Accueil » Sauvetage réussi du hangar Bessonneau de Passy 

Sauvetage réussi du hangar Bessonneau de Passy 

Le hangar Bessonneau, ultime vestige de l'aérodrome de Passy-Mont Blanc, vient d'être inscrit au titre des monuments historiques.

7.11.2020

L'aérodrome de Passy en 1928. Devant le hangar Bessonneau, un Potez 32. © Coll. Asso. Anciens Aérodromes

Le dernier hangar Bessonneau officiellement recensé en France, sur le terrain historique de Passy-Mont Blanc (Haute-Savoie), a été inscrit en tant qu’objet mobilier au titre des monuments historiques par l’État (DRAC Auvergne-Rhône-Alpes) le 29 juin 2020.

C’est une grande satisfaction pour les associations à vocation patrimoniale qui ont porté le projet de protection de ce témoin ancestral de l’aviation de montagne au pied du Mont-Blanc.

Dernier vestige immobilier de l’œuvre pionnière du pilote militaire Joseph Thoret, inventeur du « tourisme aérien » et de l’aviation de montagne, le hangar Bessonneau de Passy – Mont-Blanc appartient à la catégorie des hangars inventés puis produits à plusieurs milliers d’exemplaires par l’entreprise angevine Bessonneau.

 

Les ateliers Bessonneau à Angers. © Coll. Asso. Anciens Aérodromes

La charpente caractéristique du hangar Bessonneau. © Coll. Asso. Anciens Aérodromes

« Le principe même de ce hangar, établi en 1910 pour abriter les avions durant la course Angers-Saumur, a été ensuite utilisé par l’armée française pour abriter les opérations de réparation et l’entretien des avions de chasse et de reconnaissance durant la Première Guerre mondiale. Hangar mobile, composé d’une charpente en bois et recouvert de toiles, le Bessonneau est devenu l’archétype de l’infrastructure des terrains d’aviation du front de la guerre 14-18, – près de 5000 exemplaires auront été construits, – avant de tomber petit à petit dans l’oubli pour disparaître du paysage aéroportuaire au début des années 39-40 », écrit Guilhem Labeeuw, vice-président de la très dynamique association Anciens Aérodromes.

L’exemplaire de Passy, réinstallé définitivement en 1928, est le dernier exemplaire de hangar Bessonneau connu en France dont la charpente d’origine est toujours en place. Il fut acheminé gratuitement jusqu’au Fayet par la compagnie des chemins de fer du PLM. L’aérodrome de Passy était alors le seul du département de Haute-Savoie.

Joseph Thoret avait remarqué la plaine de Passy alors qu’il effectuait des ravitaillements pour l’observatoire Vallot ; l’idée a alors germée dans son esprit d’utiliser ce site exceptionnel de la haute vallée de l’Arve pour déployer le tourisme aérien autour du Mont-Blanc, appelé à l’époque « l’alpinisme aérien ». Fort de sa notoriété, pour avoir inventé « l’école des remous », prélude au pilotage en montagne consacré plus tard par Hermann Geiger et Henri Giraud, Thoret interpelle alors le maire et le député qui adhèrent à son idée novatrice.

Aérodrome de Passy. 1928. Un Goliath Farman 60 d’Air Union sur la neige. © Coll. Asso. Anciens Aérodromes

Aérodrome de Passy. 1928. Joseph Thoret et le Salmson 2A2 d’Air Union. © Coll. Asso. Anciens Aérodromes

Fort de ses appuis locaux, il convainc la compagnie Air Union, desservant déjà Genève depuis 1924, et dès 1928, l’activité aérienne se déploie sur trois faisceaux : ligne Passy-Genève, les baptêmes de l’air et le survol touristique du massif du Mont-Blanc. Les premières photos aériennes de cette contrée, remarquable sur le plan géographique, nous sont offertes par les photographes de cette période faste. Plusieurs personnalités ont ainsi pu voler avec l’intrépide Thoret : Roger Frison-Roche, André Gide, Edouard Herriot, Maurice Farman.

L’aérodrome bénéficie d’un nouveau rebond avant la Seconde Guerre mondiale, grâce aux usines Potez qui s’installent dans le hangar Bessonneau de Passy, jusqu’à la nationalisation de 1936 mettant fin aux activités de Potez Aéro-Service. Firmin Guiron, nouvel acteur, fonde alors la société Mont-Blanc Aviation et signe avec l’Etat la mise en place d’une section d’aviation populaire pour former les jeunes.

Aérodrome de Passy. 1959. Jean Boulet réalise les essais de l’hélicoptère Alouette 3. © Coll. Asso. Anciens Aérodromes

La Seconde Guerre mondiale marquera l’arrêt de cette activité mais il revient au terrain d’aviation de Passy d’avoir eu le privilège de former à l’aviation de sport et de loisir toute une partie de la population de la Haute vallée de l’Arve.

Le hangar Bessonneau de Passy aujourd’hui. © Coll. Asso. Anciens Aérodromes

Grace à son inscription au titre des Monuments historiques, ce dernier hangar Bessonneau de France, devient maintenant, l’ultime témoignage et l’unique témoin d’une époque.

RSA – Association Anciens Aérodromes

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Aerobuzz

chez Aerobuzz.fr
L'information aéronautique au quotidien. Aerobuzz.fr fédère une communauté de plus de 120.000 professionnels et passionnés de l'aéronautique.

28 commentaires

  • POLICARPO

    Ne pourrait-on pas imaginer dans un futur , développer cet hangar en une sorte de Musé de l’aviation de montagne et pourquoi pas y recueillir d’anciens appareils utilisé du début à nos jours à savoir peut ètre réintégrer l’Alouette 3 JBL qui à œuvrer durant près de 40 années l’histoire des compagnies « Air Alpes » « Aircimes » « Aérocimes  » le souvenir de certains sauvetages dans le Massif du Mont-Blanc exemple celui de Pierre Mazeaud le 17 juillet 1961 et tant d’autres scènes de sauvetages ou de premières aéronautiques , d’un point de vue culturel cela apporterais un peu d’utilité et piment à cette conservation

    • CHABRAND Pierre

      Bonjour,
      Le petit fils ainé de Joseph Thoret ne peux que soutenir cette proposition ! Et je serai alors en mesure d’y verser des documents inédits sur la création de l’aérodrome du Fayet, l’impression des passagers suite à leur « excursion aéronautique » avec l’aviateur.

    • Jean Paul Delevoye

      Oui bien sûr, mais qui paye pour développer ce hangar en musée ? Qui va venir le visiter ? Combien de visiteurs annuels à quel tarif pour payer le fonctionnement du musée ?

      C’est là le nœud du problème.

  • ASTON

    Bonsoir,
    Merci pour cet article très intéressant où j’ai appris beaucoup de choses.
    J’en retiens que l’aviation légère dès ses débuts a contribué au développement de la vallée de l’Arve et de la région du Mont-Blanc et a depuis le début été un vecteur du tourisme et de la valorisation du massif notamment.
    Et que les acteurs économiques, artistiques et journalistiques et politiques de l’époque ont soutenu ces initiatives.
    Les acteurs d’aujourd’hui, notamment à Sallanches, tournent le dos à ces visionnaires et à cette histoire bien plus ancrée et ancienne que je ne l’imaginais.
    Sinon avions et hélicoptères sont complémentaires, l’un ne remplace pas l’autre.

  • LECOMTE LAURENT

    c’est une excellente nouvelle n’en déplaise à certains , à Nantes avec des copains nous avions rapatrié le Bessonneau qui était à la ferté alais propriete de Jean salis , nous pensions le remonter à Nantes Atlantique , les gestionnaires ne furent pas de notre avis…
    nous ne fimes pas cela pour rien puisque c’est Peter Jackson en personne qui l’a récupéré pour le remonter en Nouvelle Zélande et rajouter un décor historique à sa collection unique d’appareils de la première guerre mondiale . Je ne regrette vraiment pas d’avoir eu cette initiative lorsque jean me dit qu’il allait falloir faire quelque chose pour ce hangar .

    • Jean-Mi

      Haaaaa ! Il me semblait bien avoir entendu parler du Bessonneau de la Ferté, qui avait été vidé et démonté pour partir ailleurs, mais je ne savais ou. Il est donc maintenant en Nouvelle Zélande ? Bigre ! Sacré voyage…
      Le bessonneau de Passy n’est donc pas le dernier existant, mais il est bien le dernier qui soit à sa place historique.
      A relever que c’est en effet fabuleux que ces « bâtiments » légers et destinés à être mobiles et temporaires (hangars de campagne) soient encore de ce monde et utilisé 110 ans plus tard. Cela montre la qualité de la conception de Bessonneau, et la qualité des matières utilisées. A méditer quand nos meubles modernes sont usés au bout de dix ans ou impossible à déménager sans casse…

  • Excellente nouvelle!
    le Hangar Bessonneau mérite non seulement d’être conservé mais il pourrait avoir un avenir…voir la fin de mes « lignes de pilote » dans le Numéro n84 du magazine PILOTER qui vient de sortir. Passy-Mont Blanc et la haute vallée de l’Arve sont dignes d’un futur à la hauteur de leur histoire…
    A suivre,

  • « Quid » des hangars de Rouen-Boos? Sont-ce de vrais Bessonneau ? Ils datent d’avant 1940, je crois, ont la belle allure des Bessonneau…

  • popoaviateur
    Popoaviateur

    Superbe nouvelle après la fermeture de Sallanche qui avait succédé à Passy Mont Blanc. 🛸👩‍✈️👨🏿‍✈️🛰💺🛬🛫🛩✈️🚀🚁🍀🍀🍀🍀🍀🍀🍀🙏😘👍

  • Robert Le Borgne
    Bob

    Tout pilote de planeur vous dira qu’il était sécurisant de savoir, qu’en cas de chasse lors d’un vol sur le mont Blanc, on pouvait se vautrer à Sallanches, les terrains vachables ne sont pas nombreux dans cette région !

  • Mathieu Lecorre

    Je découvre l’histoire d’un bâtiment que je côtoie tout les jours sans y faire attention.
    Ca m’a donné l’envie d’aller le voir de l’intérieur.
    Merci.

  • Arminius

    Infrastructures inutiles, vieux machins à détruire plus qu’a conserver… Il y a moins de deux ans, dans mon coin il y a eu un incendie, un bête petit feu de friche. Ça a gagné la forêt à coté, et avec la sécheresse c’est devenu un désastre. Le problème, tous les chemins avaient disparus, vendus ou annexés. Du coup les pompiers avaient le plus grand mal à faire leur boulot. Ce qui existe et qui ne sert pas aujourd’hui, on peut en avoir besoin demain. Tout équipement, toute infrastructure peut être utile si on la garde. Pourquoi garder un vieux hangar ? Parce que c’est un hangar, on démoli tellement en France qu’on finirai presque par croire que nous avons les moyens de tout remplacer par du neuf. Et puis comme il est dit, ce type de hangar présente un intérêt historique et technique certain. Conçu à une époque ou l’économie de moyens était la règle, en bois de relativement faible section, durable, la preuve, c’est peut être un exemple à montrer à tous les architectes qui nous pondent des structures aussi peu fonctionnelles que solubles dans le temps. Notre société s’est construite sur des concepts maximisant l’utilisation des ressources, ne rien gâcher, ne rien jeter, principes que nous avons oubliés. Il faut le garder, juste pour voir ce qu’il est possible de faire sans électronique et sans mondialisation. La technologie, c’est comme l’élevage, quand une voie se révèle être une impasse et conduit à l’appauvrissement, il faut avoir les souches pour revenir en arrière et recommencer. Ce bessonneau en est une, une leçon du passé pour le futur.

  • Guy de Saint Victor

    Le Salmson 2A2 avion mythique en dotation début 1918 en escadrilles d’observation. Mon grand oncle le lieutenant Henri de Barrés, observateur aérien Légion d’Honneur à titre posthume et Croix de Guerre, a trouvé la mort en retour de mission
    sur un Salmson écrivain combattant son nom est gravé au Panthéon tout comme celui de Guynemer.
    Le général Mangin avait fait un vol inaugural au moment de la mise en service de ce bi-plan.

  • Jean Paul Delevoye

    On ne peut pas tout conserver, tout mettre au musée sous prétexte que c’est vieux.
    Ce hangar n’est pas une cathédrale, une prouesse, quelque chose d’exaltant.

    Gardons le tant qu’il est utile et qu’il tient debout, mais le garder pour sauvegarder l’histoire?

    C’est mon avis 🙂

    • Jean-Mi

      Tout conserver, pas forcément, mais celui là, c’est le dernier. Alors, puisqu’il est arrivé jusqu’à nous, il mérite d’être conservé.
      L’aviation, ce n’est pas que des avions. Conserver la mémoire de l’aviation, ce patrimoine, ce n’est pas conserver que des avions, mais aussi l’écosystème qui la compose. C’est à dire, des avions, des hommes et leurs histoires, des plans, des lieux et leurs bâtiments (terrains, usines, monuments), des techniques (de fabrication, d’entretient, de pilotage, de navigation, etc…).
      Quand on conserve une armure médiévale, cela n’a de sens que si on peut la présenter dans son contexte, son écosystème naturel, à savoir un château fort, un village médiéval avec son maréchal ferrant, son moulin, son écurie, ses paysans et ses chevaliers…
      On comprend alors d’où ca vient, ou ça nous emmène.

    • Michel

      Dans mon bled, il y avait un hangar aéronautique des années 20 ayant abrité un GAO puis l’aéroclub après la guerre. Pour permettre la création d’une de ces cités inhumaines que le monde nous envie, l’aérodrome fut désaffecté et le hangar déclaré « vétuste » par le SBA pour accélérer le départ de l’AC; Il subsista 30 ans pour abriter le matériel de la DDE ( « vétuste », vraiment ?). Récemment, les alentours furent mis à zéro pour permettre l’accroissement d’une belle zone commerciale attenante à la cité. La première chose que fit le maire fut de raser ce vieux hangar de peur qu’il ne soit classé et rende difficile la joie de bétonner en paix. Pourtant, les grandes surfaces créent des animations genre patinoire « indoor » sous la canicule (bilan carbone ?) pour ramener les clients d’Amazon. Un ch’ti musée dans le vieux hangar avec des jeux pour les gosses, ça n’aurait pas été mieux, moins cher, éducatif et éthique ?

  • Bernard REVENAZ

    L’aérodrome de Sallanches n’avait plus aucune utilité. Les rares personnes qui l’utilisaient avec leurs avions attendaient que la commune de Sallanches finance l’entretien de cet équipement. Je soutiens totalement le maire de Sallanches pour avoir fermé cet aérodrome. Je rappelle que le secours en montagne est réalisé par des hélicoptères depuis bien longtemps.

    • Woodplane

      Partant de ce principe, beaucoup d’autres Infrastructures inutiles pour une majorité de contribuables qui continuent a payer pour une minorité sont aussi à faire disparaître.

    • denis rolando-eugio

      C’est sûr qu’un aérodrome n’a aucune utilité ! Surtout si on ne l’utilise pas soi même ! Les autoroutes non plus. Le réseau ferré non plus. De toute façon je ne prends jamais le train ! Avec des raisonnements pareils … La fermeture de Sallanches (que je n’ai jamais utilisé) est regrettable. Comme la fermeture de tout autre aérodrome. Denis (petit pilote privé amoureux des avions)

    • Raoul Volfoni

      Attendez quelques années avant de vous réjouir, pour voir ce que le maire va effectivement en faire. Plus d’un riverain de terrain fermé s’en mort les doigts en voyant ce que le terrain est devenu et les nuisances générées par le nouvel aménagement… .

    • Jean-Mi

      Il est vrai que les riverains de Guyancourt étaient heureux au plus haut point quand cet aérodrome historique et proche de Paris à fermé ses pistes en 1989. Cela faisait quelques hectares d’espaces vert qui seraient rendus à la population locale dans le plus courts délais.
      C’est ce qui a été fait. Un golf a été crée sur la zone et ouvert à ses seuls membres privilégiés. Pas aux populations locale.
      Mais cela a été compensé en donnant du travail aux populations ouvrières locale : le Technocentre Renault à pris la place des espaces verts des pistes de Guyancourt en 1998, 9 ans après la fermeture de l’aérodrome (donc c’était déjà en projet avant). Un méga centre industriel et les zones de bureaux attenantes pour les sous-traitants et les prestataires. Plus de 10000 personnes travaillent désormais dans ces usines, alimentés par des dizaines de camions par jour, grâce aux nouvelles voies d’accès larges et bien bitumées qui entoure le Technocentre.
      Un gain fabuleux pour toutes les populations locales, cela ne fait bien sur aucun doute !
      https://fr.wikipedia.org/wiki/A%C3%A9rodrome_de_Guyancourt

    • Aerofly13

      Un aérodrome fait partie d’un infrastructure nationale et pas uniquement locale. Le problème est que l’Etat s’est désengagé ces dernières années des infrastructures aéronautiques au « profit » des collectivités territoriales… d’où la désintégration progressive du tissu aéronautique français… qui finira par poser problème alors que de nouvelles technologies de transport aérien arrivent (avions électriques et silencieux, drones, voitures volantes, etc.) qui sont maintenant développées dans d’autres pays européens que la France pour cette raison!
      L’aérodrome de Sallanches n’aurait pas dû être laissé à la charge uniquement de cette commune…
      Aujourd’hui l’Etat se rend compte qu’il n’ a plus assez de vision pour notre pays et recrée une sorte de « commissariat au plan »…: les infrastructures aéronautiques devraient être pilotées par cette instance, mais il est déjà peut-être trop tard….

    • Bon Vol 87

      Un aérodrome ne sert jamais à rien, voyons! Totalement inutile… Sauf pour faire poser des avions en difficulté, ou des hélicoptères assurant des EVASAN, par exemple. Mais ça, il faut en avoir eu besoin pour savoir ce que c’est…

  • Pilotaillon alpin

    Il aurait fallu que le hangar soit déplacé lors du changement de site, vers Sallanches.
    Peut-être aurions nous eu un argument plus persuasif de maintien d’une plateforme.
    A moins que ce Sallanchard de Maire ait trouvé un autre tour de passe passe pour parvenir à affirmer son petit pouvoir…

  • Vos articles sont un régal même pour le profane que je suis que ce soit au sujet de l’actualité ou de l’histoire

  • mikeul

    le patrimoine des anciens et ces architectures c’est bien .
    garder l’aérodrome de Sallanches pour des vivants en sécurité ce serait encore mieux . Je pense que si ces anciens pouvaient parler ils nous supporteraient dans notre action.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.