Accueil » Clap de fin pour l’Alphajet Solo Display

Clap de fin pour l’Alphajet Solo Display

Pas de présentation solo pour l'Alphajet en 2020. Au moment où l’activité des présentateurs civils et militaires se voit plongée dans la tourmente des annulations des événements aériens, les Ambassadeurs de l'Armée de l'Air perdent l’Alphajet Solo Display.

24.04.2020

Le public de cette seconde partie de saison 2020 n'aura malheureusement pas la chance de vibrer au rythme des évolutions de l'Alphajet Solo Display. © François Blanchard

Cette présentation individuelle de l’avion école équipant les escadrons de formation du Groupement Ecole (GE 314) de la Base Aérienne 705 de Tours avait déjà cours par le passé, aux mains d’instructeurs de l’escadron, avant d’être mise en sommeil, fin 2011.  Avec la volonté conjuguée de l’Etat-Major et de l’Ecole de l’Aviation de Chasse (EAC) et après 5 années d’absence dans les cieux Français et Européens, deux pilotes et une poignée de mécaniciens faisaient revivre depuis trois saisons la démonstration tactique de l’Alphajet.

Le Cne Vianney « Saï Saï’ et le Capitaine Philippe « Zippo » pilotes de la saison écoulée… © Armée de l’Air

Le Capitaine Benjamin « Scarf », troquant sa combinaison bleu azur contre la plus austère tenue sable des pilotes de combat, avait été choisi pour assurer la saison 2020 © Armée de l’Air

De la Patrouille de France à Alphajet Solo Display

Venu de Salon de Provence après la « der » 2019, (dernière présentation de la Patrouille de France)  le Cne Benjamin « Scarf »  après 6 années passées au sein de la Grande Dame, a été retenu pour succéder au Cne Philippe « Zippo » pour la future saison, bien décidé à montrer au public, comme ses prédécesseurs,  le savoir-faire d’un grand connaisseur de cette robuste et maniable monture franco-Allemande (AMD/BA/Dornier) qui depuis 1978, équipe l’Armée de l’Air (1981 pour la PAF).

Dans la continuité des années précédentes et dès la fin de l’automne dernier, les deux pilotes « titulaires » avaient recommencé l’entrainement, en vue d’une nouvelle saison qui s’annonçait prometteuse, avec la programmation de grands et fameux événements.

Las ! Alors qu’un long confinement, assez difficile à supporter pour des hommes dont  l’envie de voler et de faire briller les ailes françaises sont dans les gènes laissait entrevoir une prochaine issue, le verdict est tombé : L’Alpha Solo Display restera « groundé » en 2020  et « Scarf » ne pourra malheureusement pas faire bénéficier l’ASD de toute cette expérience accumulée au sein de la PAF.

Développé conjointement par les Sté Dassault et Dornier, le biréacteur est utilisé dans la formation des pilotes de chasse sur les bases de Tours et Cazaux © François Blanchard

La présentation technique de l’Alphajet dans la tourmente

Si l’Armée de l’Air ne s’est pas exprimée quant à la raison du retrait de l’ASD de la flotte de ses Ambassadeurs, on peut s’interroger sur les raisons ayant prévalu à cette décision et sur la part que la situation actuelle, liée à la crise sanitaire a pu représenter dans cette décision.

Assurément , la situation actuelle dans laquelle l’Armée de l’Air joue un rôle majeur d’aide à la population en affectant de nombreux moyens (MRTT Phénix , A 400M, et hélicoptères… ) pour assurer le transport de malades et de personnel soignant, missions qui s’ajoutent aux missions permanentes (Posture Permanente de Sûreté et Posture Permanente de Dissuasion Nucléaire) et aux Opérations Extérieures (OPEX), alors que la saison des meetings est fortement compromise (ou tout au moins largement amputée) a du peser fortement dans la balance menant à cette décision.

L’Armée de l’air entre en guerre contre le coronavirus

Covid-19 : les hélicoptères entrent dans la bataille.

Priorité à la mission première

Dans une période où la maintenance des matériels a du mal à se réaliser du fait du confinement des personnels techniques, on imagine aisément que le maintien en situation de vol des machines les plus sollicitées par une utilisation aussi intensive que celle des avions de présentation, ne puisse se faire dans les délais nécessaires à une reprise avant le début de saison.  Il faudra bien rattraper cette inactivité mais pourra-t ’elle être normalisée à temps ?

Dans ce contexte, l’escadron 3/8 Côte d’Or qui opère et héberge l’ASD dont l’activité principale vise à la préparation opérationnelle des unités n’a t’il pas jugé essentiel de se recentrer prioritairement sur sa mission principale et mettre en sommeil la mission de représentation de l’ASD ?  La solution la plus sage dans cette perspective n’est-elle pas de repousser, voire suspendre sa prestation pour la durée de la saison ? Tous cela semble parfaitement compréhensible, même si le public ne peut que regretter la situation qui le prive d’une belle présentation.

La relève de l’Alphajet monte en puissance

Une seconde idée peut aussi jaillir de la réflexion :  Le vieillissement de la flotte des Alphajet qui affiche plus de 40 ans d’utilisation est-elle en cause dans cette situation ? Nombre d’entre eux sont toujours en service à Tours, Cazaux … et Salon de Provence  (pour une douzaine de machines). Le remplacement du biplace, au sein des escadrons de formation a débuté depuis l’an dernier et le Pilatus PC 21 en service à  l’EPAA (Ecole de Pilotage de l’Armée de l’Air) de Cognac semble, selon les pilotes instructeurs que nous avons interrogés, se montrer brillamment à la hauteur de la tâche pour succéder au TB 30 Epsilon et à l’Alphajet.

Armée de l’Air : le Pilatus PC-21 prend la relève

Dans cette perspective, l’appareil affecté à l’équipe de présentation tourangelle ne serait donc pas le seul concerné par une progressive mise à la retraite et nous n’osons pas imaginer la situation dans laquelle se trouverait notre patrouille nationale, ainsi touchée de plein fouet si tel était le cas.

L’Alphajet Solo Display démontre parfaitement dans les meetings l’étendue de ses capacités, notamment en vol dos et tranche. Son faible rayon de virage associé le plus souvent à un fort facteur de charge lui permet d’évoluer en restant toujours dans le champ de vision du public. © François Blanchard

Heureusement, comme l’a annoncé l’an dernier le GAA Philippe Lavigne, Chef d’Etat Major, la PAF qui conservera ses bons serviteurs jusqu’à l’horizon 2035 ne vivra pas ce qui aurait pu s’apparenter à un cauchemar et, ainsi épargnée, alors que les grandes révisions des appareils qui seront utilisés en 2020 se terminent et que l’escadron tricolore reçoit sa nouvelle dotation qui la rend apte à remplir sa mission dans les conditions habituelles, l’entrainement va reprendre progressivement pour assurer la seconde partie de la saison.

Fin de partie pour l’Epsilon

Les Couteau Delta absents des meetings aériens en 2019

Dans ce conte visionnaire que nous a livré St-Ex,  Le Petit Prince n’a-t-il pas dit « Pour chaque fin, il y a toujours un nouveau départ… ». Nous y pensions aussi lorsque nous avons appris la fin de « Cartouche Doré » et plus récemment la suspension que l’on croyait provisoire de la patrouille des Mirage 2000 « Couteau Delta »…

L’Histoire nous a montré pour la Patrouille tactique des 2000, comme pour la présentation technique de l’Alphajet qu’il y eut un nouveau départ…

L’avenir nous dira si nous avions raison d’espérer.

Philippe Chetail

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Philippe Chetail

chez Aerobuzz.fr
Président d’Airshow, spécialiste de l’organisation de manifestations aériennes, Philippe Chetail a organisé plus de 230 meetings aériens depuis 1973. Egalement co fondateur de France Spectacle Aérien, il est l’un des meilleurs connaisseurs européens de tous ceux qui gravitent autour des spectacles aériens. Il a rejoint Aerobuzz en juillet 2011. Philippe Chetail couvre, en particulier, l’aviation de collection et les évènements aéronautiques.

4 commentaires

  • Cabrera

    J’ai bien peur qu’à la suite du Covid 19, une grave crise économique suive.
    Je pense qu’il va y avoir des coupes sombres dans les budgets de la nation, y compris la défense.

    Donc ne rêvons pas trop. S’il y a des restrictions budgétaires, tout ce qui n’est pas essentiel et prioritaire passera à la trappe.

    Les meetings et tout le reste seront sans doute repoussés aux calandres grecques.

  • Philippe Chetail
    Philippe Chetail

    Vous soulevez là un problème intéressant et je ne peux que vous répondre, en l’absence d’autres éléments, que si l’Armée de l’Air avait l’intention de reformer les « Couteau Delta » ou comme il a été pensé une autre patrouille de chasseurs (Rafale) en 2020, les événements liés à la crise sanitaire, qui propulse notre arme aérienne en première ligne de l’assistance à la population, et l’annulation d’une grande partie des meetings aériens tel que je le décrit dans l’article, crée d’autres priorités. Soyons confiants pour les années futures. La représentation de l’Armée de l’Air dans les meetings est un moyen majeur de recrutement et offrir au public une belle présentation des moyens opérationnels suscite des vocations chez les jeunes… l’Armée de l’Air le sait bien et c’est bien pour cette raison que les Ambassadeurs ont été créés … soyons patients et sortons de cette crise qui pour le moment nous impose tous de rester au sol ! Prenez soin de vous

  • Alpha

    Bonjour,
    Vous dites : « la suspension que l’on croyait provisoire de la patrouille des Mirage 2000 « Couteau Delta » »
    Cela signifie t’il que c’en est définitivement et officiellement fini pour les Couteau Delta ? Après la fin des Ramex en 2016, on peut craindre de ne plus voir voler de Mirage 2000 en meetings… Quelle dommage !
    J’espère que les as de la PAF et le nouveau pilote présentateur du Rafale pourront malgré tout nous faire vibrer (en fin ?) d’été pour cette saison des meetings qui s’annonce bien morose et incertaine (Ferté Alais décalé, le seul meeting de la FOSA à Cognac et Airexpo annulés, et d’autres suivront…)
    Bon courage à tous les organisateurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.