Accueil » L’Allemagne réduit de 40 unités sa commande de NH90TTH

L’Allemagne réduit de 40 unités sa commande de NH90TTH

Le ministère allemand de la Défense a annoncé, le 15 mars 2013, son intention de réduire de 122 à 82 sa commande d’hélicoptères de transport tactique NH90TTH pour cause de restrictions budgétaires. D’autres pays européens, à commencer par la France, sont engagés dans cette même politique de coupes sombres dans les budgets militaires.

17.03.2013

L’Allemagne poursuit sa cure d’austérité pour les forces armées, après les chars et les avions de combat, cette fois c’est au tour des hélicoptères tactiques de subir des coupes budgétaires… La nouvelle est tombée en catimini, un vendredi après midi. Le ministère de la défense allemand confirme sa volonté de réduire sa commande d’hélicoptères de transport tactiques NH90 TTH de 122 à 82.
Un rude coup en apparence pour NHIndustries et ses partenaires qui proclament depuis des années que cette machine de nouvelle génération, européenne qui plus est, constituera à terme l’ossature des forces aéro-terrestres du vieux continent.
Une belle vision qui vole en éclats pour cause de crise budgétaire.

Ainsi après le Portugal qui a décidé de quitter le programme pour cause de crise, l’Espagne qui annonce vouloir réduire de plusieurs unités sa commande initiale, Berlin, membre fondateur de cette coopération, réduit ses prétentions.
Pour couronner le tout, la France n’a toujours pas confirmé sa commande additionnelle de 34 NH90 TTH pour l’ALAT…

Cette logique illustre la tendance des politiques en Europe qui veulent faire des économies à tout prix sur tous les budgets pour rétablir l’équilibre des finances. Premières victimes « faciles » de cette nouvelle politique de gestion : les crédits de Défense ; une pilule qui passe mal chez les militaires qui doivent faire toujours plus avec des matériels obsolètes ou insuffisants. Ce décrochage capacitaire des armées, se double d’une frustration des industriels pour lesquels une commande nationale significative est le socle d’un succès à l’export, gage de maintien d’emplois qualifiés dans le pays.

Les exemples de gaspillages ne manquent pas. Le plus criant est sans conteste celui de l’avion d’attaque furtif embarqué « Avenger II » aux USA qui, malgré des milliards d’investissement n’a jamais quitté les chaines de production. Toujours aux USA, l’exemple des avions d’attaque embarqués A6 Intruder qui sont passés directement des ateliers de modernisation… à l’Océan pour servir de « récifs pour les poissons ».

Plus près de nous, la décision britannique de saborder son programme d’avions de patrouille maritime Nimrod a conduit les employés de BAE à ferrailler, toujours aux frais du contribuable, des avions remis à neuf, équipés d’un système de mission dernier cri pour les remplacer par rien. Au chapitre des gaspillages financiers pour cause de torpillage politique, on peut ajouter l’exemple de l’avion de combat Arrow au Canada. Un appareil de combat en avance sur son temps dont l’arrêt a signé la fin des ambitions militaires canadiennes.

Pour autant, ces réductions de commandes militaires, qui mettent à mal les capacités de défense d’un pays, sont elles forcément des sources d’économie ?
Pas sûr ! Le plus souvent les contrats de programmes d’aéronautique et de défense sont, en effet, parsemés de clauses dissuasives de dédit.

Ainsi il n’est pas impossible qu’un pays qui souhaite se désengager d’un programme majeur se retrouve à payer plusieurs centaines de millions de pénalités aux industriels pour mettre fin à un projet.
Dès lors comment expliquer au contribuable qu’il a payé des sommes faramineuses, représentant le prix de plusieurs dizaines d’appareils, pour des machines qu’il ne verra jamais ?

Il n’y a aucune raison de penser que les européens ne se sont pas protégés contractuellement contre les coupes arbitraires. En outre, dans les programmes internationaux, tels que le JSF, l’A400M ou le NH90, le pays qui commande le plus d’appareils est celui qui a le plus voix au chapitre dans les choix de direction et de conception… et le plus de retombées industrielles et financières.

L’Allemagne, dans sa politique d’austérité choisit donc le compromis. La réduction de 40 machines de transport NH90 TTH sera assortie de l’acquisition de 18 NH90 NFH, la version navale de cette voilure tournante. L’Espagne explique que les sept NH90 de moins serviront à financer le support des unités en service.

En France, les hypothèses budgétaires dévoilées par nos confrères du Point, mentionneraient comme prochaine cible le Rafale, l’A400M et d’autres programmes phares… Bien que séduisantes, les diminutions de commandes sont toujours catastrophiques en termes de capacités militaires et d’emplois hautement qualifiés dans le pays, et elles coutent souvent au final très cher au contribuable. Les économies espérées en arrêtant un programme se traduisent, pour les armées, par une perte de capacités et une énième cure, couteuse celle là, de modernisation des matériels en service afin de les faire durer vaille que vaille.

La rédaction

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Martin R.

chez Aerobuzz.fr
Martin R. est le développeur et webmaster d’Aerobuzz depuis sa création en 2009. Développeur de formation, il a fait ses classes chez France Telecom. Il lui arrive d’oublier ses codes le temps de rédiger un article sur un nouveau produit multimedia ou sur un jeu.

4 commentaires

  • lavidurev

    L’Allemagne réduit de 40 unités sa commande de NH90TTH
    « …Au chapitre des gaspillages financiers pour cause de torpillage politique… »

    La preuve une fois encore que les politiciens n’ont pas d’état d’âme y compris en temps de crise et n’hésitent pas à sacrifier les finances publiques pour arriver à leurs desseins.
    Un pouvoir qui ne devrait reposer qu’entre des mains expertes et surtout apolitiques. N’oublions quand même pas que ces mêmes personnes souvent décident de l’avenir d’un pays….

  • TIPLOUF83

    L’Allemagne réduit de 40 unités sa commande de NH90TTH
    On saura dans peu de temps à quelle sauce les militaires seront croqués, tout porte à croire qu’il va falloir renoncer à notre armée telle qu’elle est aujourd’hui
    on ergotte sur 1.5% du PIB alors qu’on devrait être à 2% c’est ridicule
    quant aux antonov russes …belle solution
    mais ils ont tous trente ans et sont dans un état pitoyable eux aussi ils ne sont donc pas éternels
    quand il n’y en aura plus on fera comment ?
    et si un jour le grand frère russe nous refuse ses précieux avions pour cause de differend sur les options politiques en syrie?
    il faut savoir si on veut encore une armée ou pas du tout !!!
    les politiques ont le devoir d’assurer la défense’ de la france et des francais
    est ce que ca leur parle encore ?

  • rouletablle

    L’Allemagne réduit de 40 unités sa commande de NH90TTH
    l’AM 400 est une necessité, reste à savoir combien il en faut réellement, et leur coût d’heure de vol.
    en ce qui concerne les Antonov, le prix de location ,ne semble pas comparable à l’ or, on pourrait même dire que cette location est au meilleur prix,en dehors du problème qu ‘ il n’ y a pas d’autre aéronef capable d’ assurer le même service, il faut faire le prix de revient à la tonne transportée, puisque cette location est faite dans ce but. et non pas dans un but strictement militaire

  • Papajal

    L’Allemagne réduit de 40 unités sa commande de NH90TTH
    Et si on ne s’équipe pas de A400M il faudra continuer à louer des Antonov à prix d’or chaque fois que nos politiques voudront relancer leur popularité en déclenchant une intervention lointaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.