Accueil » La Turquie et le programme F-35 : la bombe à fragmentation de l’exclusion !

La Turquie et le programme F-35 : la bombe à fragmentation de l’exclusion !

Le premier F-35 a été livré le 21 juin 2018. La menace d’une exclusion planait déjà sur la cérémonie officielle…© Lockheed Martin

Après deux ans de bras de fer, le nœud gordien a été tranché par Washington qui a annoncé l’exclusion du programme F-35 de la Turquie, coupable d’avoir acheté un système anti-aérien russe S-400. La Turquie perd 9 milliards de dollars de compensations industrielles, mais conserve sans doute une belle masse d'information sur le F-35. La question de la présence des F-35 de l'Otan sur la base turque d’Incirlik se pose également...

Le 12 juillet 2019, deux ans après avoir annoncé son intention d’acquérir le système S-400 « Triumpf », la Turquie a reçu les premiers éléments de ce système de défense anti aérienne russe. Une livraison en grande pompe, contrairement aux usages en matière d’armement, symptomatique du rôle joué par cet armement dans l’attitude de la Turquie sur la scène internationale. Mais une livraison incompatible avec la mise en oeuvre du F-35 selon Washington, qui explique qu’il serait facile pour le S-400 de...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

5 commentaires

array(2) { [0]=> int(10) [1]=> int(1270) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Armer les turcs, pays musulman ayant une importante diaspora en UE, menace d’un conflit avec la Grèce, était pour moi une aberration.
    Je me réjouis du coup des missiles russes, russes que je vois plus comme des alliés pour les conflits à venir ….

    Répondre
  • Cela met un doute sur la fiabilité du F35 face aux missiles russes, parce que même si les russes avaient la possibilité d’espionner plus facilement l’état de développement du F35, il aurait été aussi très facile aux américains d’étudier de très prés les S-400 et surtout leurs faiblesses !

    Répondre
  • La « Turquie, pays musulman »… Certes, mais surtout depuis R.T. Erdogan, qui a foulé aux pieds l’héritage de Kemal Ataturk, l’homme qui avait « fait » le seul pays musulman laïc, sans religion d’État, sans idéologie islamique. Erdogan porte une très lourde responsabilité.

    Répondre
  • Ce n’est pas mentionne dans l’article, mais les composants fabriques en Turquie ne sont pas « strategiques », quand au partage de donnees entre les differents participants au programme, il ne se fait pas sur les donnees sensibles. Les Israeliens, pays oh combien ami et qui ne participe pas a la construction ont du batailler ferme pour avoir acces a certaines parties du logiciel et devvelopper leur propre version.

    Répondre
    • près de 900 pièces fabriqués en Turquie concernant le F-35 cela va être difficile de les avoir au même prix dans un pays occidental avec la même qualité de fabrication et aucun risque de voir une sous traitance dans un pays hors de l’Otan

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(10) [1]=> int(1270) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(10) [1]=> int(1270) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.