Accueil » Le meeting Le Temps des Hélices promet du grand spectacle !

Le meeting Le Temps des Hélices promet du grand spectacle !

Le ciel va de nouveau s'animer sur le plateau de Cerny les 28 et 29 août 2021. Un retour très attendu du plus ancien et plus emblématique meeting aérien de l'hexagone. Malgré les contraintes, cette nouvelle mouture s'annonce prometteuse en renouant avec les origines de la "Fête Aérienne."

24.08.2021

Une nouveauté venue de l'Est complète cette année le tableau 14/18. Un scénario très impressionnant de réalisme mis en œuvre par l'équipe Tchèque Ptérodactyl Flight, peu avare d'effets spéciaux. © Milos Jencik

Pour cette 48e édition, l’AJBS, en collaboration avec l’Aéro­-Club de France, propose les 28 et 29 août un retour aux sources avec pour thème la Fête Aérienne. « C’est ainsi que tout a commencé en 1970 avec la première manifestation organisée par quelques passionnés sous le nom de Fête aéro-­folklorique…  50 ans plus tard, deux jours durant, le “Temps des Hélices” est devenu un évènement incontournable de la saison ! » s’enthousiasme Cyrille Valente, président de l’Amicale Jean Baptiste Salis (AJBS)

Traditionnellement organisée lors du week­-end de la Pentecôte, l’édition 2021 aura donc lieu en cette fin du mois d’août, à la suite des divers reports liés aux difficultés relatives à la situation sanitaire.

« Après avoir été longtemps dans l’incertitude de pouvoir réaliser cette nouvelle édition, l’Amicale Jean Baptiste Salis, organisatrice du meeting, n’a pu se résoudre à le reporter une nouvelle fois et malgré les contraintes et les difficultés nouvelles que nous avons rencontrées tout au long de sa préparation, face à une situation fluctuante, nous nous sommes lancés ! Au-delà de la disparition d’un bel évènement apportant du rêve aux petits et grands, il en allait de la pérennité de la collection … précise Cyrille Valente.

A chaque édition ce sont plus de 40 000 personnes qui se pressent pour assister à l’un des plus beaux spectacles aérien Européen. © Ph. Chetail – Aérobuzz

Signe du temps, il faudra  montrer patte blanche pour pénétrer sur le site ou plutôt une situation sanitaire en bonne et due forme… Un contrôle scrupuleux des documents (pass ou certificat de test PCR ou antigénique de moins de 72 h ou encore un certificat de rétablissement de la Covid)  est mis en place dès l’entrée et tenter de s’y soustraire entraînera immanquablement un refus d’accès à l’enceinte publique… Dont acte ! Nous voilà prévenus !

L’exposition statique, ouverte chaque matin est un temps fort prisé par le public. © Ph. Chetail – Aérobuzz

La fête commence dès le matin à l’ouverture des portes… moment privilégié pour le public qui peut approcher les avions sur l’exposition statique, une facilité permettant les contacts avec les équipages, les photos pour les spotters…

Au-delà de cette visite au plus près des appareils qui feront le show un peu plus tard dans la journée, diverses animations (défilé de motos anciennes, troupes de reconstitution historique, pipe band…) sont au programme.

C’est aussi le moment pour les spectateurs d’aller à la rencontre des exposants dans le « village » du même nom, de faire quelques emplettes ou aller rencontrer les Fédérations et autres associations de sauvegarde du patrimoine. Il sera possible aussi dans chaque matinée ou après le spectacle jusqu’à la nuit tombée,  de voler à bord de machines d’un autre temps, du biplan des années 30 au trainer militaire des années 40 ou en hélicoptère.

The show must go on…

Dès 13 heures, samedi et dimanche, place aux présentations en vol pour un spectacle de plus de 5 heures, comprenant une centaine d’appareils évoluant dans un carrousel incessant, sans aucune rupture de rythme, sous la baguette de Michel Geindre, chef d’orchestre et Directeur des Vols.

Le spectacle déroule sa partition sous forme de tableaux thématiques marquant l’histoire de l’aéronautique, depuis le temps des pionniers jusqu’aux appareils de dernière génération, civils et militaires.

« J’ai essayé, cette année, alors qu’une partie du budget dévolu habituellement au plateau a dû être consacré à de nouveaux financements liés à la sécurité sanitaire,  rendant impossible l’accueil des warbirds venus d’Outre Manche notamment, de construire un programme plus « spectacle », voire plus spectaculaire…  » explique Michel Geindre également réalisateur du show.

« Il a fallu faire avec une addition des injonctions nouvelles liées à la COVID sans pour autant que soient levées celles liées au plan Vigipirate et toutes les autres qui se superposent (…) Une complexité sans pareille ! 

Le spectacle est parfaitement mis en valeur par les commentaires de Bernard Chabbert et la signature musicale et sonore de Gilbert Courtois © ph. Chetail – Aérobuzz

L’aviation à travers les décennies de ces deux derniers siècles

Une caractéristique du Temps des Hélices est de pouvoir présenter une histoire de l’aviation, grâce à ses machines du début du 20e siècle… (Blériot XI  de la traver­sée de la Manche en 1909 – Morane H, véritable réplique de celui utilisé en 1913 par Roland Garros pour la première traversée de la Méditerranée – le Caudron G­-III, l’un des premiers aéronefs utilisé pour la reconnaissance militaire mais aussi par Adrienne Bolland pour traverser la Cordillère des Andes ou encore le Deperdussin : l’un des premiers avions militaires).

C’est aussi ce qui distingue ce meeting d’autres manifestations où l’histoire de l’aéronautique est privilégiée mais cible une autre tranche de cette histoire, plus contemporaine.

La plupart des appareils qui ont marqué le début de l’histoire de l’aviation sont abrités à demeure sous les hangars de la Ferté par l’AJBS ou le Musée Salis. © AJBS

Il est incontestable que l’innovation et les progrès technologiques se nourrissent souvent des périodes de conflits et, ce qui s’entend dans bien des domaines, se vérifie aussi pour les machines volantes.

Tout à commencé lors du 1er conflit mondial et comme à l’habitude, un tableau simulant les combats aériens de la première heure, faisant entrer en lice SE5, Fokker Triplan et Spad, une séquence rythmée par le son saccadé des mitrailleuses, des « marrons d’air » pour simuler les tirs de la DCA et les fumigènes des appareils « abattus ».

L’équipe tchèque Pterodactyl Flight propose un spectacle aérien représentant une scène de la première guerre mondiale .Au sol, alors que la vie dans des campements bat son plein, un combat aérien fait rage, puis les avions attaquent le sol avec force effets pyrotechniques (explosions, camions et aéronefs en feu). © Pavel Vanka

L’entre deux guerres et les warbirds

Le spectateur pourra se replonger dans l’ambiance des années 30, avec profusion d’avions d’entraînement militaires essentiellement venus des États-Unis et revivre une période bénie où l’essor de l’aviation voit également la naissance des limousines des airs tel que le Bellanca Cruisemaster, Beechcraft Staggering ou Spartan Executive. Là encore le show met en scène de nombreuses formations de biplans (Stampe, Stearman…)

Le Boeing Stearman, très répandu en France permet, avec le Stampe,  la constitution de patrouilles colorées © Ph. chetail – Aérobuzz

Le Spartan 7W Executive est l’une de ces « limousines » des années 1930 produit par le constructeur américain Spartan Aircraft Company. Propulsé par un Pratt & Whitney R-985 de 450 ch, l’avion peut emmener 5 passagers dans des conditions de confort optimales. © Ph. Chetail – Aérobuzz

Les oiseaux de guerre de la seconde guerre mondiale venus de l’étranger représentent désormais un budget conséquent et deviennent peu à peu « intouchables » pour un meeting associatif, aussi  renommé qu’il soit.

A cette cause essentielle vient s’ajouter le « sort » qui peut être potentiellement réservé aux équipages par leur pays au retour de leur venue en France. Quarantaine ou  isolement ? Là encore une incertitude qui nécessite de raison garder.

Le Temps des Hélices est le seul meeting en France à engager autant d’appareils dans le show évoquant l’attaque de Pearl Harbour, le 7 décembre 1941. Accompagnée d’explosions multiples simulant un bombardement, ce tableau est l’un de ceux le plus attendu du public © Ph. Chetail – Aérobuzz

Grumman Wildcat, Curtiss P40, Spitfire Mk XIX, Chance Vought F4U Corsair et PBY Catalina viendront compléter le traditionnel et unique Tora Tora Tora composé d’un dizaine de T6 attaquant le terrain à grand renfort d’explosions, auquel succèdera le tableau consacré à la Guerre du Vietnam, composé de 4 NA T28, d’un Douglas Skyraider et du NA OV 10 Bronco du Musée Européen de l’Aviation de Chasse de Montélimar.

Une belle patrouille de 3 Douglas DC3 et une formation associant Douglas DC3, C160 Transall et A400 M Atlas clôtureront cette période dévolue aux conflits du siècle dernier et au transport militaire.

L’Armée de l’Air et de l’Espace et l’Aéronavale  en force

L’armée de l’Air et de l’Espace a souhaité être présente en force pour cette nouvelle édition avec ses ambassadeurs et quelques probables surprises, non encore confirmées à ce jour, montrant les capacités opérationnelles actuelles de l’arme aérienne, dans toutes ses composantes.

La Patrouille de France qui, le plus souvent, du fait de son planning chargé, n’est présente qu’une journée dans le week-end, assurera une prestation chaque jour cette année, samedi et dimanche. © J. Mortreuil – EQPAA -AAE

Le Rafale Solo Display (RSD) dans sa nouvelle livrée 2021, mettra à nouveau en valeur les capacités manœuvrières du fer de lance de la chasse française et l’Équipe de voltige (EVAA), sera quant à elle représentée par son commandant, le Capitaine Alexandre Orlowski et les capitaines Florent Oddon et Victor Lalloué…. Il effectueront leur présentation synchronisée à 3 avions, encore peu vue du grand public cette année.

Airbus A 400 M Atlas, le petit dernier entré dans le cercle très fermé des Ambassadeurs de l’Armée de l’Air et de l’Espace. © A400M Tactical Display

Puis, viendra le tour  du petit dernier, entré dans le cercle fermé des Ambassadeurs au tout début de la saison : L’Airbus A-400M Tactical Display, dans une présentation totalement étonnante, entrera en scène. A se demander comment un appareil présentant une masse aussi importante peut être si maniable et réaliser une telle présentation.

Fidèle au rendez-vous, la Marine Nationale présentera son patrouilleur maritime Atlantique 2. Initialement développé et construit par Bréguet Aviation la nouvelle version de l’appareil est produit à partir de 1971 par la société Avions Marcel Dassault-Breguet Aviation devenue en 1990 Dassault Aviation. © Marine Nationale

La Marine nationale ne sera pas en reste avec un ATL2 de lutte anti-sous-marine et des Falcon 10 et 50 bourrés d’électronique. Une vénérable Alouette III qui fut longtemps affecté à la sécurité des opérations de catapultage et de ramassage et à la récupération des pilotes ayant vécu un bain forcé montrera une dernière fois ses cocardes à hameçon avant son prochain retrait du service.

Une fois n’est pas coutume …

En ouverture du meeting, une présentation simultanée de modèles réduits radio­commandés de catégorie “Petits Gros”, sous la forme d’une dizaine de chasseurs et bombardiers 1939-­1945 évoluant ensemble est une réelle nouveauté.

La patrouille Tranchant évoluera à nouveau cette année avec ses CM 170 Magister dans le ciel de l’Essonne © Ph. Chetail – Aérobuzz

Partenaire de l’édition 2021, l’Aéro-club de France met en scène un défilé aérien original avec les 4 CM 170 Magister de la Patrouille Tranchant (H. Duval  leader), du duo (trio ?) CAP 222, Pitts et Beech Bonanza de la Patrouille Carnet de Vol (E. Vazeille B. Boillot et N. Ivanoff) et des 2 championnes du Monde de Voltige … Catherine Maunoury et Aude Lemordant aux commandes de son tout nouveau destrier. Tous les pilotes étant bien évidemment membres de l’AéCF. © N. Ivanoff

Ainsi, malgré les obstacles, cette 48ème édition du Temps des Hélices aura pu voir le jour. Au public désormais de montrer son intérêt pour cet évènement hors du commun et du temps qui, historiquement, chaque année ravit passionnés et néophytes.

C’est aussi ce qu’espère Cyrille Valente lorsqu’il nous confie :   « Le pari ne sera réussi que si le public joue le jeu et ne rechigne pas, comme par le passé, à verser son obole pour la survie de l’un des principaux meetings Européen. »

 

Philippe Chetail

Pratique

Pass sanitaire obligatoire – contrôle minutieux à l’entrée.

  • Un certificat de vaccination attestant d’un schéma vaccinal complet, à défaut un certificat de test négatif de moins de 72 heures, ou d’un certificat de rétablissement de la Covid.
  • Le port du masque est obligatoire dans l’enceinte du meeting,
  • Une pièce d’identité est recommandée, des contrôles peuvent avoir lieu de manière aléatoire.

Accès :

Situé à 50 km au sud de Paris, l’aérodrome est implanté sur la commune de CERNY.

Pour accéder par la route:
Le parking voiture est situé à l’extrémité ouest de la plateforme.

Pour accéder en train depuis Paris Gare de Lyon ou Austerlitz:
Prévoir 30 mn ( 2,5 km) de marche à pied entre la gare de la Ferté Alais et l’aérodrome.

Horaires :   samedi et dimanche

Exposition statique : 8 h – 12 h 15 – Baptêmes de l’Air :  8 h 30 – 12 h

Show aérien : 12 h 50 – 18 h 30

Animation en zone publique toute la journée

Les tarifs du meeting 2021

Entrée adulte : 34, 00 € – Enfants (- 10 ans) : gratuite –  enfants (10/16 ans) : 15, 00 € Chaise sur place (espace chaise) : 8, 00 € – Stationnement Camping cars sur le site, sans l’entrée au spectacle en sus :  40, 00 € – groupes : Contacter le bureau de l’AJBS 01.64.57.55.85 (bureau@ajbs.fr)

Billetterie en ligne sur le site de la manifestation.

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Philippe Chetail

chez Aerobuzz.fr
Président d’Airshow, spécialiste de l’organisation de manifestations aériennes, Philippe Chetail a organisé plus de 230 meetings aériens depuis 1973. Egalement co fondateur de France Spectacle Aérien, il est l’un des meilleurs connaisseurs européens de tous ceux qui gravitent autour des spectacles aériens. Il a rejoint Aerobuzz en juillet 2011. Philippe Chetail couvre, en particulier, l’aviation de collection et les évènements aéronautiques.

5 commentaires

  • Serge Briand

    Bonjour,
    Merci pour cet excellent article, très complet et bien documenté.
    Le meeting de la Ferté-Alais est un événement qui m’émerveille à chaque fois, et dont j’apprécie autant l’organisation et le plateau que les commentaires passionnés de Bernard Chabbert.

  • Alpha

    Petite correction : « Alexandre Orlowski, champion du monde “Unlimited” en titre. »
    C’était le cas en 2015, mais plus depuis 2019, où Louis Vanel lui a ravi la première place au podium.
    https://www.ffa-aero.fr/FR/frm_Sports_Volt_HautNiveau.awp?A14

  • spockangel

    La « photo » de l’ATL2 c’est en fait un Breguet ATLANTIC, le prédécesseur qui a été mis à la retraite en 1996 !
    Mais ça ne fait rien, c’est toujours un très bel avion.

  • LBE

    Bonjour

    Je me souviens étant gamin qu’au milieu des années 70 à Cerny que la courte pause du midi (car il y en avait une) était alors réservée aux modèles réduits. Les réhabiliter cette année avec toute leur dimension historique (jusqu’à Alphonse Penaud), leur rôle moteur de bien des vocations de tout temps, et une évolution technologique proprement étonnante qui permet en moins de 50 années à cette discipline très complète de dérouler en 2021 toute la dimension évocatrice qu’elle mérite.

    On croise les doigts pour la météo et plein succès à l’AJBS pour cette édition qui saura marquer son temps .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.