Accueil » Culture Aéro » Jean-Marie Saget par François Besse.

Jean-Marie Saget par François Besse.

Lâché en MS315 en 1950, puis en P51 Mustang aux USA, en P47B Thunderbolt en 1952, prêt à aborder la transition vers le réacteur en Vampire et le Dassault Ouragan aussi en 1952 : une progression fulgurante pour Jean-Marie Saget !

Lâché en MS315 en 1950, puis en P51 Mustang aux USA, en P47B Thunderbolt en 1952, prêt à aborder la transition vers le réacteur en Vampire et le Dassault Ouragan aussi en 1952 : une progression fulgurante pour Jean-Marie Saget ! © Coll. JM Saget

Cette biographie de Jean-Marie Saget, pilote d’essais historique de la maison Dassault, par le journaliste François Besse, est la rencontre de deux professionnels exigeants, passionnés par l’aviation, animés par la même rigueur. Malgré l’admiration qu’il porte à son sujet, le biographe a su conserver la distance qui convient à cet exercice au long cours. Le résultat est à la hauteur de l’attente.

Jean-Marie Saget est « le » pilote d’essais fétiche du constructeur français Dassault. Recruté par Marcel Dassault pour devenir pilote d’essai, en 1955, alors qu’il est pilote de chasse, il n’a cessé de mettre au point les nombreux prototypes du constructeur jusqu’en 1989, en balayant toutes les époques, des commandes de vol mécaniques aux commandes de vol électriques. Aujourd’hui, à 87 ans et à plus de 20.000 heures de vol, la passion de Jean-Marie Saget le conduit à continuer à...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

9 commentaires

array(1) { [0]=> int(6) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • par GROLEAU Jean-Michel

    Bonjour,
    J’ai ressenti une grande tristesse mêlée d’une vraie nostalgie en découvrant tardivement la disparition de Monsieur Jean-Marie SAGET, un homme rare, un modèle solide dont notre société manque cruellement aujourd’hui.
    Il m’a instruit au cours de nombreuses séances de voltige à Nangis et lors des stages merveilleux d’Argenton/Creuse (années 2001 à 2004). Il m’a régalé de vrilles endiablées dont il avait le secret et qu’il maitrisait évidemment parfaitement. Son amour du CAP 10 était efficacement partagé par une myriade d’instructeurs de tous âges le secondant, respectant la discipline que « Le Chef » savait distiller pour le bien et la sécurité de l’organisation.
    MERCI, vous étiez Le Maître,
    Au revoir là-haut
    JMG

    Répondre
  • Bonjour et merci MR SAGET. Mon fils Thibaut aujourd’hui pilote de ligne a passé son PPL à NANGIS le jour de ses 17 ans et comme il était avide de sensations, son moniteur lui conseilla de voir au hangar d’à côté s’il était capable de voltiger. Nous fûmes accueillis par MR SAGET dont nous ignorions tout et qui proposa un vol d’essai. Je n’étais pas très rassuré de confier mon fils de 17 ans à un  »monsieur âgé » ( 78 ans à l’époque ) surtout pour des galipettes aériennes. Au retour, il me dit simplement:  » il tire bien sur le manche le gamin  ». Il assura donc le début de la formation de mon fils et nous allions au fil du temps découvrir son incroyable aventure aérienne. Je me souviens également d’une de ses phrases magiques lorsque je lui posai la question : mais on faisait comment quand on vous confiait un avion avec un seul siège pilote? Et il nous répondit: à cette époque on nous disait: un avion c’est un avion, ce sont tous les mêmes. Monte et tu verras bien! Sacré bonhomme et bon vol vers les cieux. Merci

    Répondre
  • Mon père, Pierre Jarry, était chef de brigade et donc moniteur de pilotage pour les promos 49 et 50 de l’Ecole de l’Air: JMS en faisait partie. Lorsque des Elèves demandait à mon père comment il fallait s’y prendre, il avait l’habitude de leur répondre: « Faites comme Saget! »… Déjà en 1950, JMS était le modèle à suivre…

    Répondre
  • par de Munck Roland

    Jean-Marie Saget par François Besse.
    Je me suis intéressé à la personnalité exceptionnelle de JMS depuis toctobre 1970, époque à laquellle j’ai appris à piloter aux commandes d’un Rallye Commodore MS892 150cv à Korhogo en Côte d’Ivoire. Agronome, je me suis intéressé au Rallye agricole 220cv,
    magistralement présenté à Abidjan lors d’un week-end de promotion de la gamme Socata
    Aerospatiale : le Rallye s’est écrasé, JMS en est sorti indemne…chapeau, bravo l’artiste!

    Répondre
  • par claude duvivier

    Jean-Marie Saget par François Besse.
    À 15 ans j’avais écrit une lettre à monsieur Saget pour lui faire part de mon admiration et combien j’aurais aimé devenir pilote comme lui(pbs de vue).
    J’étais très fier de recevoir une réponse de sa main.
    J’ai toujours cette lettre après 44 ans.

    Répondre
    • par Jean-Marie Klinka

      Jean-Marie Saget par François Besse.
      Merci Michel de souligner l’intérêt, pour notre « mémoire », de cet ouvrage. J’ai dû ré-écrire une partie de mon papier, à la demande de Gil Roy, qui m’a soutenu que 10% de nos lecteurs connaissent JMS, alors que mon premier papier était plutôt orienté 90%. C’est vrai, la tendance à l’oubli ! Notre mémoire s’efface devant l’abondance .. Heureusement il reste parfois le papier qui, heureusement, encombre nos étagères.

      Répondre
  • Jean-Marie Saget par François Besse.
    Parfois au hasard d’une rencontre et d’un vol à Nangis, on serre la main d’une personne présentée par un papa à peine plus jeune mais respectueux du grand pilote. Merci pour ce livre, prochain cadeau pour la fête des pères.

    Répondre
  • Jean-Marie Saget par François Besse.
    Merci François de prendre soin de notre histoire aéronautique contemporaine en construisant des dossiers aussi professionnels et aussi complets. On s’aperçoit souvent avec surprise que plus personne ne se souvient d’un évènement pourtant récent, qu’on n’a plus tel ou tel témoignage concernant des Hommes, des machines, des exploits que nous avons vécus. Pour cette pérennité rien ne vaut un bon bouquin. Tout ceux qui un jour ont planté leur disque dur seront de mon avis…

    Répondre
  • Jean-Marie Saget par François Besse.
    Un grand monsieur, et quelle longévité, chapeau bas.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(1) { [0]=> int(6) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(6) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.