Accueil » La Grèce devient le quatrième client export du Rafale

La Grèce devient le quatrième client export du Rafale

Le Rafale, dans le sillage des F1, Mirage 2000 et 2000-5, en Grèce. © A. Pecchi / Dassault Aviation

La Grèce a officialisé sa commande de 18 Rafale. Le contrat relatif à l’acquisition des chasseurs pour l’Armée de l’Air hellénique, ainsi qu’un contrat concernant le soutien logistique de la flotte, ont été signés, le 25 janvier 2021, à Athènes.

Ce n’est pas une surprise, et même si l’affaire était bien enclenchée, tant que le contrat n’était pas signé, tout pouvait encore arriver. Maintenant, Dassault et ses partenaires peuvent souffler et se congratuler. Cette commande qui arrive après une année blanche va faire un grand bien au moral de la chaine d’approvisionnement du programme Rafale. Elle comprend 12 appareils récemment en service dans l’Armée de l’Air et de l’Espace française, et 6 neufs, produits dans les usines de Dassault...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

10 commentaires

array(1) { [0]=> int(10) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Bonjour
    Les Chaînes d’infos en Continue sabotent en permanence le moral des français en exprimant que du négatif. Certains ici continuent dans des propos identiques. Quel dommage de critiquer tout sans preuve et de ne rien proposer de constructif en l’absence de décision à leur portée.
    Cordialement
    Michel BOUR

    Répondre
    • Ha ben non… Dans le grand groupe aéro dont je fais partie, c’est une bonne nouvelle que nous prenons comme telle et qui fait du bien. Nous faisons du civil et du militaire, mais seul le militaire fonctionne quasi normalement en ce moment…
      Même si le rafale a été très long à vendre, c’est une très bonne chose qu’il se vende désormais aux quatre coins du monde, posant une alternative Française (disons même timidement européenne) à l’habituelle concurrence américano-russe.

      Répondre
  • Un bel oiseau qui malgres tous les efforts depuis 30 ans, ne se vend pas. Ajouter a cela que les seuls faits d’armes sont la neutralisation de qqs 4×4 dans le desert, ce qui ne veut pas dire qu’il ne fait pas le poids en dogfights ou il est tres superieur au F35 qui lui manque d’agilite. Mais au prix unitaire de ces bijoux technologiques, les engager dans du combat cannon est un non sens economique.

    Répondre
  • La Grèce qui peut à grand peine payer ses fonctionaires nous paiera t’elle qu’avec de l’Ouzo et des Slouvakis?

    Répondre
  • Dans les années 70 de ma jeunesse, on justifiait les exportations de matériels militaires par le fait que cela permettait, par effet de série, de diminuer le prix de ce dont on dotait nos propres armées (on pouvait donc éventuellement en avoir plus, de ce fait)
    Cela fait déjà quelques années (Grèce à l’instant pour ces Rafales, Brésil jadis pour des Mirages 2000, Egypte et Maroc avec les frégates il y a quelques années) que ces ventes font diminuer le potentiel des armées, puisqu’on leur retire ce qu’on vend (ou donne ?) aux pays étrangers.
    J’aimerais qu’on m’explique en quoi c’est finalement une bonne affaire – et pourquoi c’es le Ministre de la Défense qui se déplace pour signer au vu de ce qui précède, alors que celui du Commerce Extérieur me semblerait plus judicieux.

    Répondre
    • La vente de matériel militaire est autant politique et stratégique que technique et économique. Ce n’est pas de la vente de voitures. Et face aux USA, Chine et Russie qui n’hésitent pas à « donner » pour occuper une place stratégique, ce sont des opérations très compliquées.

      Répondre
    • Notre AdAE ne perd les 12 avions que temporairement, le temps que les 12 nouveaux Rafale au standard F4 (à la date de livraison) soient livrés, donc l’AdAE y gagnera

      Répondre
      • Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras – surtout qu’il est très vraisemblable que par un tour de passe-passe, ces 12-là de compensation prennent la place d’une douzaine qui devaient être commandés.
        Ce ne serait pas la première fois – depuis plus de quarante-cinq ans que je suis dans ce business, j’ai vu passer tous les tours : les étalements, les retards, la confusion entre commandes et livraisons dans les chiffres qu’on sert à la presse (et surtout dans ce que le public croit) l’arrivée de nouveaux matériels qui imposent de terminer la commande en cours avant la fin de celle-ci, cible de frégates réduite qui fait qu’à la fin ce qui reste a malgré tout coûté plus cher que le prix prévu de la série complète…. bien joué.
        Et puis oui, donner du bon matériel, d’aluminium et d’acier, payé avec de la bonne monnaie de contribuable, pour obtenir la sympathie de gens qui changeront d’avis ou auront tout oublié quelques années plus tard…. les canons de 20mm monotubes donnés aux Kurdes dont on n’a que faire, les stocks de roquettes et d’obus de Mirages donnés aux Jordaniens il y a 20 ans, la dette de l’Egypte annulée pour qu’ils restent du bon côté lors de la guerre du Golfe (et qu’était cette dette? ben des Mirages 2000 justement, et aussi le métro du Caire, cadeau tout ça) les Super-Pumas donnés aux Ukrainiens récemment (ne me faites pas croire qu’ils avaient de quoi payer) ……
        Ainsi par exemple un président B dont le gouvernement aura sabré dans les dépenses militaires se glorifiera de livraisons de matériels…. commandés et surtout payés lors du mandat du président A qu’il a remplacé. C’est magique.

        Répondre
  • Sait-on si la Grèce va conserver ses Mirages ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(10) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(10) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.