Accueil » DGA TA redonne du souffle aux essais d’éjection

DGA TA redonne du souffle aux essais d’éjection
premium

Pour étudier le comportement des équipements lors d’une éjection, DGA TA (Direction Générale de l'Armement Techniques Aéronautiques) utilise une soufflerie à rafales installée en plein air sur le site de Toulouse Balma. Sa modernisation est en cours, avec l’ambition de simuler complètement une séquence d’éjection.

20.01.2020

Les installations actuelles ne permettent de simuler que le choc du vent relatif à la sortie de l’avion.  Quand le siège aura gagné en mobilité, c’est l’ensemble de la séquence d’éjection qui pourra être reproduite sur le site d'essais de Toulouse-Balma. © Frédéric Lert/Aerobuzz.fr

Pour reproduire l’éjection et le choc du vent relatif (le « windblast ») à la sortie d’un avion de combat, deux possibilités : soit c’est le siège qui est mis en mouvement à très grande vitesse sur un rail, soit on inverse le problème et c’est l’air qui est mis en mouvement autour d’un siège fixe. C’est ce dernier principe qui est mis en œuvre à Toulouse au sein de l’installation de DGA Techniques Aéronautiques. Seulement deux autres installations similaires...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

  Identifiez vous pour voir le contenu !

A propos de Frédéric Lert

chez Aerobuzz.fr
Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense et voilures tournantes.

2 commentaires

  • Denis TURINA

    Bonsoir Frédéric,
    En lisant le mot « éjection » je sors mes souvenirs, et je suis admiratif en découvrant les moyens mis en place pour simuler une séquence d’éjection.
    Pourtant, au risque de radoter et de ne pas connaitre les derniers perfectionnements des sièges, je souhaiterais savoir si le largage du paquetage de secours a été rendu automatique ?
    Je n’ai pas non plus oublié que le coeur d’une éjection se situe dans la prise de décision, la poignée de secondes qui précède l’action sur la poignée.
    Bien amicalement.
    Denis

    • Frédéric Lert
      Frédéric Lert

      bonjour Denis,
      sur les appareils actuels le paquetage est libéré automatiquement quand le pilote se sépare de son siège. Il est loin le temps du F-100, mais c’était un bel avion quand même !
      amitiés
      Frédéric

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.