Accueil » La Royal Air Force va se débarrasser de ses C-130J

La Royal Air Force va se débarrasser de ses C-130J

En recentrant ses capacités de transport sur les A400M et C-17, la RAF fait une croix sur sa flotte de C-130J. Des avions pourtant encore relativement jeunes…

25.03.2021

Les Britanniques avaient acheté à la fin des années 1990 10 C-130J et 15 C-130J-30 au fuselage allongé. Un appareil fut perdu en Irak en 2007. © MOD

Au cours des 20 dernières années, la Royal Air Force a reçu trois nouveaux types d’avions  de transport : les A330 Voyager, les C-17 Globemaster III et les A400M Atlas, tous venant s’ajouter à une flotte de 25 C-130J (dont 15 C-130J-30 au fuselage allongé). En 2010, un premier livre blanc britannique sur les forces armées préconisait le retrait de service des C-130J pour éviter les doublons capacitaires. La décision fut annulée en 2015, avec toutefois une réduction du nombre d’avions en parc qui passait de 25 à 15. Dans le même temps, il était décidé de garder les avions jusqu’en 2035.

Cette décision vient d’être de nouveau remise en question, le ministère de la défense britannique décidant cette fois d’avancer la date de retrait des C-130J restant. On parle désormais de 2023 pour le retrait de la flotte.

Frédéric Lert

Le premier KC-130J français sort de chaine à Marietta

Lockheed Martin livre le 400ème C-130J Super Hercules

L’Armée de l’air reçoit son premier KC-130J

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Frédéric Lert

chez Aerobuzz.fr
Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense et voilures tournantes.

8 commentaires

  • Jean-Mi

    Petit rappel historique : la France possède des C130 uniquement pour faire l’intérim entre les Transall déjà arrêté et les A400M pas encore disponibles en nombre ou qualifiés pour tout… Les C130 ont l’avantage d’être disponibles de suite ou quasi, en tout cas qualifiés et opérationnels.
    Il n’est donc pas dans les plans d’avoir plus de C130 que ceux actuellement commandés, à ma connaissance.

  • Richard

    Ce qu’il nous manque à nous, c’est un ou deux C-130 ravitailleurs, car même si cela parait maintenant possible derrière l’A400 M, je reste perplexe en configuration opérationnelle en charge lourde.

    • Vertaco

      J’aurais du mal à croire que la DGA et Airbus n’y ai pas pensé pour passer les quailifications …

      • Richard

        Le ravitaillement des hélicoptères est vraiment bien particulier dans le domaine du ravitaillement en vol. Rappelons:

        – Que l’hélicoptère est souvent à forte charge (commandos à bord, donc masse élevée);
        – Que l’altitude de ravitaillement est faible (basse couche instable);
        – Que les opérations de ravitaillement se font souvent de nuit avec lunettes de vision nocturne (opérations spéciales);
        – Que le ravitailleur peut aussi être lourdement chargé, en cas d’opérations spéciales avec emport de véhicules et de commandos;
        – Que l’hélicoptère a besoin d’un environnement stable derrière le ravitailleur;
        – Que l’hélico doit ravitailler le plus rapidement possible, à cause du maintien dans le panier;
        – Que l’hélico a une perche télescopique très longue (plus de 4 mètres), donc un pilotage très sensible à l’approche du panier (effet de bras de levier);
        – Que l’hélico augmente sa masse de 800 à 1 000 kg rapidement, soit environ 10% de sa masse;
        – qu’un hélicoptère à un pilotage très différent d’un avion (pas de manette des gaz et pas d’aérofreins pour réguler sa vitesse, le pilotage se faisant par transparence avec pilote automatique engagé)

        Sans un ravitaillement en vol, un hélicoptère Caracal dispose de 4 heures maximum d’autonomie. Avec ravitaillement en vol, la portée d’action des hélicoptères Caracal irait jusqu’à l’équivalent du territoire français.

        Concernant l’A 400M, à mon sens il cumule deux handicaps pour le ravitaillement des hélicoptères:

        – les turbulences dans la zone arrière générées par ses hélices à contre rotation,
        – sa masse et son volume pour réaliser les procédures particulières aux hélicoptères.

        Airbus pour répondre au cahier des charges à été obligé de travailler sur une longueur de tuyau plus longue pour sortir de la zone de turbulences à l’arrière de l’avion, mais cette solution ne sera peut-être pas retenue totalement pour les raisons suivantes:

        – Qui dit tuyau plus long et de diamètre plus faible peut-il se loger dans le conteneur de ravitaillement en bout d’aile, ou faudra-t-il un autre conteneur ?
        – Qui dit diamètre plus faible, dit débit plus faible, donc temps de ravitaillement plus long;
        – Qui dit temps plus long de ravitaillement, dit beaucoup plus de difficultés pour un hélico de tenir le contact panier;
        – Qui dit différence de gabarit et de longueur des deux systèmes, permettrait -il dans une même mission de ravitailler des hélicos et des avions ?

        Donc, personnellement j’attend de voir.

  • Aff le loup

    Avec l’argent des contribuables, tout semble facile ! J’aimerai bien en avoir un dans mon jardin…

  • LOTSER68

    Je dirais même plus:!! « j’allais aussi poser la même question »
    Dupont Dupont

  • jujupilote

    La France aurait-elle un intérêt à en acheter certains d’occasion ?
    Sont-ils techniquement proches des C130J neufs français (qui ne sont que 2) ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.