Accueil » Feu vert du parlement allemand pour le SCAF

Feu vert du parlement allemand pour le SCAF

Suite au vote favorable du Bundestag, les gouvernements français et allemand ont attribué à Dassault Aviation, Airbus et leurs partenaires, MTU Aero Engines, Safran, MBDA et Thales, le contrat cadre initial (Phase 1A) qui marque le coup d’envoi du lancement des démonstrateurs du Système de Combat Aérien Futur (SCAF).

13.02.2020

L’industrie européenne peut désormais déployer les ressources et les capacités nécessaires au développement de ce projet de défense européen stratégique qu'est le SCAF. © Dassault

Ce vote était attendu avec impatience par Dassault et Airbus. Il marque le véritable lancement de cet ambitieux programme militaire européen qu’est le SCAF. Ce contrat-cadre signé avec les deux états partenaires s’étend sur une période de 18 mois et lance le développement des démonstrateurs et des technologies de pointe, avec pour objectif de débuter les essais en vol dès 2026.

Les partenaires industriels travaillent depuis début 2019 à la future architecture du système dans le cadre de l’Étude de concept commun (JCS-Joint Concept Study). À présent, le programme SCAF franchit une nouvelle étape décisive avec le lancement de la phase des démonstrateurs. L’industrie peut désormais déployer les ressources et les capacités nécessaires au développement de ce projet de défense européen stratégique.

Dans un premier temps, cette phase sera axée sur les principaux défis technologiques dans chacun des domaines :

  • Next Generation Fighter (NGF) avec Dassault Aviation comme maître d’œuvre et Airbus comme partenaire principal, qui sera le principal élément du Système de Combat Aérien Futur,
  • Unmanned systems Remote Carrier (RC) avec Airbus comme maître d’œuvre et MBDA comme partenaire principal,
  • Combat Cloud (CC) avec Airbus comme maître d’œuvre et Thales comme partenaire principal,
  • Engine avec Safran et MTU comme partenaire principal.

Les entreprises concernées développeront conjointement un environnement de simulation 
visant à garantir la cohérence des différents démonstrateurs.

Le SCAF est présenté comme « la clé de voûte qui garantira la future souveraineté opérationnelle, industrielle et technologique de l’Europe. »

Le DLR devance l’ONERA sur le SCAF

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

5 commentaires

  • Stormy
    Stormy

    Les Allemands vont encore une fois nous aspirer notre technologie, sur de vagues promesses d’union européenne qui parlent doucement à l’oreille de notre président qui n’a pour objectif que de s’assurer une présidence européenne à terme, et en se basant sur des commandes qu’ils dénonceront ensuite (voir Tigre / A400…) pour au final acheter américain (les AF-18 sont bien partis pour eux, et ils ne rêvent que du F-35)

  • Pilotaillon du 21eme siècle

    Il faut bien commencer par un bout… et décider, parce qu’on a en vu les avantages, de le faire en groupe est une belle avancée vers l’utilisation commune.
    Un pas vers l’Europe de la défense certainement.
    Quand à nos voisins GB, il vont nous sortir leur solution iconoclaste, à coup sûr !

  • Séry René

    Etant donnée l’image que vous montrez,la définition se sa forme devrait être facile

  • Robert Le Borgne
    Robert Le Borgne

    Joli projet qui n’empêchera pas nos partenaires Européens d’acheter Américain …

  • LITSCHIG Olivier

    Il eut mieux valu construire cet avion tout seul , ou si réellement un partenariat s’imposait, avec nos amis et alliés britanniques.
    De plus, la France a besoin d’une version embarquée pour ses futurs porte-avions; je doute que les partenaires prévus soient au fait de cette technologie bien particulière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.