Accueil » « L’Évangile selon Saint-Yan »

« L’Évangile selon Saint-Yan »

Ce livre consacré aux deux premières décennies du fonctionnement du Centre de Saint-Yan, apporte un éclairage sur la genèse de la formation à la française des élèves pilotes de ligne. © Aerobuzz.fr

Dans un passionnant livre de plus de 400 pages, Jean-Loup et Patrice Notteghem et Philippe Dubois mettent en lumière le travail acharné de moniteurs de pilotage pour écrire et mettre en oeuvre la "méthode française d'apprentissage du pilotage", à la Libération. Cette poignée de jeunes passionnés écrivit "l'Évangile selon Saint-Yan" et forma les premières générations d'élèves pilotes de ligne français.

C’est Raymond Sirretta, le fondateur de la revue Aviasport, qui en mai 1954, dans son premier numéro, évoquera pour la première fois « l’Évangile selon Saint-Yan » en présentant la méthode française d’apprentissage du pilotage. Portée sur les fonds baptismaux en 1945 à Carcassonne, cet enseignement a pris son envol, à partir de 1948, en Bourgogne, sur l’aérodrome de Saint-Yan, à un saut d’ange de Paray-le-Monial, la « cité du Sacré-Cœur ». Et comme, il n’y a pas d’Évangile sans...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

Un commentaire

array(1) { [0]=> int(6) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Oui, on l’attendait ce bouquin, dont le conservateur du petit musée du Centre nous avait annoncé la préparation, lors d’une journée spéciale des anciens A10 (Feldzer était encore au biberon !), où, grâce à Alain de Valence et Jacques Aboulin, nous avions pu revoler sur Morane 733. Je le commande…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(6) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(6) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.