Accueil » Philippe Poutou prend position sur le transport aérien

Philippe Poutou prend position sur le transport aérien

Aerobuzz.fr a posé trois questions, en rapport avec le transport aérien, aux onze candidats à l'élection présidentielle. Elles concernaient l'avenir de l'aéroport Notre-Dame-des-Landes, les droits de trafics sur les aéroports régionaux et la taxe Chirac. Philippe Poutou, le candidat anticapitaliste, est le premier à répondre. Vu le peu d'empressement des autres candidats, il est fort à parier qu'il soit le seul. Aussi avons nous décidé de mettre en ligne l'intégralité de ses réponses.

17.04.2017

La candidat anticapitalistique Philippe Poutou favorable à la création d'une compagnie publique européenne. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Avant de lire l'article

L'article est classé dans la catégorie "débat et opinion", il reflète donc le point de vue de l'auteur. Il n'engage pas la rédaction d'Aerobuzz. Si vous souhaitez, réagir n'hésitez pas à le faire via les commentaires au bas de la page.

Aéroport Notre-Dame-des-Landes : quelle suite comptez-vous donner au dossier ?

Notre première mesure serait d’ abandonner le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes, inutile, écologiquement nuisible, au coût exorbitant, qui nous engagerait, pour des décennies, dans la voie de l’augmentation d’un trafic aérien qu’il convient aujourd’hui d’endiguer.
Premier acte vers un plan de lutte contre le réchauffement climatique passant par la mise en place d’un schéma régional d’organisation des transports, vers un maillage reposant sur le développement du rail, pour les voyageurs comme pour le fret, sur le service public. Réorienter les pratiques vers les transports en commun, ce qui suppose la définition par les populations de leurs besoins, l’organisation des dessertes, la gratuité…

Droits de trafic aérien : envisagez-vous un assouplissement comme proposé par le rapport Le Roux, pour permettre l’ouverture de lignes long courrier par des compagnies aériennes étrangères au départ des grands aéroports régionaux ?

Nous préconisons de limiter le transport aérien. Nous sommes pour la réorganisation européenne du transport aérien par la création d’une compagnie publique européenne. Cela permettra de satisfaire les besoins de transport aérien en Europe en éliminant une prolifération de compagnies qui se concurrencent sur les mêmes destinations. Cela permettra aussi de limiter le nombre de vols intercontinentaux. Nous sommes donc contre l’ouverture de vols long-courrier au départ des aéroports régionaux ce qui multiplierait le nombre des vols, du gaspillage d’énergie et de pollution. C’est une aberration.

Nous somme aussi pour la mise en place d’un plan de lutte contre le réchauffement climatique passant par la mise en place d’un schéma régional d’organisation des transports, vers un maillage reposant sur le développement du rail, pour les voyageurs comme pour le fret, sur le service public. Réorienter les pratiques vers les transports en commun, ce qui suppose la définition par les populations de leurs besoins, l’organisation des dessertes, la gratuité…

Taxe de solidarité prélevée sur les billets d’avion (dite taxe Chirac) : le rapport Le Roux proposait de sortir le transport aérien de l’assiette de cette taxe jugée discriminatoire pour le transport aérien français. Que comptez-vous faire ?
Aujourd’hui , le transport aérien ne paye pas la TIPP sur l’ensemble de ses achats de kérosène, à la différence des carburants pour les véhicules, c’est anormal. Le transport aérien français à commencer par Air France se porte bien, les bénéfices sont là. Nous sommes favorables à ce que le transport aérien paie le coût de son impact sur le réchauffement climatique Encore une fois, nous sommes contraints, vu l’urgence climatique, à limiter drastiquement le transport aérien. PAr contre cette taxe « Chirac » doit évidemment s’étendre de façon appropriée aux compagnies étrangères qui touchent le sol du pays.

Philippe Poutou

Ouvrier, candidat anticapitaliste

 

 

12 commentaires

  • menezvret

    Je ne suis pas certain que les machines-outils aient souvent vu le candidat à leurs manettes. Ce genre de travailleur est le plus souvent absent des ateliers, prudemment déchargé par le management, lequel préfère ne pas perturber la production.
    Seule une grande entreprise peut se permettre cela.
    En 1973, Ford apportait du travail à 3000 personnes et, bien sûr, bien des emplois indirects en Gironde. Mais l’activité a décru, ainsi que les effectifs.
    La perspective de ne pouvoir un jour fermer, donc licencier, peut dissuader d’investir. Est-ce si dur à comprendre ?
    A posteriori, n’est-il pas plus satisfaisant d’avoir bénéficié de ces deux mille emplois, qui auront duré quarante années, que d’avoir vu cette usine s’installer ailleurs ?

  • Vladimir_K

    Petite question comme ça… les aéroports de l’Outre-mer français, c’est considéré comme du régional ?

    Comment peut-on privilégier le transport ferroviaire entre Paris et la Guadeloupe, ou bien entre la Corse et la Réunion ?

    J’ai pris des exemples absurdes, je le sais, mais est-ce que le problème n’est pas plus complexe qu’il n’y parait ?

  • Flagoo

    « Réorienter les pratiques vers les transports en commun, ce qui suppose la définition par les populations de leurs besoins… »
    Sur NDDL, il y a justement eu une consultation qui, à la surprise générale, a déplacé les foules et a donné un score sans appel en faveur du déménagement de Nantes-Atlantique. Et jusqu’à preuve du contraire, l’aviation commerciale est un transport en commun.
    Ça me rappelle un candidat écolo sur une élection locale qui disait qu’il fallait favoriser le transport maritime (très polluant aussi, notamment les paquebots), tout en refusant l’extension des quais dans l’estuaire de la Loire et alors qu’il était ancien docker ! :O

    • Arminius

      Consultation qui a déplacé les foules, il ne faut pas pousser. 51 % de participation, ce n’est pas un scrutin ayant mobilisé les électeurs. Et le résultat, 55 de votants favorables est lui aussi à relativiser. Cela veut dire qu’un quart environ des électeurs consultés veulent l’aéroport, quand trois quarts de la population s’en fout ou n’en veut pas. Il ne faut donc pas pousser le bouchon trop loin et justifier la construction du machin par ce vote. Dans n’importe quelle démocratie, 3 électeurs sur 4 qui n’en veulent pas c’est poubelle directement.

  • Raoul Volfoni

    Affligeant ! mais aucune raison de s’inquiéter : dans 8 jours il sera de retour devant sa machine outil à l’usine Ford.

    • Nanor

      Affligeant comme commentaire …
      Le même sur la couleur de peau vous vaudrait un procès pour propos raciste.
      Je demande à la rédaction d’aerobuzz de supprimer ce commentaire.

      • Gil Roy
        Gil Roy

        @ Nanor / Nous vous concédons que le commentaire de Raoul Volfoni est condescendant, voire méprisant. Nous sommes persuadés que les lecteurs d’Aerobuzz.fr sont capables de le juger pour ce qu’il est. C’est pour cette raison que nous avons décidé de la valider. A l’occasion de cette campagne électorale, les débats ne volent pas haut et les arguments sont courts…

  • Jps

    Cela laisse tout simplement sans voix !

  • Van Wersch

    Bien,
    Le rail c’est le passé,comme l’aviation de masse entre autre.
    Le réchauffement n’a rien a voir avec l’industrialisation,pas plus que l’économie d’énergie.Plus on diminuera la consommation d’énergie plus le réchauffement se fera ressentir,Aujourd’hui force est de constater que les modèles scientifiques sont entièrement révolu et dépasser pour en arriver aux absurdes.
    la sustentation magnétique peut remplacer économiquement écologiquement et confortablement le modèle du rail.L’aviation est dévolue a un modèle de déplacement humanisé partant du local,l’universalité du genre humain n’amène que conflit absurdité et non sens.Des fraises à Noel , un olivier au pôle nord et un glaçon au Sahara ne devrait être que passager et non transport internationalisé.Perte de temps d’identité et d’énergie vaine.

  • Flo

    « Nous sommes donc contre l’ouverture de vols long-courrier au départ des aéroports régionaux ce qui multiplierait le nombre des vols, du gaspillage d’énergie et de pollution. »

    Aujourd’hui, au départ des régions, dans la plus part des cas, les passager sont obligés de passer par un hub avant de prendre leur vols long-courrier. Cela implique de prendre 2 vols et de ne pas prendre le chemin le plus rapide. Donc M. Poutou a entièrement tord sur la question.

    De plus, on notera qu’il ne veut plus de concurrence entre les Cie Européenne. Si il n’y a plus de concurrence alors les billets d’avion augmenterons. Veut-il que les citoyens ne puissent plus voyager?

    • Leo

      Oui, je pense que tu as touché du doigt exactement cela, il souhaite limiter le transport aérien. Il souhaite que les citoyens ne puissent plus voyager … en avion

    • lotser68

      Vous vous attendiez à une autre réponse??? Il est dans sa ligne de pensée (et il n’est pas le seul) avec toujours leur connotation lutte des classes: ceux qui prennent l’avion et ceux qui ne le prennent pas ..etc .. Mais il faut qu’il explique ça aussi aux centaines de milliers de personnes qui vivent du transport aérien…ça va plaire.Bien sur qu’il faut faire des efforts en matiére d’environnement , mais je ne crois pas qu’il y ait un secteur (contructeurs, motoristes,Cies, controle aérien)qui ait fait autant ces derniéres décennies pour réduire les nuisances.
      Au fait Poutou ,: il ne fabriquait pas des boites de Vitesse pour la bagnole chez Ford?????… mais la bagnole ..c’est vrai ça ne pollue pas …on peut discuter bétement jusqu’à plus soif..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.