Accueil » Tupolev Tu144 vs Concorde

Tupolev Tu144 vs Concorde

Les deux supersoniques resteront des machines volantes à part, les derniers avions de l’histoire du transport aérien dont la seule raison fut d’affirmer la supériorité de leurs constructeurs par rapport au reste du monde.

23.01.2011

Pour François Rude, rédacteur en chef de la revue Icare, le surnom « Concordski » attribué au supersonique soviétique Tu-144 est un non sens. « Le Tu-144 n’est pas une copie de Concorde. (…) Les réacteurs n’étaient pas du tout disposés de la même manière, le fuselage du Tupolev était plus long et plus large ». Les deux systèmes de train d’atterrissage n’avaient rien à voir non plus. L’aile « delta-ogivale » était un passage obligé pour voler à Mach 2. Le Tu-144 a effectué son premier vol, le 31 décembre 1968, deux mois avant Concorde.

Dans son numéro 215 (décembre 2010), Icare revient sur la courte carrière du supersonique soviétique qui fut construit à 15 exemplaires. Les appareils de série seront sensiblement différents du prototype. Il existera deux versions du Tu-144 qui se différencieront par une motorisation et une masse maximale au décollage différentes. Le Tu-144D aura une autonomie quasiment double de celle du Tu-114S (de 5330 à 6200 km contre 3080 km). D’un point de vue économique, le programme Tu-144 fut un gigantesque fiasco. L’exploitation commerciale s’est résumée à 55 allers retours entre Moscou et Alma Ata (3250 km) et 3194 passagers transportés… La carrière du supersonique fut marquée par deux accidents, le premier lors du salon du Bourget en 1973, le second en 1978, lors d’un vol d’essai.

La carrière commerciale de Concorde fut évidemment plus longue. Icare revient sur deux épisodes singuliers de celle-ci. Le premier est l’exploitation aux USA du supersonique franco-britannique par la compagnie américaine Braniff, qui pendant seize mois, du 12 janvier 1979 au 31 mai 1980, assura la ligne Washington – Dallas-Fort Worth en prolongation des lignes Londres – Washington et Paris – Washington de British Airways et Air France. 14 pilotes américains furent qualifiés sur Concorde. Le vol était subsonique. L’autre événement fut le record du tour du monde, réalisé par un Concorde d’Air France, affrété par un avocat de Miami.

Sur la couverture de ce 215ème de la revue du SNPL-Air France, sont rassemblées les silhouettes des deux supersoniques. Une grosse dizaine d’exemplaires de ces deux avions mythiques a été dispersée à travers le monde, offerte à des musées. Mais un seul d’entre eux expose, l’un à côté de l’autre, un Concorde et un Tu-144. Il s’agit du musée de l’automobile et des technologies de Sinsheim en Allemagne.

Gil Roy

Egalement au sommaire d’Icare N°215

  • Un portrait d’Alexandre Seversky, pilote d’origine russe qui devint constructeur aéronautique aux USA.
  • La réplique du Breguet 14 sur l’édition 2010 du rallye Toulouse – Saint Louis du Sénégal
  • L’album photo du dernier vol du capitaine de corvette Bruno Manaranche sur Rafale

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

21 commentaires

  • G LESCALUP

    Et nous, on aurait bien aimé espionné le bureau d’études de Tupolev comme les Américains avec l’OKB1 de Korolev. Mais nous n’y sommes jamais arrivés, les Américains non plus.
    Pourquoi?

  • séry

    Tupolev Tu144 vs Concorde
    Le Tu 144 était trés différent du Concorde,et s’il ya eu espionnage,c’était plutôt pour information.En 1971,au Bourget,je les ai vus l’un à côté de l’autre et j’ai pu juger Dire qu’il y a eu copie en constatant qu’ils avaient tous les deux une apparance assez similaire,est assez naïf.Le Tu 144 était (en théorie)plus rapide que Concorde.Il avait des bords d’attaque en titane.Côté propulsion,il était équipé de moteurs à double flux,ce qui l’obligeait de conserver la post-combustion,en supersonnique.C’est peut-être ce qui le rendait inconfortable(vibratiions)d’après une description assez impartiale.Le premier avion à avoir le nez basculant est le prototype britanique Fairey Delta2(1954).Les soviéti- ques avaient étudié également un bommbardier assez semblable de profil au Tu 144,mais qui je pense,n’a pas été un succès.Je terminerai en affirmant,qu’il a été criminel de ne pas faire la modification qui s’imposait après l’incident de1979 à waschington.un éclatement parmi d’autres avait crevé le réservoir.Une catastrophe était donc à craindre.Cela tient du miracle qu’il ait fallu attendre plus de vingt ans pour qu’elle se produise

    • relstein

      Tupolev Tu144 vs Concorde
      qui copie qui ?
      comme nous français,nous sommes les plus forts,les plus beaux,les plus grands les plus intelligents,nous avons la plus belle ville du monde,la meilleure cuisine du monde, la plus belle avenue du monde…etc…etc si quelqu’un est copié,c’est forcément nous.C’est la presse généraliste qui l’affirme.M’intressant depuis 65 ans,je connais beaucoup d’avions.je vais donc vous citer quelques avions Airbus a 320,a321,a319,a300,a310 a300.600,a330,a,350.Boeing 337,b357,b367,b777,b387….etc.La liste n’est pas exhaustive.Quel est le poin commun entre tous ces avions ?..Ils se ressemblent,par que point commun ?ils on deux moteurs dans des nacelles sous la voilure par l’intermédiaire d’un mat.Quel est l’avionneur qui le premier a utilisé pour la première fois cette disposition?

    • relstein25

      Tupolev Tu144 vs Concorde
      +@relstein Fin du message précédent.Quel est l’avion qui le premier a adopté la disposition indiqée ?.C’est le bombardier Boeing B 47 Stratojet sorti en 1947.Tout les constructeurs,sauf de rares exceptions (Bombardier,Embraer)adoptent cette disposition,et de ce fait copient Boeing !

  • Jiaime

    Tupolev Tu144 vs Concorde
    Bonjour.
    A la question:  » y a t-il eu espionnage entre le K.G.B. associé au Kremlin, en France, en Angleterre et en ITALIE pour obtenir ce qui manquait aux Soviétiques pour, non pas dupliquer intégralement chez Sud-Aviation les éléments de l’oiseau bleu, mais pour subtiliser à la barbe de la D.S.T. et du S.D.E.C.E. les plans facilement dissimulables du Concorde, car étant calqués sur du simple papier millimétré ?? ».
    La réponse est oui, n’en déplaise à ceux qui jouent avec l’histoire.. Un livre très documenté vient d’être imprimé sans maison d’ édition( superflue dit-il) et sorti le 29/04/13.  » Double bang derrière le rideau de fer « . L’auteur a accompli un travail de recherches et d’enquêtes très fouillé, pendant 6 mois, en parcourant 5 pays européens afin de recueillir des témoignages qui se recoupaient. Il a été jusqu’à retrouver, difficilement, un ex-officier de l’ex-Stasi (R.D.A.) , lequel lui a raconté ce que les médecins Allemands Nazis et S.S. pratiquaient comme expériences humaines en sa présence.
    Pour l’auteur, ancien commando-para des CRAP ( Commando de Recherches d’Action en Profondeur ), un grand nombre de portes se sont ouvertes facilement pour lui.
    Auprès de personnes proches du dossier, il a réussi à ce qu’on lui communique le décryptage des messages  » Flashs « , qui servaient à converser entre l’ouest et l’est. Il ne passe pas sous silence les écarts de Charles HERNU ( d’abord agent du KDS : services secrets Bulgare; avant d’être approché par le POLITBURO pour devenir un agent du K.G.B., sous le septennat de MITTERRAND). Tout cela est dans son livre. Enfin un ouvrage historique. Inutile de le chercher en librairie, l’auteur ne le souhaite pas; ni dans les grandes surfaces côtoyant les pots de yaourt…Son livre ne se vend ( 16,00 euros) que par correspondance
    ( doublebang3@gmail.com) et également par Amazon sur le net. » Il ne souhaite pas donner le tiers de son travail à des intermédiaires qui ne font qu’encaisser « : rétrocession jusqu’à 35%…

  • BOULENOUAR Jean-Marie(Jiaime)

    Tupolev Tu144 vs Concorde
    Bonjour.
    Je viens de lire les différents commentaires ci-dessus concernant les 2 supersoniques; ils sont excellents, surtout celui de Mr Gil ROY. A ce sujet, un excellent livre vient d’être édité et sorti le 29/04/13 sur ce que l’auteur nomme l’histoire véridique de cette saga entre 58 et 77, en d’autres termes un » roman d’espionnage historique ». Malgré les détracteurs qui n’hésitent pas sur leur sémantique en nommant de malhonnêtes ceux qui affirment qu’il n’y a pas eu espionnage, non seulement ne sont pas sortis de leur clavier, mais de surcroît pour se faire mousser affirment des hérésies , avant que l’ouvrage ne sorte.
    J’ai eu la chance de rencontrer l’auteur de cet ouvrage à un salon du livre : « Double bang derrière le rideau de fer « , auto-éditeur. Il a été 7 ans dans les CRAPS ( commandos de recherches et d’actions en profondeur, a plus de 2.000 sauts à son actif, dont un bon 1/3 avec les chuteurs opérationnels à plus de 6.000 mètres). Preuves à l’appui. Pour écrire son ouvrage il ne risquait pas d’avoir d’escarres au sacrum comme un certain nombre qui se permettent de raconter n’importe quoi, sans preuves, sans témoignages écrits vérifiés par un graphologue. Son enquête a duré 6 mois dans 5 pays européens, dont la RUSSIE et la BULGARIE : Charles HERNU avant d’être un agent du K.G.B. sous le règne de TONTON a été au service du KDS ( services secrets bulgare ). Au vu des tampons, du passeport de l’auteur et de ses visas , difficile de tricher. Il a rencontré sur internet un nommé Stanley CARTLAND, aussi passionné que lui. Il l’a invité chez lui près de Trafalgar-Square à Londres, où il s’est rendu pour échanger leurs informations qui se recoupaient. Notre auteur raconte dans
    son livre par le détail, avec les vrais identités(noms et prénoms) des différents acteurs de cette saga . Le cerveau Soviétique dont il dévoile la véritable identité à la fin, expose le procédé employé pour décrypter les messages  » FLASH  » entre l’ouest et l’est. Il le fait, car sans cela c’est la perpétuité pour espionnage industriel. L’auteur a mis 2 mois pour retrouver un ex-officier  » propagande  » de l’ex-stasi de l’ex-RDA.:
    Hans-Dietrich-MÜLLER, lequel assistait à toutes les expériences immondes dirigées par MENGELE;car l’ex-RDA s’était attachée les services des ex-médecins nazis et S.S. pour poursuivre leurs macabres  » travaux « .Et toutes les données du Concorde photographiées ou subtilisées transitaient par l’ex-RDA d’Erick-HONECKER avant de partir au Kremlin.
    La DST et le SDECE ont été subjugués par la quantité d’informations passées à l’est concernant le Concorde mais avec beaucoup d’échecs au montage du TUPOLEV-TU-144 ( d’Andreï Nikolaïevitch TUPOLEV , l’ingénieur en chef).
    Et au risque de démentir l’affirmation de certains, selon lesquels le cerveau Soviétique, qui avait intégré le MI 5 Britannique dans la plus grande discrétion, a été arrêté en 77 non pas sur dénonciation. Mais sur une erreur stupide qu’il a commise en Suisse( je l’ai constaté de mes propres yeux, car il avait pris la précaution d’envoyer par courrier à…) .La suite est dans le livre. Bien sûr, quelques petites erreurs d’orthographes se sont glissées, mais cela est son 1er livre après un travail de recherches en se déplaçant. Il est d’ailleurs révélateur qu’ après un premier tirage de 1.000 exemplaires le 25/04/13, il s’est adressé à un autre imprimeur pour en imprimer 2.000 autres. Le 1er ne pouvant assurer
    Il est inutile d’essayer de se le procurer en librairie, il n’est accessible QUE par correspondance. Pas de distributeurs, ni d’ éditeurs. Chapeau bas, il fait tout lui-même.
    Inutile de les commander chez les distributeurs habituels, l’auteur les a tous retiré car :  » il estime que  » donner  » un tiers de son énorme travail à des intermédiaires qui ne font qu’encaisser, c’est un peu facile. Il gère tout, tout seul: conditionnement, envois, au moins il sait que le travail d’envoi est soigné et que les 16,00 euros vont à l’auteur et non à celles et ceux qui ne font qu’ouvrir le tiroir-caisse.. ». Fin de citation.
    2 sites : BJM.IDE@wanadoo.fr
    doublebang3@gmail.com. Si vous le souhaitez , un résumé peut vous être envoyé sur votre boîte mèl. L’auteur .

  • VORTEX69

    Tupolev Tu144 vs Concorde
    La conception du Nez basculant vient du projet américain Valkyrie (un bombardier de classe mach3 de North American)
    D’autres emprunts technologiques ont été faits au Valkyrie lors de la conception du TU144 et du Concorde
    La formule aérodynamique de l’aile des deux avions (concorde et TU144) est différente.
    Sur le Tupolev, la voilure est optimisée pour les vitesses de croisière plus élevées que sur Concorde, d’où la nécéssité d’adopter des plans canard escamotables (moustaches) à l’avant pour l’atterrissage
    L’échec du TU144 en tant qu’avion civil tient au fait qu’Aeroflot était obligé de maintenir un des prix ne tenant compte que de la longueur du trajet.
    La compagnie soviétique n’avait pas les moyens de proposer le TU144 aux tarifs de ceux réservés à un avion de prestige pour des clients fortunés comme ce fut le cas pour concorde.
    Cela dit le Tu 144 fut un avion légèrement meilleur que Concorde. Cela s’explique par la grande expérience qu’avait l’URSS dans la réalisation d’avions supersoniques de grandes dimensions.

  • VORTEX69

    Tupolev Tu144 vs Concorde traduction plus precise
    voici une traduction qui est moins approximative que celle postée précédemment

    La conception du Nez basculant vient du projet américain Valkyrie (un bombardier de classe mach3 de North American)
    D’autres emprunts technologiques ont été faits au Valkyrie lors de la conception du TU144 et du Concorde
    La formule aérodynamique de l’aile des deux avions (concorde et TU144) est différente.
    Sur le Tupolev, la voilure est optimisée pour les vitesses de croisière plus élevées que sur Concorde, d’où la nécéssité d’adopter des plans canard escamotables (moustaches) à l’avant pour l’atterrissage
    L’échec du TU144 en tant qu’avion civil tient au fait qu’Aeroflot était obligé de maintenir un des prix ne tenant compte que de la longueur du trajet.
    La compagnie soviétique n’avait pas les moyens de proposer le TU144 aux tarifs de ceux réservés à un avion de prestige pour des clients fortunés comme ce fut le cas pour concorde.
    Cela dit le Tu 144 fut un avion légèrement meilleur que Concorde. Cela s’explique par la grande expérience qu’avait l’URSS dans la réalisation d’avions supersoniques de grandes dimensions.

  • Anonyme

    Tupolev Tu144 vs Concorde
    Концепция отклоняющегося носа позаимствована из более раннего проекта « Валькирии », так же как и некоторые другие общие характеристики « Конкорда » и « Ту-144 ».
    Аэродинамика крыла этих самолетов как раз-таки существенно отличается (крыло « Ту-144 » оптимизировано под более высокую крейсерскую скорость, отсюда выпуск вспомогательных крылышек при посадке).
    Неудача « Ту-144 » в качестве рейсового самолета объясняется тем, что « Аэрофлот » вынужден был держать фиксированные цены на билеты (стоимость зависела фактически только от протяженности маршрута). Т.е., « Ту-144 » не мог эксплуатироваться в роли « престижного самолета для свербогатых », как « Конкорд ».
    Как самолет « Ту », безусловно, несколько более удачен, чем « Конкорд ». Это, с учетом того, что СССР к тому времени имел значительно больший опыт в разработке тяжелых сверхзвуковых самолетов, не удивительно.

    • Traduction

      Tradution
      Traduction du précédent message :

      Le concept est emprunté à partir du nez dévie projet antérieur, « Valkyrie », ainsi que certaines autres caractéristiques communes des «Concorde» et «Tu-144″. Aérodynamique de l’aile de l’avion que le temps est très différente (l’aile de « Tu-144 » a été optimisé pour une vitesse de croisière plus élevée, donc la question de l’aile auxiliaire pendant l’atterrissage). L’échec de « Tu-144 » comme les avions de ligne parce que le « Aeroflot » a été obligé de maintenir fixe le prix des billets (valeur dépend uniquement de la longueur réelle de l’itinéraire). C’est à dire, « Tu-144 » ne pouvait pas être utilisé comme un « avion de prestige à sverbogatyh» comme «Concorde». Comme l’avion « Tu », bien sûr, certaines plus efficaces que la «concorde». Ceci, compte tenu du fait que l’Union soviétique à cette époque avaient beaucoup plus d’expérience dans le développement des avions supersoniques lourds, il n’est pas surprenant.

  • François Rude (ICARE)

    Tupolev Tu144 vs Concorde
    Je n’ai pas dit qu’il n’y avait pas eu de tentatives d’espionnage !
    Par contre, cela n’a pas été profitable au vu du résultat final : l’échec total.

    • relstein25

      Tupolev Tu144 vs Concorde
      S’il y a eu copie (voyante)c’est celle des entées d’air,mais ce n’est pas ça qu’ils ont fait de mieux.Deux moteurs accolés,en cas d’explosion de l’un,l’autre est quasiment victime de son copain

  • JPL

    Tupolev Tu144 vs Concorde
    Îl y a bien eu espionnage par Tupolev puisque A.Turcat dans son (premier?) livre fait état d’un réseau Russe: un délégué CGT à Toulouse transmettait des infos au directeur Aéroflot basée à Orly,cela n’a jamais été démenti à ma connaissance , je pense que Turcat ne s’est pas amusé à raconter ce genre de chose sans en être sûr.Même si les moteurs étaient différents,cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu espionnage…il était peut-être plus facile d’espionner à Toulouse (Aérospatiale) que chez les Anglais -(Rolls Royce)

    • relstein25

      Tupolev Tu144 vs Concorde
      André Turcat était un grand bonhomme,dans les deux sens du terme.On peut comprendre qu’il ait suivi le développement et les essais de l’avion,avec beaucoup d’enthousiasme.Mais j’ai l’impression que dans ses prises de parole,à la radio,ou la télévision,il cherchait quelque peu à ménager la chèvre et le chou.Je l’ai entendu dire,entre autre,qu’il était dommage que Boeing n’ait pas fait le leur,car cela aurait permis de vendre un peu plus de concordes.Personnellement,je n’en suis pas convaincu,mais je ne suis pas André Turcat.Sur France culture,je l’ai entendu raconter qu’un Convair B 58 s’était disloqué à Mach 2,probablement suite à la perte de de deux réacteurs du même côté.Il a donc fait l’essai avec Concorde.Quel culot !!!.L’avion a fait une mégaembardée,mais a tenu.Chapeau !!!

  • Thierry

    Braniff vs commentaires
    Le mieux est évidemment de lire Icare, qui explique tout, mais pour faire rapide, les avions étaient ceux de BA et AF.
    Les équipages étaient changés (ou pas) en arrivant à NY ou Washington.
    Les avions toujours propriété et avec les couleurs de BA et AF continuaient leur route avec un code et parfois des pilotes Braniff.
    La photo avec le concorde au couleur de Braniff n’est qu’un montage pour la pub locale.

  • Blue Propeller

    Tupolev Tu144 vs Concorde
    Le fait qu’il n’y ait pas eu espionite est pour moi hautement improbable.

    Le concept du nez basculant ainsi que le design de la partie arrière notamment sont absolument similaires, le lois de l’aérodynamique seraient elles si rigides?

    De plus, tous les gros porteurs comparables capables de voler à Mach 2 n’ont pas nécessairement une voilure delta ogivale (B58, B70, B1A, Tu 160, Myasishchev M-50).

    La fameuse théorie des ordinateurs séparés par l’ex-rideau de fer donnant les mêmes réponses à un même cahier des charges à bon dos!

    Replacé dans le contexte de ces années de guerre froide, on imagine aisément qu’il fut politiquement très incorrect d’évoquer un quelconque espionnage, même si les « collaborations idéologiques » étaient une réalité.

    Toutefois, bel exemple d’originalité pour les plans canards du Tu144.

    • Wilbur

      Tupolev Tu144 vs Concorde
      La solution de l’aile ogivale était la seule viable pour un avion de ligne supersonique long courrier. Contrairement à un avion militaire, un avion de ligne ne peut pas embarquer tout son carburant dans le fuselage , et l’aile doit avoir une faible épaisseur relative pour être performante. Il faut donc de la surface pour générer un volume suffisant.

      Les aérodynamiciens russes n’étaient pas des manchots et les défauts du TU144 sont, je crois, surtout dus au fait que c’était un « crash program ». C’est d’ailleurs l’urgence qui a suscité l’espionnage.

      En ce qui concerne les plans canards, ils n’existaient pas sur le prototype. Leur « originalité » était plutôt une nécessité afin d’améliorer le contrôle à basse vitesse, un problème parmi bien d’autres que les concepteurs de Concorde avaient réussi à résoudre sans ces appendices.

  • Dies irae.

    Tupolev Tu144 vs Concorde
    A propos du Concordski et si ma mémoire aéronautique est bonne, il me semble qu’a la fin des années 60 ou au début des années 70, des « visiteurs soviétiques » s’étaient fait gauler lors de la visite d’une usine travaillant à la fabrication du Concorde.
    Ils avaient chaussé des pompes à semelle crêpe afin que les copeaux d’usinage puissent s’y incruster ; le fait qu’ils piétinent allègrement les tas de copeaux avait fini par attirer les soupçons des plus naïfs !
    Et si ma mémoire aéronautique est toujours bonne, il me semble que cette anecdote est rapportée par Anfré Turcat dans l’un de ses bouquins !
    Ce qui confirmerait que le surnom du Tupolev n’était pas si usurpé que ça !

  • yop1025

    Tupolev Tu144 vs Concorde
    Tiens, je n’etais pas au courant qu’une Cie Americaine avait eu le Concorde ?!!
    J’ai vraiment du mal à saisir l’interêt de l’avoir pour rester dans les terres sur la rotation Washington > Dallas et de ne pas voler en supersonique ? Que sont ils devenus Post la faillite de Braniff ? ont ils été reintégré à la flotte AF ou BA ?

    • Gil Roy
      Gil Roy

      @ YOP 1025
      Braniff n’a jamais possédé de Concorde. Ils appartenaient à Air France et à British Airways. Quant à l’intérêt de faire voler des supersoniques à Mach 0,99 maxi, il était avant tout publicitaire. Il faut replacer cette offre dans le contexte des débuts de la dérégulation du transport aérien américain. Braniff était une compagnie remuante qui n’a pas fait que des bons choix et qui n’a pas eu les moyens de ses ambitions. D’où sa disparition prématurée du ciel US. G.R.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.