Accueil » Des A-10C pour l’armée de l’Air ?

Des A-10C pour l’armée de l’Air ?

Cela ressemble à un renvoi d’ascenseur : tu me vends tes vieux Mirage F1, je te refile mes A-10C retraités. Alors que l’US Air Force s’apprête à utiliser comme plastron d’anciens Mirage F1 mis en œuvre par la société ATAC, l’armée de l’Air française étudie la possibilité d’utiliser des A-10C dans le Sahel.

1.04.2018

Au-dessus des paysages désertiques de l’Arizona, un premier A-10C porteur des cocardes françaises. La spectaculaire gueule de requin, trop « clivante » selon le ministère des armées, devrait toutefois disparaitre rapidement. © USAF

Une équipe de l’armée de l’Air et de la DGA serait actuellement à pied d’œuvre aux Etats-Unis pour négocier la location d’une douzaine d’appareils. Ces avions seraient sans doute prélevés sur le parc stocké à Davis Monthan et laissé aux bons soins du 309 Aerospace Maintenance and Regeneration Group (309 AMARG).

Des pilotes français formés sur A-10

En attendant de disposer des Reaper armés et pour faire face au retrait des derniers Mirage 2000N du théâtre d’opération, l’armée de l’Air souhaitait depuis longtemps organiser deux plots d’avions de combat au plus près des opérations, c’est à dire à Madama (dans le nord du Niger) et à Gao (Mali). Le A-10C, capable de se poser sur des terrains sommaires, avec une forte puissance de feu et une solidité qui n’est plus à prouver, offrirait un remarquable compromis.

L’US Air Force de son côté n’a jamais caché son désir de se débarrasser de l’avion pour faire de la place au F-35… Le A-10 n’est pas non plus un inconnu pour l’armée de l’Air puisque deux pilotes français ont servi outre-Atlantique en échange sur cet avion ces dernières années.

Une tradition militaire franco-américaine

On n’oubliera pas également que la France est une fidèle utilisatrice de l’immense réservoir de moyens constitué par les entrepôts à ciel ouvert de Davis Monthan. Plusieurs centaines d’appareils avaient été récupérés ainsi au cours des conflits indochinois et algérien. Plus près de nous, en 1997, trois KC-135R d’occasion avaient également été rachetés auprès de l’US Air Force pour augmenter le parc des Forces Aériennes Stratégiques.

« Aux même causes les mêmes effets et c’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleures bouillabaisses » résume un ingénieur de la DGA originaire de Marseille. Cette location interviendra dans un contexte d’excellentes relations franco-américaine. Le défilé du 14 juillet dernier ayant fait forte impression sur Donald Trump, celui-ci a demandé au Pentagone d’organiser une cérémonie similaire qui devrait avoir lieu le 11 novembre. Et l’on évoque maintenant la possible présence de Rafale et d’A400M dans sa composante aérienne…

Quel armement pour les A-10 français ?

Reste une question de fond à propos des A-10, celle de l’armement. Si les GBU-12 à guidage laser sont dans l’arsenal français, il en va différemment des roquettes et bien entendu des obus de 30mm destinés au célèbre canon à sept tubes GAU-8/A « Avenger ». Une arme puissante mais exigeante en entretien et en logistique : faudra-t-il choisir entre les packs d’eau ou les palettes d’obus quand il faudra ravitailler Madama ? Quid également de la réaction du ministère de l’écologie et de Nicolas Hulot sur l’emploi d’obus à l’uranium appauvri ?

Coincidence, une autre mission de la DGA est aussi présente en ce moment aux Etats-Unis pour finaliser l’achat en FMS (contrat de gouvernement à gouvernement) d’une trentaine de Ford Mustang destinées aux bases aériennes de Mont-de-Marsan et St Dizier. On vivrait mal apparemment sur ces deux bases l’irruption de nombreux stagiaires qatariens, en formation sur Rafale, aux volants de grosses cylindrées : les Mustang remplaceront avant la fin de l’année les actuelles Peugeot 308 utilisées par le commandement des base et les escadrons. L’armée de l’Air entend ainsi rappeler aux stagiaires qatariens que la France est toujours une grande puissance.

Frédéric Lert

A propos de Frédéric Lert

chez Aerobuzz.fr
Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense.

47 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *