVID

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.