Accueil » Suivez la route qui mène au musée de l’aéronautique navale

Suivez la route qui mène au musée de l’aéronautique navale

A Rochefort, haut lieu de l’aéronautique navale, la collection de l’Association nationale des amis du musée de l’aéronautique navale (ANAMAN) est aujourd’hui aisément accessible au public, grâce à l'ouverture, le 21 mai 2016, d'une route dédiée. Un passage obligé pour qui s’intéresse à la cocarde à hameçon…

25.07.2016

Le musée de Rochefort abrite dans ses réserves un Aquilon de la Marine nationale. © Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

Peu importe le flacon, pourvu que l’on ait l’ivresse. Le dicton s’applique parfaitement à la collection de l’ANAMAN. Le hangar est sans grâce, mais on est happé au premier coup d’oeil quand on y pénètre par le soin apporté à la présentation des appareils. Il suffit d’un Crusader un peu dépoilé, d’une élingue, de quelques pylônes qui ont vécu et d’un escabeau bien placé à l’aplomb de la cabine de l’avion pour réaliser que l’on est à la bonne adresse...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Frédéric Lert

chez Aerobuzz.fr
Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense et voilures tournantes.

7 commentaires

  • HELLER

    Suivez la route qui mène au musée de l’aéronautique navale
    Bonjour, Pourquoi envoyer les futur(e)s pilotes de l’aéronavale française aux USA?????????????. Cela doit nous coûter un bras! N’y a t’il pas assez d’écoles de formation dans l’ALAT et dans l’Armée de l’Air ? Déjà qu’ a l’époque les contrôleurs aériens de l’aéronautique navale étaient formés au Canada! Qui décident dans les hautes sphères gouvernementales et militaires! Pauvres contribuables.
    Un citoyen excédé.
    Cordialement.
    Gilles HELLER.

    • Frederic Lert

      Suivez la route qui mène au musée de l’aéronautique navale
      bonjour cher citoyen excédé,
      vous serez content d’apprendre que l’envoi aux Etats-Unis des pilotes de l’aéro (mais uniquement les futurs chasseurs et pilotes de Hawkeye, les futurs pilotes d’hélico et d’avions terrestre restant en France) est une mesure de bon sens. La marine ne forme qu’une poignée de pilotes chaque année et l’achat d’une flotte d’avions d’entrainement à l’appontage pour ce seul besoin aurait été pour le coup une gabegie. Les jeunes pilotes sont donc formés sur T-45, ils apprennent à apponter sur les porte-avions US et reviennent en France se perfectionner sur Rafale M dans les flottilles. Accessoirement cette formation leur permet de bien maitriser les procédures américaines, ce qui facilite l’embarquement de Rafale sur les navires de Dark Vador quand le besoin se fait sentir…
      cordialement
      Frédéric Lert

    • Jean-Mi

      Suivez la route qui mène au musée de l’aéronautique navale
      La colère est très mauvaise conseillère… On se calme et on boit frais…
      Nos pilotes sont formés aux Etats-Unis parce que justement c’est ce qui nous coute le moins cher actuellement !
      Le gros défaut est la perte de notre indépendance de formation.
      Un autre bon point outre le prix de formation est la directe interopérabilité de nos pilotes.
      Faire la formation en France sur avion français coute très cher au contribuable ! Il faut:
      – une flotte d’avions de formation, catapultable, appontable : on n’en a pas ! Nous n’avons que des avions d’arme Rafale, et on ne fait pas une formation directement sur avion d’arme ! Il nous faudrait un Alphajet Marine… ou acheter des T45 américains ?…
      – un porte avion disponible pour la transformation opérationnelle réelle : on n’en a pas, un seul porte avion ne permet pas formation ET permanence opérationnelle.
      – les mécanos qui vont avec : ça se trouve, mais c’est beaucoup de monde…
      – la piste d’entrainement à l’appontage : on a, elle sert déjà à entretenir les compétences e nos pilotes marins.

      Bref, il faudrait une grosse volonté militaire, politique, et un gros budget Marine/Air pour mettre en place tout ça ! Et on n’a pas ça…

      Tant que nous avions les Fouga Zéphir et deux porte-avions, on savait faire.

    • christophe fabre

      Suivez la route qui mène au musée de l’aéronautique navale
      juste tout simplement car l’aéronavale française n’a plus d’avions écoles (les derniers fouga-magister ont étés retirés du service il y a bien 20 ou 30 ans) et nos chers politiques préféraient toucher les dividendes de la paix, en plus avec un seul porte-avion en service qui est en OPEX ou en IPER BEN c’est difficile de former les pilotes

  • Jean-Marc

    Suivez la route qui mène au musée de l’aéronautique navale
    Super musée dommage que j’habite si loin à coté de la BAN de Hyères ! Dommage aussi qu’il manque un Corsair F4U7, il y en avait une qui volait ici en Provence piloté par Ramon Josa, cet appareil a malheureusement été vendu en Allemagne, et il manque aussi un avion qui n’a pas laissé que de bon souvenirs le Seafire III, dont le dernier exemplaire à été récupéré dans une casse à Graves en 1970 puis après moult tentatives de restauration à abouti en Angleterre où il vole maintenant superbement restauré dans les mains de la collection de Carolyn Grace, vous le trouverez sur le net sous « Grace Spitfire », cette dame possède un des rare Spit biplace !
    Je joins une photo du Seafire en vol avec au dessous le Spit biplace !

  • ratel

    Suivez la route qui mène au musée de l’aéronautique navale
    chers amis d’Aérobuzz un grand merci pource musée, sublime!!!!!! mes félicitations pour tout les bénévoles qui font un travail remarquable!!!!!!

  • seb

    Suivez la route qui mène au musée de l’aéronautique navale
    Bonjour

    Le hangar Dodin date de 1929, on peut le considéré également comme une pièce de musée, faisant partie intégrante de la collection.
    Il est vrai que ce n’est pas d’un belle esthétisme comme l’aéroscopia de Toulouse, mais parfois à faire trop compliqué ça ruine les projets de musées, le meilleur exemple est celui de Nancy-Essey.
    Faire simple c’est très bien, l’intérêt premier étant de protéger les appareils à l’image de Montélimar.
    Quant au Musée de Rochefort, c’est une très belle collection que j’ai visité il y a 5 ou 6 ans. Elle a également en restauration Dewoitine 520, Aquilon etc…

    Imaginez la belle attraction si cette collection avait été installé dans le défunt Clémenceau?

    Bonne journée et bonne visite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.