Accueil » SE-2010 Armagnac, le géant oublié

SE-2010 Armagnac, le géant oublié

Construit à seulement neuf exemplaires, le SE-2010 Armagnac incarne l'un des plus grands échecs commerciaux de l'industrie aéronautique française. Air-France lui préféra le Constellation et son successeur Super-Constellation.

12.11.2011

Le titre de cet ouvrage est bien choisi. Cette machine fut le plus grand avion français de son temps (48,95 m d’envergure pour une longueur de 39,50 m et une masse au décollage dépassant 75 tonnes), et pourtant, qui s’en souvient aujourd’hui ? L’auteur justifie sa passionnante monographie en présentant ce quadrimoteur de transport civil comme étant la première pierre d’un édifice qui mène aux Airbus d’aujourd’hui en passant par la Caravelle ou le Concorde.

Prouesse technique d’un aéronef étudié sous l’Occupation avec le souhait de la SNCASE de « brûler les étapes » et, au sortir de la guerre, de parvenir au niveau des avions de ligne anglo-américains qui n’allaient pas manquer d’accompagner l’explosion du transport aérien, l’Armagnac fut un cuisant échec commercial. Pire que le Concorde – seulement neuf appareils construits dont aucun ne trouva preneur ! Conçu sur des principes surannés de paquebot volant (cabines couchettes, etc.), surdimensionné et sous-motorisé malgré l’emploi de quatre Wright R-3350 de 3 500 ch, l’Armagnac fut refusé par Air-France qui lui préféra le Constellation et son successeur Super-Constellation, d’autres compagnies optant pour les DC-4 et DC-6…

La DTI, Direction technique industrielle (autrement dit, l’Etat), propriétaire des avions, trouva des solutions pour faire exploiter la flotte par la TAI (Transports aériens intercontinentaux), puis par la Sageta (Société auxiliaire de gérance et de transports aériens), au sein desquelles le SE-2 010 rendit finalement de grands services. Mais c’est en fin de compte le n° 1, transformé en banc d’essais de moteurs de la Snecma qui vola jusqu’en 1968…

On pourrait s’étonner que l’Armagnac mérite un livre. Et cependant, ce n’est que justice car l’aventure technologique fut importante pour le retour à la maturité des ailes françaises en 1945. Ce volume est très complet et retrace la totalité de l’histoire, avec une partie description technique qui réjouira les férus du genre. Bravo à l’auteur et à l’éditeur de s’être lancés dans cette belle monographie sur un sujet méconnu.

Jean Molveau

A propos de Jean Molveau

chez Aerobuzz.fr
Journaliste aéronautique, Jean Molveau est le rédacteur en chef d’Aviasport et du magasine Vol à Voile dont il est l’un des fondateurs (1983). Historien reconnu de l’aéronautique, il a signé 16 ouvrages. Il a rejoint Aerobuzz en 2009. Au sein de la rédaction, Jean Molveau traite plus particulièrement les sujets historiques.

51 commentaires

  • marcelcolson

    Un échec pire que le Concorde, ok en terme de quantité mais certainement pas en terme financier. En effet, en dehors des sommes folles de son développement, le supersonique fut offert pratiquement gratuitement à Air France et British Airways, le contribuable couvrant par la suite les perte de son exploitation !

  • Martinez Claude

    En 1950, l’avion qui essayait de regagner la piste d’atterrissage toute proche est tombé près d’une ferme à Saint Martin du Touch. Mon père, entrepreneur de maçonnerie, présent sur les lieux à une trentaine de mètres, avait construit une petite cabane en briques de 1 à 2 m2 pour entreposer des matériels. Le bout de l’aile a démoli la cabane et a peut-être légèrement détourné l’avion qui s’est arrêté 300 mètre plus loin.

  • alain caron

    bonjour.
    Né en 1940 j ai l age de ceux qui évoquent ces souvenirs , beaux pour certains, douloureux pour d autres.
    Un grand merci a tous pour ces témoignage émouvants qui m’ont replongé dans une époque à jamais enfuie. L époque où l ont pouvait courir le long des pistes et s approcher de ces merveilleuses machines.
    Par les revues aéronautiques j ai connu l’Armagnac dans ma jeunesse et plus tard en travaillant à la SNECMA Villaroche où il a longtemps côtoyé de l’ autre coté de la route départementale le portique de l’ATAR volant. On voyait la queue de l avion qui sortait de ce hangar devenu depuis le musée SNECMA, aujourd’hui « Musée aéronautique et spatial SAFRAN ».
    Ce musée, dont je conseille très vivement la visite, regroupe outre les fameux moteurs rotatifs Gnome ROTOTO, des quantités de merveilles aéronautiques et la collection quasiment exhaustive des motos Gnome et Rhône des origines à la fin d activité.

  • ANTOINE Bernard

    Passager à bord de l’Armagnac FBAVD décollage de Toulouse Francasal le 11 octobre 1954 très tôt le matin, arrivée à Saïgon Ton Son Ut le 13 octobre fin de journée après 29h50 de vol dont 15 de nuit et escales à Beyrouth, Calcutta et Karachi. Avion confortable, que des bons souvenirs, mis à part atterrissage à Karachi avec arrêt 2 moteurs au cours longue et courte finale. Compliments aux pilotes cela s’est bien passé, par contre escale prolongée pour contrôle des moteurs par des mécaniciens venus de France et nuit à l’hôtel pour les passagers via un transport vers la ville en bus particulièrement folklorique. J’ai 85 ans.
    LCL Bernard ANTOINE ancien pilote avions et hélicoptères

  • lavidurev

    Armagnac est le premier grand programme de Pierre Satre (ingenieur aeronautique), le pere de Caravelle).

  • Jean Claude Freysz

    En 1959, l’Armagnac F.BAVE, était garé à Orly, entre l’aérogare Orly-Nord , aujourd’hui disparue et la zône industrielle Nord, où il voisinait avec les L..1649 d’Air France..Etant parvenu à pénétrer dans l’une de ses soutes, j’avais été frappé par son volume qui me semblait supérieur à celles des DC 6 B de la TAI où je me trouvais en stage, à l’escale de cette Compagnie.

  • Bernard Ballanger

    Bonjour,
    Pourquoi avoir réalisé quelque exemplaires, appareil qui ne sera pas acheté par les Cies Françaises et autres !
    Ses points faibles sont connus.
    Au sortir de la seconde guerre notre industrie aéronautique était désorganisée et bien en retard par rapport aux Américains, Britanniques et Allemands (moteurs, cellules, équipements de bord).
    Selon l’Amicale de l’UTA ce fut un gouffre financier.

  • Jean Pierre DOMEC

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    Bonsoir,
    J’aimerai corriger une erreur de frappe. Les moteurs étaient des Wright 4360-B 13
    (W. & G. POllinger the Aircrafts of the World McDonald London 1957)
    (A. Pelletier avions de ligne ETAI Boulogne Billancourt 2004)
    Bel article en tout cas,
    Cordialement

  • Javelle

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    Bonjour,
    Vous semblez très intéressé par l’aéronautique. J’étais moi-même pilote de transport militaire. Etes vous intéressé?
    Il y a environ 5 ans, l’épave d’un quadrimoteurs à pistons a été découverte par 3 mètres de fond à environ 30 mètres de la plage du club de la Marana en Corse (vers Bastia). C’est l’attraction des touristes! Mais cet appareil n’est pas répertorié parmi les épaves existantes. Les affaires maritimes s’en désintéressent. Cet avion n’a pas encore été identifié et j’ai de la peine à le faire, même avec internet. C’est à priori un avion de la taille du DC6, avec des hublots rectangulaires, et une vitre triangulaire , pointe tournée vers l’avant, près du poste de pilotage, à moins que cela ne soit une porte. C’est à priori un avion civil car il reste de la peinture blanche sur l’aile et il a des hublots.

  • michel gontier

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    en 1957 58 je faisais mon service miliutaire à sidi bel abbes le 6 janvier 1958 retour de perm Orly décollage en armagnac à 9 heures mais 10 heures retour car le train ne voulait pas rentrer. 11 heure apéritif. 12 h repas sommaire. 17 h retour dans l’avion les moteurs tournent puis tout s’arréte. Le commandant vient nous dire que l’appareil n’est pas en état de voler. Départ en car pour Paris logé par Air France au Palais d’Orsay chambre magnifique repas trés soigné. Le lendemain nouveau départ et tout s’est trés bien passé. A oran temps magnifique . Quel magnifique souvenir pour le bidasse que j’étais !

  • eucalyptus

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    Mon père se souvenait d’avoir fait un vol Oran Toulouse l’été .dans les années cinquante en Armagnac et d’avoir vu en survolant les Pyrénées,d’un coté la Méditerranée et de l’autre l’Océan Atlantique.

  • ppgg64

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    Bonjour,
    Je vous propose ces quelques infos,à vérifier toutefois.
    Il y eut un Armagnac exposé et visitable pendant plusieurs années à l’aéroport de Bordeaux-Mérignac.
    Au final il aurait été vendu, aux Turcs, qui l’ont arraché avec une motorisation renforcée par deux turbo-réacteurs.
    Amitiés.
    ppgg64

    • Certus

      SE-2010 Armagnac, le géant oublié
      Bonjour à tous; drôle d’information que cette histoire turque. Ayant été dans les années 70 un assidu de l’aéroport de Mérignac, je peux affirmer que l’Armagnac qui s’y trouvait était le F-BAVI, dernier exemplaire de série portant les couleurs de la compagnie SAGETA. Il était stationné à proximité de l’aérogare, et fut visitable un temps. Il est probable qu’il fut l’avant dernier de son espèce à voler, le dernier étant celui qui vola pour la SNECMA jusqu’en 1968. Vers 1974, déjà assez délabré, il fut transféré à l’autre bout du terrain en compagnie d’un DC7 (OY-KNC) saisi sur place en 1968 à l’époque du Biafra. Au final, il fut ferraillé en 1976, ses moteurs ayant été conservés un temps chez un ferrailleur du coin. A quelques années près, il aurait peut-être pu être sauvé par ce qui allait devenir le CAEA.

    • lacoste

      J’ai visité cet avion sur cet aéroport dans les années 1960

    • fildru

      Joyeux OVNI , c est peut être lui au fond de l eau a Bastia ?!

  • Bloch

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    Entre 1958 et 1960, j’ai pris place dans un Armagnac affrêté par Air France pour un vol Alger-Paris, vol qui a été réorienté vers Tours en raison de brouillard sur Paris. Longue attente à Tours pour formalités inhabituelles là, pendant laquelle vu le nombre très réduit de passagers, longues conversations avec les pilotes. Particularité qui m’a frappé: pendant le vol, les « annonces » étaient faites sans micro depuis la « passerelle » qui dominait le « plancher » abaissé de construction pour le projet initial de couchettes, « annonces » cependant parfaitement audibles en raison d’une insonorisation parfaite.

  • daniel

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    Je suis un heureux possesseur de l’ouvrage Armagnac, le géant oublié. Il est bien que cet ouvrage fasse la part belle à la technique, trop souvent négligée, voire méprisée, au profit d’un événementiel qui flatte plus quelque ego de grands noms du pilotage qu’il n’honore les ingénieurs, techniciens ou compagnons, anonymes des grandes aventures humaines aéronautiques. Concevoir un avion, comme tout artéfact complexe, n’est pas évident, encore moins facile, et, comme souvent en aéronautique de cette époque de défricheurs sans simulation informatique, des plus dangereux. Donc gloire à la technique ! Gloire à celles et ceux qui en furent et en sont les héros obscurs ! Et respect bien évidemment aux équipages d’essai qui ont payé et payent encore parfois le prix du sang pour notre sécurité et notre confort.

  • Michel du Tremblay

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    voyage aller en Indochine en super constellation et retour après Dien bien Phu en Languedoc extrêmement confortable mais avec un bémol, la synchronisation des moteurs n’était pas parfaite d’où une modulation assez désagréable de l’ambiance sonore

  • fourcart michel

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    Militaire,désigné en renfort au Maroc ,embarqué le
    07 octobre1955 sur Armagnac ,vol :Le Bourget- Casablanca , ce fut mon baptême de l’air
    Souvenir inoubliable……..

    • labrousse jean-françois

      SE-2010 Armagnac, le géant oublié
      bonjour,
      écrivain maintenant régulier sur l’aviation, (deux livres sur Air France) je recherche des précisions sur certains vols de l’armagnac (répertoire en cours sur cet appareil).
      J’habite soorts-hossegor 40150, facile de me joindre.
      Cordialement

  • hervo louis

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    militaire en indochine jai été rapatrié en france le trente aout 1954 ,départ de saigon arrivée a marignane après 43 heures de vol sans incident :

    • hurault

      mon pere travaillais a l aeroport d hanoi en qualite de chaudronnier civil pour la cati il est parti d hanoi fin septembre 1954 son nom est hurault jack dit tatave

  • Bernes Antoine

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    J’avais l’age de dix ans et c’était quelques jours avant le depart de notre famille pour Tunis où mon père venait d’être muté.
    J’habitais Colomiers,et lorsque nous vîmes le nuage de fumée noire nous descendimes en vélo (avec des copains de mon âge) jusqu’au lieu du crash .Cela m’avait beaucoup impressioné,bien entendu,
    Il s’agissait d’un vol d’essai ,et non d’un meeting .
    L’avion était disloqué et s’était abattu non loin du Hangar de constructiion de SNCASE que les anciens appelaient encore Dewoitine.
    Par la suite il y eut une stèle érigée à la mémoire des victimes sur les lieux du crash .
    J’ai essayé de la retrouver ces derniers jours ,mais sans succés.

  • NAMDINH

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    L’ARMAGNAC était régulièrement utilisé pendant la guerre d’Indochine et assurait le transportd’officiers supérieurs ou de hauts fonctionnaires entre SAÏGON et PARIS.
    En 1954, il fut largement mis à contribution pour rapatrier les prisonniers français du viet minh les plus gravement malades.
    Une légende disait que c’était le meilleur trimoteur du monde car les pannes permettaient de longues escales !

  • DIEMER Roland

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    Il y a quelques années ,j’ai vu un Armagnac en pot de fleurs à l’entrée de l’usine AIRBUS à Saint-Nazaire ,mais avec le recul je me dis que ce peut aussi être in Languedoc . Je suis conscient de l’énormité de confusion possible, mais il faisait sombre, à l’époque pas de téléphone -photo ,et tout compte fait cela remonte à environ 25 ans en arrière ! Mais enfin, allez voir et dites moi ! Roland

  • WilsonAerospace

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    Existe t’il encore aujourd’hui des exemplaires de l’Armagnac ayant été conservés, et non ferraillés ?

    Si c’est le cas, où peuvent se trouver les SE 2010 survivants ?

    Merci par avance.

  • martial

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    je n’ai pas trouvé sur livre.aero.com la possibilité de commander le livre
    ‘le géant oublié’ regrets.

  • Jack Marteville

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    Decouvert sur un site Americain:

    Incidents and accidents

    While flying from Algeria, on 19 December 1957, F-BAVH flying for SAGETA, was crippled midair when a bomb detonated in the lavatory, causing a large hole in the fuselage. Despite the severe damage, a safe emergency landing was carried out at Lyons, 90 minutes later.

    • Pierrot

      SE-2010 Armagnac, le géant oublié
      Mes parents avec mon frère gravement malade avaient pris cet avion pour aller consulter un grand médecin à Paris. Ce fut l’un des premiers attentats des terroristes du FLN (Front de libération National) et le début de la guerre d’Algérie.

  • Noel

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    L’Armagnac est une ancienne province au cœur de la Gascogne. Lors de conquête musulmane de la péninsule Ibérique, les envahisseurs (arabes ici) véhiculent avec eux le fameux alambic avec lequel les moines (français ceux-là) produisirent en cachette de leur couvent, un illustre breuvage. L’Armagnac est mondialement connu pour sa production d’eau-de-vie qui porte noblement son nom. Même mes chers amis de Vic-Fezensac, le transporte dans leurs besaces pour savourer leur foie gras (désormais interdit en Californie) ou finir la troisième mi-temps d’un match de rugby (bien sûr). N’est-ce pas Michel ?
    C’était bien bête de baptiser un géant des airs du nom d’une gnole fameuse, non ? On ne retient que le nom de la célèbre gnole décapante. Par contre, Constellation, Caravelle ou Concorde, c’était plus beau comme noms d’avion, c’était une erreur de marketing ?

    • Xav520

      Dans l’immédiate après-guerre et dans les plans quinquennaux de reconstruction, les avions de transport de passagers ont reçu des noms de province française : Languedoc, Bretagne, Corse… et Armagnac donc !

  • Dorléans Maurice

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    Militaire, je suis rentré d’Indochine en juin 1955 à bord d’un Armagnac. Peut-être d’autres personnes étaient étaient aussi du voyage. Je serais heureux de le savoir. Amicalement. Maurice Dorléans.

    • DAILLIEZ Michel

      SE-2010 Armagnac, le géant oublié
      Bonjour à Tous
      Moi aussi j’ai eu le plaisir de voyager sur un ARMAGNAC à mon retour d’INDOCHINE en janvier 1955, c’était mon baptême de l’air, 36 heures ! Départ SAIGON ( TON SON UT ) 2 escales . )( CALCUTA-BEYROUTH – arrivée à MARSEILLE ) J’en ai un souvenir inoubliable ! ( j’ai 84 ans ) je pense souvent à cet avion magnifique ! je vais certainement me procurer une maquette en souvenir.
      Amical souvenir à tous ceux qui ont monté dans ce splendide avion.

      Michel DAILLIEZ ancien S/officier du 5 éme Cuirs en INDOCHINE ( Phanthiet )

    • Aerofly13

      Bonjour, mon père me dit qu’il est rentré de Hanoï en France en juin 1955 à bord d’un Armagnac qui a dû être dépanné à Karachi ce qui lui a valu 2 jours d’hébergement dans un club anglais très agréable…

  • BROUILLY

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    Dans ma 70ème année , débutant sur  » iMAc OSX 10.7.4 Lion » , je souhaite acheter le livre:SE 2010 ARMAGNAC le géant oublié de Laurent Gruz aux éditions www. livres .aero
    Ne sachant Comment m’y prendre merci de m’indiquer comment procéder ( je n’ai pas de
    carte bancaire pour le règlement)

    • saintex09

      SE-2010 Armagnac, le géant oublié
      @ BROUILLY
      Avez vous pu vous procurer le livre ? si oui, je vous souhaite une bonne lecture .
      Sinon, appelez moi au 0647548923, j’essaierai de vous aider.
      Amicalement

    • BROUILLY

      SE-2010 Armagnac, le géant oublié
      Je vous remercie , j’ai pu me procurer le livre : SE-2010 Armagnac , le géant oublié . . .
      Par contre je suis toujours à la recherche d’une maquette de cet avion au 1:144ème ou au
      1/2OOème comme celles réalisées ces années passées par Ron Crawford dont j’avais découvert ( trop tard ) l’existence grâce à Jacques Bérengier malheureusement décédé le
      30/01/2013 à l’âge de 82 ans .
      Cordialement . Jean-Michel Brouilly

      P.S. je reçois la Newsletter de Boutique aéro

  • LG

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    Bonjour,
    J’aimerais pouvoir aider une dame de 77 ans qui était à bord de l’Armagnac le 19 décembre 1957. L’avion effectuait une liaison entre Oran et Paris. Une bombe a explosé en plein vol. Le Commandant de bord LEMELDER a effectué un attérissage d’urgence à BRON. Cette dame avait 23 ans et ne s’en est jamais remise. Si vous étiez également à bord, j’aimerais avoir vos coordonnées. Je pense que cela lui ferait du bien de rencontrer « un rescapé ». J’ai lu qu’il y avait un bébé à bord.
    Merci

    • Jack Marteville

      SE-2010 Armagnac, le géant oublié
      Je me souviens tres bien de l’incident. La bombe a explose vers l’arriere du fuselage, et a fait un trou sur le cote droit juste en avant de l’empennage. Une personne pouvait passer par l’ouverture sans se baisser! Pourtant les cables de commandes qui etaient au dessus n’ont pas ete touches et le pilote a fait un travail remarquable de pouvoir atterir sans autres dommages. Je ne pense pas qu’il y ait eu des victimes a bord, mais je ne me rappelle pas.
      Les photos de l’avion avaient ete publiees dans plusieurs journaux Francais et cela m’avait marque.

      L’avion devait etre ramene aux ateliers de la SNCASE pour reparation, et incroyablement, les ingenieurs de la compagnie ont simplement fabrique un enorme bandage autour du fuselage, ont decolle et atterri sans problemes, prouvant al robustesse de cet avion.
      Encore une fois, les photos avec le bandage etaient sur les journaux. Ou les trouver de nos jours???

      Quand je me suis rappele cet incident plus de 50 ans plus tard, je pensais qu’il s’agissait d’un avion du type Languedoc et non d’un Armagnac, et ne trouvais rien. Aujourd’hui, la boucle est bouclee. J’espere que le bouquin a des photos du resultat de cet attentat, typique de la maniere dont travaillent les personnes qui n’ont que peu de respect pour la vie des autres ou la leur. Des assassins pur et simple, et une des raisons pour laquelle j’ai quitte la France en 1970 apres que le gouvernement Francais ait agi comme ces sauvages.

    • Mario

      SE-2010 Armagnac, le géant oublié
      Bonjour,
      Je découvre votre post en faisant quelques recherches sur l’armagnac.
      Mon père était le mécanicien navigant à bord de l’armagnac victime de l’attentat du 19 décembre 1957. 6 mois plus tard en juin 1958 il faut à nouveau victime d’un grave accident, au décollage, le train avant s’est pliée entraînant l’affaissement du nez de l’avion et sa sortie de piste. L’avion s’est immobilisé à 300 mètres de la falaise de la mer Rouge.
      J’ai quelques photos de journaux de ces accidents.

    • Jean-Pierre GUIHENEUF

      SE-2010 Armagnac, le géant oublié
      Lors de l’accident de l’Armagnac à Djibouti, je faisais mon service militaire sur cette base comme mécano.
      Après l’accident, l’avion est d’abord resté en bout de piste ou la troupe le gardait. Puis une équipe est arrivée de France pour le réparer.
      Une fois le train avant bloqué en position sorti, nous sommes montés à une vingtaine à bord pour faire un test en vol. Comme tout avait résisté, l’avion est reparti en France, train sorti pour remise en état complète.
      Je viens de numériser des diapos de cet incident. Je tiens les fichiers à la disposition de ceux qui seraient intéressés.
      Cet avion qui transportait des militaires de haut rang revenait de Madagascar et faisait simplement escale à Djibouti.
      En bout de piste, il n’y a pas de falaise.
      Cordialement,

  • galy

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    Lors de l’accident qui eut lieu le 30 juin 1950 pour le 134ème vol de l’avion, il y a eu 2 morts parmi l’équipage : les mécaniciens navigants Cler et Leroi. L’un des deux devait partir en vacances et informait son collègue qui devait le remplacer pendant l’été. Pierre Nadot etait le1er pilote et mon père l’assistait en qualité de copilote.Le 2ème Armagnac construit devait voler en décembre 1950 avec les mêmes pilotes aux commandes.

    • LABROUSSE jean-François

      SE-2010 Armagnac, le géant oublié
      bonjour,
      j’écris sur l’aviation commerciale de manière régulière (deux livres entre autre) et je souhaiterais entrer en contact avec vous, qui êtes le fils de Léopold Galy.
      mes coordonnées tel 05/58/43/51/87 – 07/78/10/97/00
      Merci d’avance.

  • de Narbonne

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    L’accident de l’Armagnac à Toulouse n’était ni une présentation en vol, ni un meeting aérien mais résultait d’une erreur humaine.

    Un élément du bord d’attaque de l’aile, articulé pour permettre l’accès à des tuyauteries, avait été mal verrouillé par un compagnon de la SNCASE, et s’est ouvert en vol.

    L’équipage a tenté de revenir se poser à Blagnac mais les conséquences aérodynamiques étaient telles qu’il fut impossible d’atteindre la piste. L’avion s’est disloqué et a prix feu dans des jardins ouvriers. Une personne au sol a effectivement été tuée.

    Rongé par le remord, le coupable s’est suicidé quelque temps après.

  • Jean Claude

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    Il faut bien admettre qu’après quelques années, les avions passent et trépassent. Tant qu’ici sont d’actualités, en utilisation et volant, on les connait et reconnait, mais après leur retraite est souvent signe de déclin.

    Je pense que cela vient des générations, j’ai connu le temps du concorde qui était la référence dans le transport civil de masse. Aujourd’hui et après quelques années de mise au rebut, cet avion qui a émerveillé toutes une génération est remplacé par des avions plus modernes, même si pour l’instant il restera avec des performances hors normes.

  • Gurvan

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    Et l’armagnac se cracha en 1950 à Toulouse, lors d’un meeting aérien ou d’une présentation en vol.
    Plusieurs personnes trouvèrent la mort.
    Ce livre parle-t-il de cela ?
    Une des victimes était mon grand-père.

  • Gramsch-Luc

    SE-2010 Armagnac, le géant oublié
    je me souviens, gamin, à Douala au Cameroun, d’avoir vu passer et de les admirer de près, ces superbes machines. C’était en 1958 ou 1959. La « nouvelle piste » était terminée.
    Comme il n’y avait pas toutes ces mesures anti-terroristes, nous pouvions tourner autour et même monter dedans. Je me souviens des marches qui permettaient de passer le (ou les) longeron(s), mot que je ne connaissais pas à l’époque.

    LG
    Aix 13

    • yann

      SE-2010 Armagnac, le géant oublié
      Bonjour

      Je suis moi même un gamin de Douala du début des années soixante passionne d aviation
      Nous allions souvent avec mon père nous balader le long de cette piste pour aller voir atterrir les avions les dimanches en fin d après midi
      Ils se posaient à quelques mètres de nous faisant fuir les aigrettes et les milans et interrompant juste quelques secondes le travail des planteuses de manioc
      Et la journée se terminait au petit bar restaurant du premier étage de ce nous appelons aujourd’hui l ancien aéroport

      J ai quitte Douala en 1982 et j y suis retourné en 1998 .
      La première chose que j ai fait en posant les pieds a été de retourner le long de cette piste qui est devenue mon parcours quotidien de jogging pendant 10 ans
      Chaque jour ou presque je courais sur le petit chemin en terre du bois des singes qui longeait la piste et je ne rentrais qu a la nuit tombée mouille par les pluies de l hivernage trempe de transpiration dans la moiteur de la saison sèche .
      J ai adore ces moments où j essayais dans un effort vain de courir derrière les avions de la camair, d’airFrance d air Gabon d air Afrique de Kenya Airways d’ Ethiopian qui atterrissaient ou décollaient a quelques mètres de moi.
      Ce temps est révolu . Je ne cours plus aussi vite ni aussi longtemps
      et les pistes ne sont plus accessibles aux hommes qui cherchent à rattraper les avions

      Yann

    • hurault

      j ai habite au cameroun ,mon pere travaillais a air cameroun j ai creer sur facebook un groupe nomme saga rene fernand meyer aviation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *