Accueil » La diplomatie du B-52

La diplomatie du B-52

Le B-52 toujours présent sur la scène internationale. © USAF

L’US Air Force montre ses muscles et envoie une Bomber Task Force éphémère au Moyen-Orient.

Depuis la mi-août 2022, quatre bombardiers B-52H du 5th Bomb Wing basé à Minot (Nord Dakota) ont pris leurs quartiers sur la base britannique de Fairford. Ces appareils ont enchainé depuis les missions de démonstration de force et de coopération avec les pays européens, depuis la Suède jusqu’à la France, en passant par la Pologne ou la Roumanie. Une patrouille de deux avions a survolé Stockholm, tiré quelques munitions sur un champ de tir suédois. Entre deux missions en direction de l’Europe orientale, une autre patrouille est venue quant à elle en France pour s’entrainer avec l’armée de l’air française et notamment des contrôleurs avancés issus du CPA20 (Commando Parachutiste de l’Air).

Le 4 septembre 2022, deux avions se sont cette fois envolés vers le Moyen-Orient pour participer à plusieurs missions d’entrainement aux côtés des forces aériennes régionales et d’autres appareils américains. De la Méditerranée orientale à la mer Rouge, en passant par la péninsule arabique, les bombardiers ont retrouvé une grande variété d’appareils de l’US Navy, de l’US Air Force, mais aussi du Koweit, de l’Arabie Saoudite et de la Grande Bretagne, sans oublier les F-16 israéliens qui les escortèrent pendant leurs survol du territoire hébreu.

C’est la quatrième fois depuis le début de l’année 2022 que les B-52 viennent montrer leurs muscles toujours vaillants au Proche et au Moyen-Orient. En février, ils étaient accompagnés de F/A-18 des Marines. En mars, ils avaient travaillé avec des F-22 basés à Dahran et des appareils de neuf autres nations de la région. Un troisième déploiement, avec un soutien de ravitailleurs, avait eu lieu en juin.

Tout juste 70 ans après son premier vol, le B-52 garde la cote auprès des politiques américains quand il s’agit d’envoyer des messages… Mais est-ce le signe d’une longévité exceptionnelle ou d’un manque d’imagination de la Maison Blanche ?

Frédéric Lert

Frédéric Lert

Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense et voilures tournantes.

Un commentaire

array(1) { [0]=> int(10) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • À mon sens c’est le signe de concepteurs visionnaires. Cet avion, certes entaché du sang des asiatiques, est L’AVION du siècle dernier, qui nous montre encore des formes si modernes, avec cette flèche prononcée, qu’on ne peut que les admirer. Rappelez-vous Marcel Dassault ! Un avion qui est beau vole bien.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(10) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(10) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.