Accueil » Les derniers meetings aériens sous la menace d’une nouvelle poussée du Covid-19

Les derniers meetings aériens sous la menace d’une nouvelle poussée du Covid-19

La multiplication des foyers épidémiques et le renforcement des mesures sanitaires au coeur des vacances estivales peuvent-ils menacer les meetings aériens programmés en France à la rentrée ? Un défi de plus pour les organisateurs des meetings de la dernière chance, qui en dépit des obstacles sont déterminés à sauver ce qui reste d'une saison 2020 cauchemardesque. [Les dates des meetings aériens 2020]

1.08.2020

La pandémie permettra-t-elle la tenue des meetings aériens de la rentrée 2020, dernières chances d'éviter une saison blanche ? © AJBS

Depuis le début de cet été, d’autres événements, du plus modeste fly’in au show aérien le plus complet, sont venus allonger la liste des annulations. Avec toutes les réserves qui s’imposent, listons les meetings aériens encore programmés d’ici à la fin de la saison. Il est probable que certains organisateurs renoncent encore du fait de la multiplication des injonctions de l’Etat et de la fermeté des autorités à les faire appliquer.

Ce qu’il reste du calendrier 2020 des spectacles aériens en France

  • 15 août 2020 : Toulon – plage du Mourillon
  • 30 août 2020 : l’Alpe d’Huez – Altiport
  • 12 et 13 septembre 2020 : Fête Aérienne Abbeville – Baie de Somme
  • 12 et 13 septembre 2020 : Air Legend – Paris-Villaroche
  • 19 septembre 2020 : Meeting plage – Agde – Mail de Rochelongue
  • 25 à 27 septembre 2020 : Fly’In – Saint Yan
  • 26 septembre 2020 : Meeting plage Anglet
  • 3 et 4 octobre 2020 : Ailes et Volcans – Cervolix – Issoire le Broc
  • 10 et 11 octobre 2020 : Free Flight World Master – Sainte Maxime
  • 17 et 18 octobre 2020 : Le Temps des Hélices – La Ferté Alais.

Combien de ceux-ci vont-ils encore être rayés de cette liste ? Il est évidemment impossible de le dire à cet instant précis. La seule certitude est que le « Décret N° 2020-663 du 31 mai 2020, prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid-19 dans le cas de l’Etat d’urgence sanitaire » est toujours d’actualité.  Même s’il évolue dans le temps dans le sens d’un assouplissement, il maintient néanmoins, jusqu’au 31 août 2020 au moins, la jauge à 5.000 personnes pour les événements organisés en France.

Encore beaucoup d’incertitudes pour les organisateurs et les présentateurs

Ce que l’on sait aussi, c’est que de nouveaux foyers d’infection se révèlent çà et là, et que de nouvelles mesures destinées à lutter contre la propagation du virus sont à l’étude dans les Ministères. On ne peut pas dire, aujourd’hui, quand elles seront effectives et applicables.  Dans l’attente, les organisateurs, comme le demande la réglementation (Arrêté du 4 Avril 1996), font preuve de beaucoup d’imagination pour proposer à l’autorité des mesures de prudence et de protection du public propres à leur événement. Le dernier mot appartient au Préfet, libre de délivrer l’autorisation, ou la refuser.

A l’inquiétude des organisateurs s’ajoute désormais celle des pilotes présentateurs d’avions, toutes catégories confondues (collection, voltige, réacteurs, patrouilles…). S’ils sont privés de l’entrainement indispensable au maintien de leur niveau de compétence, ils le sont aussi de l’essentiel des ressources indispensables à l’entretien des appareils. Ces ressources sont pour la plupart directement liées à leur participation aux meetings.

Une saison 2020 pourtant prometteuse

Si la survenue de la pandémie et ses conséquences ont profondément bouleversé l’économie toute entière de notre pays, le secteur de l’événementiel est sans aucun doute l’un de ceux qui aura le plus souffert de cette crise à laquelle personne n’était préparé. Et le show aérien est au point mort. La saison 2020 des meetings aériens s’annonçait pourtant prometteuse…

Au-delà des «  institutions » annuelles que sont Le Temps des Hélices (La Ferté-Alais), Air Expo (Muret), Paris Air Legend (Melun-Villelaroche), Légend’Air en Limousin (Saint-Junien), le meeting de l’Air de la FOSA (BA Cognac) et quelques autres, les grands rendez-vous biennaux organisés les années paires (Meaux, Valence, Grenoble, Albert, Cambrai, Roanne, Toulouse…) étaient vivement attendus par toute la communauté des amateurs et du grand public.

Des nouvelles contraintes sanitaires insupportables pour les organisateurs

Distanciation physique, circulation différenciée des flux de personnes sur le site, gestes barrières, mise à disposition de gel hydroalcoolique pour le public et parfois prise de température à l’entrée du site… Autant de mesures sanitaires qui vont impacter les  rassemblements publics, et donc les meetings aériens. La limitation du public à 5.000 n’arrange rien. Ces nouvelles contraintes sanitaires sont venues s’ajouter aux obligations de sécurité et sûreté déjà existantes.

Face à ces nouvelles contraintes, dès le mois de mai, les événements de début de saison, prévus au plus fort et au sortir du confinement, ont rapidement disparu des calendriers ou ont été reportés, parfois à plusieurs reprises, alors que la période d’interdiction des manifestations publiques se prolongeait… Les organisateurs de meetings aériens ont la réputation ne pas se laisser abattre facilement par l’adversité. Mais là, ils ont atteint les limites du supportable ! D’autant qu’au même moment, ils ont assisté au désengagement de leurs partenaires financiers, qu’ils soient publics ou privés.

Dans ce contexte de crise sans précédent, la communauté aéronautique doit serrer les rangs. Les passionnés de tous bords et le grand public se doivent de soutenir, chacun à son niveau, les organisateurs de meetings aériens qui en dépit de l’adversité maintiennent leurs événements : « Seule une interdiction de l’Administration pourra nous contraindre à annuler ! » déclarent-ils d’une même voix.

Philippe Chetail

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Philippe Chetail

chez Aerobuzz.fr
Président d’Airshow, spécialiste de l’organisation de manifestations aériennes, Philippe Chetail a organisé plus de 230 meetings aériens depuis 1973. Egalement co fondateur de France Spectacle Aérien, il est l’un des meilleurs connaisseurs européens de tous ceux qui gravitent autour des spectacles aériens. Il a rejoint Aerobuzz en juillet 2011. Philippe Chetail couvre, en particulier, l’aviation de collection et les évènements aéronautiques.

14 commentaires

  • REICREM

    Bonjour,

    Faisons nous une raison. La saison 2020 dans pas mal de domaines est fichue…

  • Peter DARGER

    Les Français, vous êtes uniques, les meilleurs, les plus, les plus… : champions du monde quoi…!

  • mcr59

    pseudo ecologie a la bobo parisien qui quitte Paris en 4×4 lors du confinement
    mais veut interdire les vols inter régions, les meeting aerien, les loisirs « polluant » pour les bouzeux de province.
    Les memes qui applaudissent les humanitaires qui s occupent des malheureux sur
    des territoires hostiles a grand cout de vol d avions et d helico ( voir les reportages
    sur la 5 et la 3 ) . Et a voir le nombre de jeunes qui surpeuplent ces zones ce service
    n est pas pres de stopper.
    Alors il faut bien culpabiliser, pour ce donner le beau role ecolos, les mauvais ploucs qui osent vouloir de divertir et ne pas payer pour les Grandes idees humanitaire.
    L aviation ok pour riches qui pensent aider les pauvres mais pas pour les travailleurs
    lamba qui les servent

  • Patrick Bridoux

    La polémique ne sert à rien. Aller dans un meeting aérien et voir voler de vieux avions n’est pas incompatible avec le sauvetage nécessaire de notre économie et celui du secteur aéronautique

    • Claude DUVIVIER

      5000 personnes ,Je ne pense pas que celà soit »rentable » pour un gros meeting comme celui de la Ferté ou celui de Meulin.

  • Loock

    Il me semble avoir bon dos notre Covid;

    Nos plages (au moins de la façade ouest) avec des aérodromes de proximité (Calais Touquet Grandville…) une mer qui a marrée basse découvre des km2 pour les spectateurs, des passages sur l’eau sans danger etc etc. On ne veut plus de bruit, moins de pollution, moins d’essence brûlée et ranger ces machines dans des musées statiques.

  • Dommage que les meetings soient autant contraints par les règles administratives, Dommage également que certains d’entre nous ne soient pas suffisamment responsable pour protéger les autres. Courage aux organisateurs, rendez-vous en 2021!

  • Paul HISSON

    N’y a t’il pas des choses tellement plus importantes qu’un meeting aérien qui ne se tiendra pas en ses temps extrêmement difficiles, ou bien de telle ou telle jolie photo, au lieu de développer des sujets comme le maintien de la production et de l’emploi dans l’industrie de l’aviation et ses conséquences ?
    Quand il n’y a plus de production, il n’y a plus d’emploi et donc plus de ressources alimentaires.
    Je sais bien qu’en France on travaille pour se payer des loisirs et des vacances, mais quand même, un peu de lucidité et de bon sens ne feraient de mal à personne ?

    • Morbier

      « le maintien de la production et de l’emploi dans l’industrie de l’aviation »:on y travaille aussi. L’un n’empêche pas l’autre.C’est comme envoyer des fusées sur Mars alors que des gens crève de faim:mais pour quoi faire ?

    • Jean-Baptiste Berger

      @Hisson
      Mais où est le rapport ?
      Vous ne croyez pas qu’on a suffisamment de fâcheux qui nous bassinent leur morale à deux balles à longueur de journée à la télé ?
      En quoi le fait de constater (et de déplorer à juste titre) qu’une des formes de spectacle de plus va faire les frais de cette saleté de virus est-il le signe d’une inconscience de la population ?
      Je vous suggère de réserver votre remarque aux marchands ambulants qui eux aussi vont perdre leur source de revenus grâce à ces mesures restrictives ciblées…pour faire « peuple ».
      J’espère que ce n’était pas le but de votre remarque, mais j’ai quand même l’impression que de plus en plus de gens profitent de cette calamité sanitaire pour nous préparer (pour quel bénéfice, et pour qui ?) à une société terne, besogneuse, triste et uniforme comme on en a tant d’exemples à citer.
      Vous en voulez ?
      -À la Chinoise, un masque sur le nez toute l’année virus ou pas, à travailler 7/7 15 h par jour pour pouvoir se payer un dortoir .
      -À la Talibane, les femmes sous une bâche, à être persuadé de faire plaisir au bon Dieu en ne foutant rien de la journée que de chasser l’orteil qui dépasse, le non-dévot qui a oublié une prière ou je ne sais encore quelle connerie pour rendre la journée plus sinistre…
      -À la mode de l’Eglise inquisitrice d’il y a moins de trois siècles, un peu le même genre que ci-dessus.
      -À la Staline, version Européenne de la Chinoise, mais sans le masque.
      -Et pourquoi pas à la Greta, à fustiger tous ses voisins de l’Occident mais en se gardant bien de s’exposer en Asie ou en Afrique pour s’attaquer au vrai challenge de la survie de la planète, la surpopulation.
      Les gens que vous taxez d’inconséquents veulent juste vivre, travailler, s’amuser, échanger, etc…
      C’est la nature de l’homme qui se distingue en ça des fourmis et du plancton.
      Obliger les gens à faire la gueule parcequ’ils doivent faire face à une difficulté collective n’a jamais rien résolu.
      Bon dimanche à vous.

      • PlasticPlane

        Vrai qu’il serait intéressant de connaître ce qui fait vibrer les personnes qui se satisfont de la fin du plaisir des autres et qui pontifient sur la grandeur des enjeux 🙂

    • Woodplane

      Les loisirs, c’est combien d’emplois?
      Son poids dans l’économie ?
      C’est énorme !
      Avec ce genre de point de vue, le peuple ne travaillera plus que pour manger, se loger, procréer.
      Seraient ce les seules motivations pour vivre?
      Alors supprimons tous les sports mécaniques, bateaux, avions, motos… etc, tous les loisirs, tous les plaisirs et construisons une société de zombies ou nous n’aurons plus rien à partager, à aimer avec pour seuls buts travailler, tenter de se divertir par écrans interposés, payer des impôts, et mourir.

  • Weygand Claude

    Bonjour
    vous avez oublié le Rassemblement International d’Hydravions de Biscarrosse dans votre liste des grands rendez-vous biennaux.

    • CHETAIL philippe

      Bonjour Monsieur Weygand
      Je comprends votre remarque mais ce n’est pas un oubli ! je ne pouvais tous les citer… Il ne s’agissait pas ici d’en faire l’inventaire mais simplement de citer quelques exemples… Biscarosse bien entendu fait partie de ces rendez-vous mais bien d’autres aussi qui n’apparaissent pas dans l’article. Si vous décidez de reporter votre événement 2021, prévenez nous dès que vous le pourrez afin que nous le portions au calendrier annuel que nous publions en janvier. La constitution de ce calendrier est actuellement en cours.
      Cordialement
      Ph. Chetail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.