Accueil » Le musée de l’Air et de l’Espace renonce à Aéropuces

Le musée de l’Air et de l’Espace renonce à Aéropuces

Depuis 11 ans, l'incontournable brocante aéronautique était un événement phare de la programmation culturelle du musée de l'Air et de l'Espace. D'année en année, Aéropuces avait atteint une représentation nationale puis internationale, devenant la référence de la spécialité. L'établissement du Bourget y renonce pourtant.

21.03.2018

Aéropuces a essaimé en France. Son avenir est assuré… © Bourguignat

Aéropuces avait germé dans la tête de deux passionnés d’aéronautique, le libraire spécialisé dans les livres anciens sur la locomotion Jean-Charles Le Carrérès, d’une part, et le journaliste aéro Jean Molveau, d’autre part. Ils avaient imaginé une manifestation œcuménique autour de l’aéronautique et quoi de mieux pour réunir autour d’un même centre d’intérêt qu’une brocante à thème ?

Une centaine d’exposants européens

Une idée « géniale », reprise et copiée depuis d’ailleurs, capable de réunir tous les genres de collectionneurs, puisqu’au fil des ans, on a vraiment trouvé tout à Aéropuces, de la pale d’hélice de Hawker Hurricane, de la roue de Messerschmitt 109 au morceau de fuselage de Junkers 52 aux livres rares, en passant par des photos, cartes postales, œuvres d’art, uniformes et casques, maquettes, etc. Gérard Feldzer, alors directeur du MAE avait immédiatement perçu les potentialités d’un tel événement, laissant carte blanche aux organisateurs délégués.

Aéropuces 2017, onzième et dernière édition de la brocante aéronautique au musée de l’air et de l’espace… © MAE

Abandonné par son complice mais non par sa passion, Jean Molveau a continué seul, et sous les auspices de Catherine Maunoury, qui avait succédé à Gérard Fledzer à la tête du Musée, Aéropuces a pris une ampleur considérable, frôlant les 500 mètres linéaires avec une petite centaine d’exposants, certains – fidèles d’ailleurs – venant de Grande-Bretagne, d’Allemagne, de Belgique et des Pays-Bas. Au fil des années, les exposants d’Aéropuces ont formé une grande famille ! Un souvenir, celui de Catherine Maunoury et Jean Molveau coupant ensemble le gâteau du 10e anniversaire lors du pot de clôture d’Aéropuces 2016 !

La fin d’une aventure passionnante

Las ! Il semble que la tutelle du musée de l’Air et de l’Espace (la DMPA, Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives du ministère des Armées) ait nourri une « inquiétude » grandissante à l’égard de manifestations proposant à la vente des « objets de collection » dans l’enceinte des musées. Alors qu’Aéropuces a donné au MAE une image de convivialité et de dynamisme, ressentie par un public nombreux, « la tutelle » n’y a vu qu’un brouillage de la perception d’un musée national. La position du musée du Bourget devenant intenable, l’actuelle directrice a fait part à l’organisateur délégué qu’Aéropuces ne sera plus reconduit.

Aéropuces a essaimé en France. Son avenir est assuré… © Baron

Lequel a déclaré : « Aéropuces au musée de l’Air et de l’Espace fut une incroyable aventure, notamment sur le plan humain : d’ailleurs je remercie le musée d’avoir permis à ce concept de brocante aéronautique de croître et d’embellir, pour acquérir cette envergure et cette notoriété. Il y a des gens formidables au musée, et je suis heureux d’avoir eu l’occasion de travailler avec eux dans une passion commune. »

Aéropuces vivra

Que l’on se rassure, ce n’est pas la fin d’Aéropuces pour autant. Déjà une édition décentralisée a eu lieu deux ans de suite (2015 et 2016) lors des Rencontres aéronautiques et spatiales de Gimont. Une autre est prévue les 9 et 10 juin 2018 dans le cadre du Festival Big-Bang, à Saint-Médard-en-Jalles. Gageons que l’on entendra encore parler d’Aéropuces !

La rédaction

A propos de Aerobuzz

chez Aerobuzz.fr
Actualité aéronautique, transport aérien, aviation générale, défense, industrie, drones, hélicoptères, emploi, agenda.. Tout est sur Aérobuzz.fr.

22 commentaires

  • Jean Molveau
    Jean MOLVEAU

    La directrice du musée de l’Air et de l’Espace a en quelque sorte réagi à vos critiques : « je ne sais pas piloter un avion, mais je sais piloter un musée ». Dont acte, il y a visiblement des événements plus nobles et plus prestigieux qui doivent se tenir dans l’établissement du Bourget, mieux en tout cas qu’une brocante aéronautique devenue célèbre pour sa convivialité et son esprit familial !
    http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/le-bourget-je-ne-suis-pas-pilote-d-avion-mais-je-sais-piloter-un-musee-04-04-2018-7645902.php#xtor=AD-1481423551
    Face à cette vision manichéenne des choses, Aéropuces s’épanouira sous d’autres cieux !

  • Guy MONGIN

    Pour répondre a un intervenant : Si on peut dire quelque chose !!! les subventions alloués au Musée , sont permises par les impôts que nous payons , mais nous assistons malheureusement a la main mise de haut fonctionnaires des  » Musées de France » sur ce qui devrais être gérés par des acteurs passionnés de la réalité aéronautique . Vu l’état lamentable et poussiéreux de certains musées en France , il y a gros a parier que les choses ne vont pas s’arranger. L’incompétence le disputant à la suffisance , l’état des collections , l’attractivité de ce musée ne cesse de décliner d’année en année . seule la richesse des collections permet de faire illusion encore , mais vu l’état des réserves et des avions parqués , cela ne devrais pas durer . il parait qu’il y a « un délégué » du Président en charge de faire l’inventaire de ce qui ne va pas , interpellons le !!!

  • primault

    je partage complètement tous ces messages
    La frilosité d’un ministère, dont les fonctionnaires sont bien loin des évolutions et innovations muséales partout dans le monde
    On ne peut rien dire, ce ministère allouant une grande partie des crédits d’investissement

  • Seb

    Dès que c’est populaire, ça ne les intéresse pas.
    C’est du grand n’importe quoi et ce n’est pas fini. Les visites de réserves pourrait suivre la même voie (un p’tit doigt présent à l’AG de l’AMAA).

    Pour cette année s’était trop tard mais il ne faut pas se leurrer, le Carrefour de l’air qui est certainement un évènement qui demande beaucoup aux équipes dirigeantes du musée ne sera pas reconduit. Vous imaginez les initiatives qu’il faut prendre et les responsabilités que cela représente.

    Encore une qui vient de s’installer sur place en or pour ne rien faire.
    Malheureusement, seul les fanas d’aviation savent ce qu’il faut pour un musée aéronautique mais là je pense que l’on a bien reculé.

    Le Musée de l’air ne bougeait déjà pas beaucoup, là il va rester figé. J’ai 40 ans et le musée de l’air français de mes rêves ou plutôt digne de l’histoire immense qu’il devrait représenter, je ne le verrai jamais.

  • michel

    Reprise en main par les conservateurs orthodoxes : Tilati doit être content. Déjà que la réplique du Potez 25, magnifique mais farcie de pièces « bricolées » pour tenir l’ensemble, donnait des boutons à ces fanatiques et a été remplacé par un dragon rapide (belle machine… n’ayant aucune place dans l’histoire aéronautique française)
    Les guides bénévoles de l’AAMA vont disparaître (sécurité!)
    J’ai acheté 10€ le trotteur « avion » de ma fille a aéropuces. Je l’ai remis en état et gardé pour qu’elle l’offre elle-même au musée pour la vitrine des jouets de la zone maquette. Inutile: je ne vais pas risquer pour elle une rebuffade hautaine d’un de ses conservateurs poussiéreux. (ils sont où les vieux avions de fête foraine acquis par le musée ?)
    Je connais un peu Stéphane Abrial: à part le coté honorifique, je ne vois pas en quoi diriger un musée l’intérésserait !

  • Jean-Pierre CONDAT

    Une grosse déception et les raisons du renoncement qui restent discutables. Tout mon soutien à Jean Molveau qui ne manque pas d’idées et sait rebondir.

  • manu

    Je reviens d’ amsterdam ou des fanas d’ aviation ont organisé pour la 1ere fois un salon tout sur l’ aviation avec 250 tables ! et beaucoups d ‘ exposants dynamiques et plus de 1000 visiteurs payants dans un grand hotel d ou on pouvait voir le traffic aerien ! malheureusement en france les municipalités, les lieux publiques, aeroports et les forces publiques mettent un maximum de battons dans les roues pour que les organisateurs de salons et les spotters ne puissent pas continuer leurs passion et comme cela ils n’ encourent aucune responsabilité en cas de problemes de sécurité.
    les francais vont devoir s’ expatrier dans les pays d europe pour visiter d autres salons qui existent chez tous nos voisins sans problemes depuis des années .Mais vu qu’ on ne voit pratiquement jamais de francais nul part et que pour la plupart , c ‘est déjà toute une aventure d’ aller au bourget ou à CDG ,et de dépenser 5 € pour participer aux frais de location de la salle , le collectionneur francais aeronautique a du soucis à se faire !!! et n’ a qu’ à s’ en prendre qu’ à soit meme….

  • lavidurev

    …DMPA nourri une « inquiétude » grandissante à l’égard de manifestations proposant à la vente des « objets de collection » dans l’enceinte des musées.

    DMPA n ose meme pas faire face a sa propre politique de gestion du patrimoine qu il est incapable de preserver. Hypocrisie et manque de courage lamentable.

  • Duvivier

    Dommage,Madame Maunoury était sans sexisme aucun,lHomme de la situation.Un pilote exceptionnel et une passionnée.
    Nous sommes des spécialistes incontestés de la connerie

  • P. VARINOT

    la splendeur ADMINISTRATIVE de la FRANCE !!!!! Mais quel « fonctionnaire » aime l’aviation ?
    Sans doute aucun. C’est la différence entre un boulot et une passion.
    Le pouvoir de dire NON n’est pourtant pas un métier, c’est la négation même de l’initiative.

  • gérard weber

    Je suis ravi que cette manifestation se déplace en « province » à ST-MEDARD en Jalles.
    Par contre il est lamentable d’invoquer des raisons qui jusque là, grâce à l’intelligence et à la passion ne posaient aucun problème.
    Ce n’est pas une bonne manière de s’intégrer dans la sphère aéronautique pour cette haute fonctionnaire des musées français!!!
    Dommage et espérons que nous n’aurons pas d’autres mauvaises surprises dans l’avenir.

  • valadon

    Bonjour à vous tous.
    Avec beaucoup d’amertume je dis:
    – Le gouvernement du MAE donne six mois aux acteurs du MAE pour s’entendre sur des solutions qui pourraient permettre au MAE d’améliorer sa notoriété.
    – Une phrase des tontons flingueurs  » Les c..s ça osent tout……………………………..
    Bonne fin de journée à vous.

  • lavidurev

    Le pays des droits de l homme et du citoyen se compose en fait de petits royaumes ou seigneurs et vassaux imposent leurs mots d ordre tour a tour. Republique en marge et non en marche.

  • Arminius

    Elle craignait quoi, la tutelle, que le musée soit confondu avec les puces de Pantin ? L’avenir est aux initiatives privées, comme à Gimont, l’action publique est morte.

  • christian seveillac

    Heureux d’apprendre qu’ Aéropuces , toujours avec Jean Molveau, va connaître une nouvelle édition, cette année, à Saint Médard en Jalles… Mais quel dommage que cela se passe en même temps que le Rassemblement de Biscarrosse, qui, en 2018, devrait connaître une grande affluence, vu le programme en préparation…
    On ne peut pas être partout à la fois!

  • Bernard Pieracci

    Evidemment , on ne peut demander a des  »gestionnaires » ?? de penser comme pensent les passionnés qui aiment à se retrouver dans les lieux et surtout ambiance qui les animent. Merci à tous ceux qui ont créé et amené jusque là ce qui a été bien compris pendant onze ans et détruit d’un trait de plume.
    Bernard

  • François Henriot

    Une partie des « Tous ensemble, tous ensemble, tous ensemble » des années 90/2000 est aujourd’hui aux commandes. Donc, c’est maintenant l’heure du « Je ne veux voir qu’une tête! » Triste « management »… Vive l’imagination, vive la liberté! Et NON aux JO bien sûr.

  • Daurat

    bonjour ayant travaillé pendant 20 ans dans un musée national aéronautique et vice président des amis de Marcel Leyat (voiture a hélice Hélica) je peux me permettre de dire que tout ce qui apporte des liens et de la convivialité aux vieux musée est rejeté de façon systématique par les conservateurs qui ont horreur des choses « innovantes » . Trop attachés a leur confort, ils sont spécialiste dans le frein a toutes choses « ne changeons rien et laissez moi dormir  » pourrait être leur devises, d’ailleurs certains locaux du MAE ou autres ressemblent plus a des Ehpad vu les titulaires qui y sévissent depuis si longtemps….les associations de passionnés qui tentent de faire bouger cela sont refoulées personnellement j’ai jeté mes espoirs après plus de 20 ans de sauvetage aéronautique international, mon choix de legs aujourd’hui va a l’étranger capable eux de conserver « vivant » des bijoux de notre histoire aéronautique.(liste sur demande)

  • Martial

    A qui profite le crime….
    « « inquiétude » grandissante à l’égard de manifestations….. » quand la peur domine
    « « la tutelle » n’y a vu qu’un brouillage de la perception d’un musée national… » et que l’on brouille les pistes de la perception, effectivement nous n’arrivons à « rien », ce que l’on sait très bien faire en France. Merci donc à la nouvelle direction pour son dynamisme.

  • Thierry Paris

    Comme d’habitude, quand quelque chose marche bien et permet de se rencontrer pour partager, il faut qu’on supprime pour certainement des histoires d’égo mal placé.
    Merci Jean pour ce que tu as fait et ce que tu continues de faire.

  • Lardinois JP "Maudit" Editeur du Monkeys Spotters Magazine

    Bien triste nouvelle
    Avec quelques spotters belges et autres, nous venions clôturer l’année aéronautique à l’Aéropuces avec le petit couscous en face qui vas bien avec.

    Un vrais moment convivial, des rencontres constructives et enrichissantes.

    Bon dieu qu’elle triste nouvelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *