Accueil » Le Jaguar du raid d’Al Jaber exposé au Musée de l’Air

Le Jaguar du raid d’Al Jaber exposé au Musée de l’Air
premium

30 ans, jour pour jour, après son ultime vol, le Musée de l'Air a accueilli officiellement le Jaguar A91 qui lui a été confié par l'Armée de l'Air. Désormais exposé à l'abri du hall Concorde, cet appareil porte encore les stigmates d'une mission entrée dans la grande légende de l'aviation française, les traces d'un SAM irakien...

18.01.2021

Le vétéran de la première guerre du Golfe est désormais visible au Bourget. © F. Marsaly / Aerobuzz.fr

Le 17 janvier 1991, le Jaguar A91 11-YG faisait partie du premier raid de la chasse française de l'opération Daguet. Au-dessus de leur objectif, la base aérienne d'Al Jaber au Koweit, alors occupée par les troupes irakiennes, il est touché par un missile sol-air à guidage infra-rouge. Un réacteur détruit (et l'autre endommagé) il parvient quand même à ramener son pilote, le capitaine Hummel, jusqu'à une base américaine en Arabie Saoudite. [caption id="attachment_7863617" align="aligncenter" width="800"]

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Frédéric Marsaly

chez Aerobuzz.fr
Frédéric Marsaly, passionné par l'aviation et son histoire, a collaboré à de nombreux média, presse écrite, en ligne et même télévision. Il a également publié une douzaine d'ouvrages portant autant sur l'aviation militaire que civile. Frédéric Marsaly est aussi le cofondateur et le rédacteur en chef-adjoint du site L'Aérobibliothèque.

13 commentaires

  • Georges LESCALUP

    Pour ce qu’on fait au Grand Sud, ce sont des Jaguar dont on a besoin, pas des Rafale beaucoup trop couteux: 5000 euros l’heure de vol contre 30000 pour être de simples camions porte bombes… comme les SU 25.
    La complexité inutile est ruineuse: déjà qu’on n’a plus de devises pour acheter nos vaccins, vu l’état de notre commerce exterieur.

    • Krementchuck Yeager

      Le Jag a été retiré du service le 1er juillet 2005, votre conseil aurait pu porter au haut état major de la Defense dans les année70 quand on a spécifié l’ACF puis en 85 sous Tonton le Rafale lequel est en service depuis 20 ans…Eh oui, le temps passe vite et c’est quand on voit les cojones qu’on sait que c’est un mâle comme disait Conception !

  • Aff le loup

    https://www.pilote-chasse-11ec.com/17-janvier-attaque-terrain-d-al-jaber/#comment-25605

    Pourquoi particulariser ? Cette opération montre que comme en rugby c’est une équipe qui fait le résultat…Plus qu’un zinc c’est le retour du pilote avec sa balle de kalash sous le casque, qui est guidé au retour par un équipier, ça c’est de l’héroïsme !

  • Alban

    Vieux débat.
    S’il est vrai que l’on volait vraiment très bas, c’était pour se faire plaisir en entrainement, mais çà avait surtout un sens, car en opérations, le meilleur moyen d’éviter les tirs de missile est d’arriver suffisamment vite et bas pour créer l’effet de surprise, le servant du missile n’ayant pas le temps d’accrocher.
    Quant aux 14,5 et aux kalachnikov, je reste convaincu que l’effet de surprise joue également,
    malheureusement, les moyens de navigation du jaguar français étaient tellement minables qu’on était bien obligés de monter un peu pour se repérer.
    Marco33.

    • BELTRAN Luc

      17 m de haut quand meme et le SAM n’a pas eu me temps d’exploser dans le moteur du Jaguar 91. C’est pour cela qu’apres cet evenement, bien que plus couteux, on a commence a tirer un peu plus d’AS30 laser.
      Nota par rapport au texte: les Jags ne se sont pas poses sur une base americaine en Arabie Saoudite mais bien sur une base Saoudienne, dediee d’ailleurs aux helicopteres de la marine Saoudienne ( dauphins et 1ers puma navalises)

  • Stormy
    Stormy

    Il y eut la même histoire en Algérie, à propos d’un B26 qui avait percuté un chameau lors de runs TBA pour surveiller l’immense frontière libyenne, à travers laquelle passaient nombre de terroristes. A son chef qui lui en faisait reproche, la réponse du pilote avait été que c’était la faute de l’animal, attendu que celui s’était levé sur ses pattes au dernier moment.
    Probablement apocryphe….
    Par contre l’Alizé qui coupa le sommet du mât d’une planche à voile, celle-là est vraie (milieu des années 80)
    A propos du vol TBA : d’abord il n’y avait pas que les Jaguars. Les avions à radiosonde, infos de nav, vecteur vitesse inertiel et crochets d’énergie dans la tête haute étaient avantagés (F1CR, 2000) au point que certains ramenaient des radiosondes avec zéro affiché (si la tête haute était filmable) Etait-ce malin ? le vol TBA permettait d’échapper aux radars, et à certains missiles, mais un ZPU-4 de 14.5 mm ou même un gars motivé avec sa kalachnikov, suffisait souvent à abattre le chasseur arrivant au ras du sol. Donc le TBA oui, mais pas à n’importe quel moment. De toutes façons les bombes ne s’amorcent pas si on est trop bas (pour éviter de faire exploser l’avion largueur ! ou de se la prendre par rebond) Pareil pour les canons de 30 mm : si on tire à l’horizontale, on passe dans l’explosion et les éclats…
    Les Américains le savaient depuis la guerre du Vietnam…. et tout de suite après cette mission, tout fut envoyé à la poubelle, et on changea de concept (HA !)
    Retenons qu’ils arrivèrent avec la navigation dans les choux, mais que la profusion d’objectifs – non essentiels – sauva l’affaire.
    Honneur à eux d’avoir pu mener à bien cette mission avec ces avions sous-motorisés et aux systèmes plus que dépassés.
    Regrettons enfin d’avoir dû bombarder des gens qu’on avait formés et aidés pendant 15 ans, pour le compte d’autres qui ne nous en tinrent aucun gré par la suite….

    @Jean-Mi : regardez-mieux, les vidéos du Tchad sur youtube sont celles de F1CR.

    • Jean-Mi

      Oui, en effet, j’ai voulu aller voir des vidéos (que j’avais vues il y longtemps) et me suis rendu compte qu’on trouvait plus facilement du Mirage F1CR… Avion magnifique au demeurant, et que j’adore.
      Mais on trouve aussi du Jaguar… (et du Mirage 2000…)

    • ricquebourg

      exact pour l’Alizé, de la part d’un ancien; ais c’était le lot continuel sur Alizé, l’altitude n’était pas notre domaine de vol !

      • Stormy
        Stormy

        Les 262 d’Aspreto jadis, qu’on trouvait dans toutes les criques de Corse… 300 ft c’était l »IFR pour eux !

  • Fbs

    On m’avait raconté une histoire mais je ne sais pas si elle est vraie comme quoi les Jaguars qui ne sont pas furtif volaient bas, dans la pure tradition de nos chers militaires, ce qui veut dire très très bas, et que l’un d’entre eux lors de la guerre du golfe était rentré à la base avec un bord d’attaque endommagé….par une tête de chameau. Si quelqu’un a la confirmation de cette histoire

    • Jean-Mi

      Les jaguars sont les spécialistes du vol ultra basse altitude en raid. On trouve de nombreuses vidéo (avec prescription !) de vols basse altitude au tchad ou l’on croise des camions sur la route en tirant un peu sur le manche…
      Lire l’article du Fana de l’aviation de ce mois qui parle de ce Jaguar A91 entre autre et de la mission sur Al-Jaber. J’ai lu cet article ce matin et ça parlait justement de vol avec 20 pieds à l’altimètre, et de passages réguliers SOUS les lignes électriques soit vers 5 ou 10 mètres d’altitude à 480Kts, parce que au dessus de la ligne on peut se prendre un missile…
      J’ai connu le (alors) Commandant Hummel à l’école de chasse de Cazaux, quand il était chef du 2/8 (ou 1/8 ?) et que j’étais appelé. Au dessus de son bureau était le profil de « son » Jaguar A91 avec son moteur en feu ! On m’avait expliqué (très brièvement) qui était cet homme qui avait ramené un Jaguar en feu avec un missile dans le… au Koweit. C’était 5 ans après et je n’avais pas bien compris ce que ça voulait dire. L’homme était fort respecté.

    • Pesquiès

      C’est une légende de plus, au moins pour ma guerre du Golfe. Si la première attaque a été effectuée à très basse altitude, ses conséquences amenèrent les Jaguars à voler plus haut par la suite.
      Pour info, l’article sur le sujet, très bien fait et juste dans le N°1 du Fana de l’Aviation et aussi le n° spécial sur le jaguar de la même édition qui relate l’expérience Guerre du Golfe 1991.
      Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.