Accueil » 75 bougies pour l’Ile de France

75 bougies pour l’Ile de France
premium
libre

Escadron hors norme de l’armée de l’Air, l’EC 2/5 Ile de France célébrait le 6 octobre 2016 ses 75 ans sur la base aérienne 115 d’Orange-Caritat. Le 2/5 est le dernier escadron à utiliser les Mirage2000C RDI et les Mirage 2000B.

10.10.2016

Passage en formation du Mirage 2000C décoré, d’un Spitfire Mk5 et d’un P-51 Mustang. La couverture nuageuse présente jeudi dernier sur Orange limita grandement le nombre des insolations parmi les spectateurs. © Frédéric Lert/Aerobuzz

L’Ile de France a été créé officiellement le 20 octobre 1941 par le général de Gaulle, quelques semaines après la Bataille d’Angleterre. L’unité, qui regroupait des pilotes de la France Libre, fut désignée Free French Squadron 340 par la RAF. En célébrant les 75 ans de l’Ile de France, l’armée de l’Air fait revivre son passé glorieux et la mémoire de ses pilotes qui donnèrent tout…

Derniers Mirage2000C RDI et Mirage 2000B

Unité hors norme, le 2/5 le reste encore aujourd’hui en étant le dernier escadron à utiliser les Mirage2000C RDI et les Mirage 2000B. On parle de petits volumes : il ne reste plus à Orange (et donc en France) que 6 biplaces et 12 monoplaces. Avec à la clef des missions bien différentes pour les deux avions : aux biplaces le soin de former tous les pilotes de Mirage 2000 français. Cela concerne principalement les futurs pilotes de Mirage 2000D de Nancy et de Mirage 2000-5 de Luxeuil, le Mirage 2000N étant en fin de vie à Istres. L’Ile de France forme aussi bien entendu ses propres pilotes de monoplaces.

1

Le 2/5 avait peint un avion pour célébrer ses 75 ans. © Frédéric Lert/Aerobuzz

2

Le dessin sur la dérive combine les fleurs de Lys de l’Ile de France avec la croix de Lorraine et les chiffres 75. © Frédéric Lert/Aerobuzz

L’escadron reçoit une quinzaine de stagiaires par an et cette activité lui mange un tiers de ses heures de vol. Les Mirage 2000 biplaces seront gardés en ligne tant que ce besoin de formation existera : on parle aujourd’hui de 2032 pour le retrait des derniers Mirage 2000D.

Retraits programmés

Les Mirage 2000-5 devraient eux partir avant, la date de 2025 est évoquée. Quant aux Mirage 2000C d’Orange, ce sera encore plus rapide : leur fin est annoncée pour 2019. Tout ça pour dire que la gestion des six derniers biplaces sur les quinze ans à venir devra être fine, à l’image de ce qui avait été fait avec les derniers Mirage F1 biplaces de Mont-de-Marsan il y a quelques années…

3

En toile de fond de la célébration, cet ULM fournissait une réplique de Spitfire crédible aux couleurs de l’Ile de France. © Frédéric Lert/Aerobuzz

La situation est un peu moins tendue sur le front des monoplaces qui n’ont donc plus que trois ans à vivre : dépassés pour les missions de supériorité aérienne, les Mirage 2000C-RDI ont trouvé une deuxième vie dans les missions de police du ciel (deux appareils tiennent la PO à Orange) et surtout dans les opérations extérieures (OPEX).

6

L’escadron dispose encore de six biplaces Mirage 2000B. Sur ces avions repose la formation de tous les pilotes de Mirage 2000 de l’armée de l’Air. © Frédéric Lert/Aerobuzz

L’EC 2/5 en Opex

Depuis juillet dernier, deux avions sont de nouveaux basés à Niamey (Niger) dans le cadre de l’opération Barkhane. Ils y côtoient deux Mirage 2000D en provenance de la 3ème escadre de Nancy. Les biplaces, spécialistes du bombardement, placent leur capacité de désignation laser au service des monoplaces qui ont la capacité de tirer des GBU-12 mais sans en assurer le guidage.

7

Depuis juillet dernier, deux Mirage 2000C sont de retour à Niamey dans le cadre de l’opération Barkhane. Leurs deux canons de 30mm y sont semble-t-il très appréciés… © armée de l’Air.

Le Mirage 2000C a toutefois deux atouts dans sa manche qui le rendent populaire dans le Sahel : le premier tient à sa capacité d’emport. Deux GBU-12 en ventral aujourd’hui, mais ce chiffre passera à quatre avant la fin de l’année. A l’instar de ce qui se pratique avec le Mirage 2000N, les monoplaces pourront bientôt emporter deux bombes supplémentaires sous les points latéraux avant, au niveau des entrées d’air. L’autre atout, ce sont les deux canons DEFA de 30mm qui font défaut au Mirage 2000D. Dans le Sahel, contre des objectifs surpris à découvert, le canon se révèle bien utile.

Tirs au canon

La cérémonie du 6 octobre 2016 à Orange a été l’occasion de décerner quelques croix de la valeur militaires à des pilotes engagés dans l’opération Barkhane. Les citations lues à cette occasion ont fait état de plusieurs tirs au canon…

Que faut il pour conduire une guerre « asymétrique » ? Des avions fiables et à moindre coût, avec une bonne autonomie et un armement adapté à la situation. Le Mirage 2000C-RDI coche quelques cases et c’est pour cela que l’armée de l’Air est bien contente d’en disposer. Mais en 2019 se sera fini !

Frédéric Lert

4

Quelques véhicules, équipements et uniformes d’époque venaient rappeler le passé historique de l’Ile-de-France. © Frédéric Lert/Aerobuzz

 

A propos de Frédéric Lert

chez Aerobuzz.fr
Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense et voilures tournantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.