Accueil » Culture Aéro » Le président Trump sous le charme des Alphajet de la PAF

Le président Trump sous le charme des Alphajet de la PAF

A l’occasion du survol de Manhattan par la Patrouille de France, Donald Trump a découvert l’Alphajet. C’est la première fois qu’il voyait ces « drôles de petits avions ».

Les "French Bleu Angels", comme Fox News a baptisé la Patrouille de France, au-dessus de New York City, le 26 mars 2017. © Armée de l'Air

Dans sa frénésie de couper dans les budgets publics, le nouveau président des Etats-Unis s’est évidemment attaqué à l’armée. Il a même commencé par là. A peine installé dans le bureau ovale, il remettait en question la commande du nouvel Air Force One et s’en prenait au F-35.

Il n’était pas dans la Trump Tower, dimanche dernier, quand la Patrouille de France a majestueusement survolé Manhattan à 2.000 pieds, trainant derrière elle un magnifique panache tricolore… aux couleurs des USA. Le président a regardé le passage, depuis la Maison Blanche, sur Fox News, sa chaine préférée (et inversement). Il s’est étonné publiquement (autrement dit en tweetant) qu’une patrouille militaire puisse voler sur des avions aussi petits et faire autant d’effet.

Son secrétaire d’Etat à la Défense qui, lui non plus, n’avait jamais vu d’Alphajet, a appelé l’Ambassade de France à Washington, qui lui a expliqué que ces avions avaient été construits autrefois par Dassault (il avait vaguement entendu parler de Dassault). L’ambassadeur s’est gardé de lui préciser que la France s’apprêtait à les remplacer par des avions à hélice suisses.

L’affaire aurait pu en rester là, si le gendre du président des USA, n’était pas intervenu dans la discussion, et propose à son beau-père de demander à Dassault de lui vendre des Alphajet, pour équiper les Blues Angels et les Thunderbirds. En remplaçant les F/A-18 et les F-16 par des Alphajet, l’économie d’exploitation serait substantielle.

Dassault s’est déclaré prêt à relancer une chaine de production à Little Rock, dans l’Arkansas, là où est implantée sa filiale américaine Dassault Falcon. Ce ne sera pas le contrat du siècle, mais le constructeur français prépare le coup d’après : substituer le Rafale au F-35. En attendant, le bureau d’études de Saint-Cloud planche sur une version tout composite de l’Alphajet, équipée de commandes de vol électriques et donc logiquement de plan canard ; Donald Trump appréciera l’attention.

Gil Roy

La preuve ! © Martin Roy / Aerobuzz.fr

A propos de Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.
Journaliste chez Aerobuzz.fr

8 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam *

Bannière Tbm910

Sur Facebook