Accueil » Yann s’offre un nouveau copilote pour Dent d’Ours

Yann s’offre un nouveau copilote pour Dent d’Ours

Le scénariste des séries de bande dessinée aéronautique Pin-up, Le grand duc, le pilote à l’Edleweiss, ou encore de Mezek, fait équipe avec Alain Henriet pour cette nouvelle aventure historique d’aviation qui a pour cadre la deuxième guerre mondiale.

DENT_d_OURS_enfants.jpg

Après « Pin-Up » avec Berthet et « Le Grand Duc » et « le pilote à l’Edelweiss » avec Romain Hugault, Yann fait, cette fois-ci, équipe avec le dessinateur Alain Henriet pour cette nouvelle aventure d’aviation intitulée « Dent d’ours » que publie les éditions Dupuis. Il...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

3 commentaires

array(1) { [0]=> int(6) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • par sodimiseurdedypteres

    Yann s’offre un nouveau copilote pour Dent d’Ours
    @ stephanevdv

    C’est pas le FANA c’est une BD ok ?

    A ma connaissance les gaulois n’ont jamais eu de potion magique 🙂

    Répondre
  • Yann s’offre un nouveau copilote pour Dent d’Ours
    Désolé, mais il y a tout plein de réserves à avoir quant au choix des planeurs et aux détails historiques.

    Pages 14, 15, 22, 23: en 1930, le FVA-2 Blaue Maus de 1921 (ou le FVA-1 Schwarze Teufel de 1920, très semblable et dont il est dérivé) était déjà une antiquité. Il n’a jamais servi de planeur d’entraînement. Il n’était certainement pas remorquable par avion. Et il n’a rien à voir avec Göppingen (et non « Göppingon » – sic) qui n’est d’ailleurs pas une firme, mais une ville universitaire. Les planeurs « Gö » (pour Göppingen) ont été construits principalement par la firme Schempp-Hirth: Gö 3 Minimoa, Gö 4 Gövier… Il est peu probable que le Blaue Maus, conçu à l’école supérieure technique d’Aix-la-Chapelle (Aachen), ait jamais porté le swastika. Et surtout pas du côté droit en 1933, puisqu’en 1933-1934, il ne figurait qu’à gauche, le côté droit de la dérive portant les couleurs nationales allemandes de l’époque, noir-blanc-rouge. Le swastika des deux côtés date de 1935.

    Le DFS Habicht, qu’on peut voir « en 1933 » page 21, n’a volé pour la première fois qu’en 1936. C’était un planeur de voltige qui a fait des démonstrations lors des jeux olympiques de cette année-là (jeux d’hiver à Garmisch-Partenkirchen et jeux d’été à Berlin).

    Page 23 : les brevets de vol à voile n’ont jamais exigé de faire de boucle (ou looping) ! Le brevet A demandait 30 secondes en ligne droite, le brevet B 60 secondes avec virage en S, le brevet C 5 minutes de vol sans perte d’altitude.

    Hanna Reitsch et Adolf Galland, qu’on voit côte-à-côte page 23, sont nés la même année, 1912. En 33, ils devraient donc avoir le même âge ! D’ailleurs, en 33, Hanna Reitsch était déjà instructrice de vol à voile et recordwoman…

    Dommage… Pour le reste, cette BD me plait bien.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(6) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(6) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.