Accueil » Jean-Marie Saget par François Besse.

400

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

Jean-Marie Saget par François Besse.

Cette biographie de Jean-Marie Saget, pilote d’essais historique de la maison Dassault, par le journaliste François Besse, est la rencontre de deux professionnels exigeants, passionnés par l’aviation, animés par la même rigueur. Malgré l’admiration qu’il porte à son sujet, le biographe a su conserver la distance qui convient à cet exercice au long cours. Le résultat est à la hauteur de l’attente.

4.04.2016

Lâché en MS315 en 1950, puis en P51 Mustang aux USA, en P47B Thunderbolt en 1952, prêt à aborder la transition vers le réacteur en Vampire et le Dassault Ouragan aussi en 1952 : une progression fulgurante pour Jean-Marie Saget ! © Coll. François Besse

Jean-Marie Saget est « le » pilote d’essais fétiche du constructeur français Dassault. Recruté par Marcel Dassault pour devenir pilote d’essai, en 1955, alors qu’il est pilote de chasse, il n’a cessé de mettre au point les nombreux prototypes du constructeur jusqu’en 1989, en balayant toutes les époques, des commandes de vol mécaniques aux commandes de vol électriques. Aujourd’hui, à 87 ans et à plus de 20.000 heures de vol, la passion de Jean-Marie Saget le conduit à continuer à former les voltigeurs en aéro-club. François Besse rend hommage à ce monument des essais en vol dans un livre imposant.

Appontage du Jaguar Marine par Jacques Gesberger sur le porte-avions Clémenceau. Jean-Marie Saget se chargera des vrilles… (1970) © Coll. François Besse

Jean-Marie Saget et l’équipe d’essais du SMB2 à Istres (1957). © Coll. François Besse

Le Mirage III V était beaucoup plus gros que le Balzac. Jean-Marie Saget devait en faire le 1er vol mais il se casse la jambe peu avant. (1964). © Coll. François Besse

L’Armée de l’Air s’est intéressée au 4000, peut-être précurseur du Rafale. On reconnaîtra Denis Legrand, pilote CEV, qui disparut tragiquement en TB10, lorsqu’il était directeur technique de la Socata. Il avait créé la patrouille de 2 Cap 10 avec son camarade Claude Lelaie : les Porthos. (1986). © Coll. François Besse

J’ai reçu en fin de semaine ce pavé de presque 2 kg, et bien qu’il ait failli m’échapper des mains, c’est avec une certaine fébrilité que je me suis précipité pour une lecture rapide. Je me doutais que je tenais là un trésor capable d’occuper mes soirées pendant au moins une année.

François Besse nous avait déjà donné un aperçu de ses talents de conteur, capable de déterrer le plus indicible détail d’une vie aventureuse, avec la bible des Avions Robin, écrite avec la complicité du constructeur, Pierre, de son épouse Thérèse, de leur fils Christophe. Il se surpasse avec cette autre partition à la gloire de Jean-Marie Saget et des essais en vol dont j’avais, en quelques lignes et quelques photos salué le passage des 20.000 h de vol. A me relire, je m’aperçois que j’ai mis trop en avant ce pilote si simple, oubliant que dans les essais en vol, un pilote n’est pas grand chose sans son équipe.

S’il fallait en faire le « pitch » (soyons moderne), je dirais que ce bouquin est une ode humaniste à la famille de tous ceux qui ont fait les essais en vol, la piste, les mécanos, les ingénieurs, les pilotes, chez Dassault, et que si l’on a tendance à glorifier « le » pilote, cette histoire des essais remet chacun à la place qu’il mérite, et quel mérite !

Illustration : J’ai bien aimé l’histoire toute simple du cric qui évite que le Mystère 20, après une démo, ne se couche à cause d’un pneu crevé, opération discrète menée par les mécanos de piste, évitant aux VIP de descendre d’un avion bancale ! Surtout que JMS leur avait servi, lors du vol, un très discret tonneau barriqué à ne pas renverser une coupe de champagne ! Nombreux sont ceux qui se reconnaîtront dans l’imposante iconographie, et l’on sent que JMS a tenu, ainsi, à remercier cette grande famille, sans laquelle, certains jours, 10 à 12 vols d’essais s’enchainaient, tant les programmes étaient denses.

Bien que linéaire dans le déroulement des 90 vols prototypes auxquels JMS a participé, la table des matières, fort bien faite et exhaustive, permet de se déplacer dans le temps, et d’aller sans peine lire les récits des vols du Balzac, où JMS parle de Bigand, puis d’aller en Egypte pour le crash en Alpha Jet (10 pages), de revenir sur Rozanoff dans les années 50, de sauter au Mirage 4000, point d’orgue, à mon humble avis, des démonstrations de JMS au Bourget. Avec Auguste Mudry, nous étions admiratifs devant la souplesse et la précision des figures et de l’enchainement. J’eus droit, bien sûr, à « on reconnait la patte du Cap 10 ».

A Nangis, Jean-Marie Saget consacre beaucoup de son temps à l’enseignement de la voltige, mais aussi au vol en formation. © Coll. François Besse

Je suis resté sur ma faim quand JMS raconte, c’est très court, son vol en F104, « prêté » par un copain belge. On comprend vite que ça ne vaut pas les avions Dassault, sauf peut être pour la poussée de la PC. Ce court paragraphe est compensé par 50 pages sur le 4000 : de quoi se plaint-on ?

Je ne peux que vous recommander l’investissement d’une demie heure de vol largement amorti par les jours de mauvais temps. Vous pourrez même le prêter : un bon exemple de co-lecture…

Je remercie François Besse de terminer son ouvrage (en forme d’épilogue, page 440) sur le renfort carbone du longeron du Cap 10, un des avions préférés de JMS, un long travail qui n’aura pas été inutile, initié par ce grand pilote, réalisé comme toujours par une équipe.

Jean-Marie Klinka

Du Vampire au Mirage 4000. Par François Besse

A propos de Jean-Marie Klinka

chez Aerobuzz.fr
Jean-Marie Klinka est ingénieur (aussi pilote). Il a partagé sa carrière entre le bureau d’études, essentiellement aux Avions Mudry, la formation, à l’ENSICA de Toulouse et l’ESEM d’Orléans, la certification à la DGAC. Pour Aerobuzz.fr, il jette un regard personnel sur les activités de l’aviation légère.

7 commentaires

  • philippe JARRY

    Mon père, Pierre Jarry, était chef de brigade et donc moniteur de pilotage pour les promos 49 et 50 de l’Ecole de l’Air: JMS en faisait partie. Lorsque des Elèves demandait à mon père comment il fallait s’y prendre, il avait l’habitude de leur répondre: « Faites comme Saget! »… Déjà en 1950, JMS était le modèle à suivre…

  • de Munck Roland

    Jean-Marie Saget par François Besse.
    Je me suis intéressé à la personnalité exceptionnelle de JMS depuis toctobre 1970, époque à laquellle j’ai appris à piloter aux commandes d’un Rallye Commodore MS892 150cv à Korhogo en Côte d’Ivoire. Agronome, je me suis intéressé au Rallye agricole 220cv,
    magistralement présenté à Abidjan lors d’un week-end de promotion de la gamme Socata
    Aerospatiale : le Rallye s’est écrasé, JMS en est sorti indemne…chapeau, bravo l’artiste!

  • claude duvivier

    Jean-Marie Saget par François Besse.
    À 15 ans j’avais écrit une lettre à monsieur Saget pour lui faire part de mon admiration et combien j’aurais aimé devenir pilote comme lui(pbs de vue).
    J’étais très fier de recevoir une réponse de sa main.
    J’ai toujours cette lettre après 44 ans.

    • Jean-Marie Klinka
      Jean-Marie Klinka

      Jean-Marie Saget par François Besse.
      Merci Michel de souligner l’intérêt, pour notre « mémoire », de cet ouvrage. J’ai dû ré-écrire une partie de mon papier, à la demande de Gil Roy, qui m’a soutenu que 10% de nos lecteurs connaissent JMS, alors que mon premier papier était plutôt orienté 90%. C’est vrai, la tendance à l’oubli ! Notre mémoire s’efface devant l’abondance .. Heureusement il reste parfois le papier qui, heureusement, encombre nos étagères.

  • lavidurev

    Jean-Marie Saget par François Besse.
    Parfois au hasard d’une rencontre et d’un vol à Nangis, on serre la main d’une personne présentée par un papa à peine plus jeune mais respectueux du grand pilote. Merci pour ce livre, prochain cadeau pour la fête des pères.

  • Michel Barry

    Jean-Marie Saget par François Besse.
    Merci François de prendre soin de notre histoire aéronautique contemporaine en construisant des dossiers aussi professionnels et aussi complets. On s’aperçoit souvent avec surprise que plus personne ne se souvient d’un évènement pourtant récent, qu’on n’a plus tel ou tel témoignage concernant des Hommes, des machines, des exploits que nous avons vécus. Pour cette pérennité rien ne vaut un bon bouquin. Tout ceux qui un jour ont planté leur disque dur seront de mon avis…

  • James

    Jean-Marie Saget par François Besse.
    Un grand monsieur, et quelle longévité, chapeau bas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.