Accueil » Culture Aéro » Sully vs NTSB

Clint Eastwood le sait mieux que n’importe quel autre réalisateur : pour réussir un film, il faut un bon et des méchants. Dans « Sully », son dernier film, le bon est évidemment le pilote qui a réussi à poser l’A320 d’US Airways sur l’Hudson River avec 155 passagers et membres d'équipage à bord. Quant aux méchants, ce sont les enquêteurs du NTSB… Dommage pour eux !

L'A320 d'US Airways et ses 155 passagers et membres d'équipage, dans l'Hudson River, à New York, le 15 janvier 2009. © Warner Bros. Entertainment

Nous nous souvenons tous comment se termine l’histoire et pourtant, le suspense fonctionne jusqu’au dernier plan. La reconstitution de l’accident est, d’une certaine façon, rapidement évacuée et de manière sobre. Elle donne lieu à une séquence spectaculaire bien que l’essentiel soit ailleurs. Clint Eastwood ne raconte pas un crash sans mort, mais une enquête.

Dès l’entrée en scène de l’enquêteur en chef du NTSB, le drame prend forme et tout au long du film, le sentiment d’injustice grossit jusqu’à devenir insupportable. Alors que les chauffeurs de taxi new-yorkais immigrés, les barmen et les employées d’hôtel, autrement dit, les petites gens chères au cœur d’Eastwood, ont trouvé leur héros, le système se met en action pour broyer le pilote.

L’audition publique de Sully et de son copilote par la commission d’enquête est de ces moments de bravoure qui font les bons films. En visioconférence depuis Toulouse, les ingénieurs d’Airbus démontrent que Chesley B. Sullenberger, même privé de ses deux moteurs, aurait pu ramener son avion, sur la piste de LaGuardia, où se dérouter sur Teterboro. Le réalisateur installe le doute. Acculé, Sully abat ses cartes une à une et prend sa revanche. On se retient d’applaudir.

Lors des premières projections, l’agence fédérale de la sécurité aérienne a publiquement dénoncé le rôle de méchant que lui a fait endosser le réalisateur. Le rictus complice de l’enquêteur en chef adressé au Captain, en guise d’excuse finale, n’a pas aidé le NTSB à avaler la pilule.

Les collègues américains du BEA peuvent se dire qu’après tout, « Sully » n’est qu’un film. Un bon film qui raconte, à la manière de Clint Eastwood, une histoire vraie… à quelques détails près !

Gil Roy

A propos de Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.
Journaliste chez Aerobuzz.fr

31 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam *

Sur Facebook

Sur Twitter