Accueil » Le futur porte-avions français à l’étude

Le futur porte-avions français à l’étude

Au salon Euronaval (Le Bourget, 23-26 octobre 2018), Florence Parly, ministre des Armées, a annoncé le lancement officiel de la phase d’étude du successeur du porte-avions Charles de Gaulle.

24.10.2018

Après 15 années d’activité opérationnelle, le porte-avions Charles de Gaulle est l'objet d'une remise à niveau depuis le printemps 2017. © Marine Nationale

Alors que le Charles de Gaulle devrait repartir en mission opérationnelle avec l’ensemble de son groupe aéronaval, dès le premier trimestre 2019, après un chantier de plusieurs mois de remise à niveau, la France annonce le lancement officiel du programme de renouvellement de son unique porte-avions. L’annonce de la ministre, faite au salon Euronaval, donne le coup d’envoi d’une phase d’étude de 18 mois qui doit permettre d’établir un cahier des charges : « ce que nous voulons et comment nous le voulons pour notre futur porte-avions. », résume Florence Parly.

Le porte-avions du futur

Il s’agit à ce niveau d’analyser les menaces que devra affronter le futur navire afin d’en « déduire les contraintes d’emploi, les besoins en termes de systèmes de combat et l’articulation nécessaire avec son escorte. » De là découleront ses caractéristiques « en fonction de ce que sera l’état de l’art technologique en 2030. » Le nouveau porte-avions devra notamment être en mesure d’accueillir le SCAF franco-allemand dans toutes ses capacités.

« Le mode de propulsion, nucléaire ou classique, sera examiné. Nous devrons prendre en compte, aussi, les ruptures technologiques à venir. Je pense, par exemple, à la révolution que représentent les catapultes électromagnétiques. » La ministre ouvre également la porte à une coopération internationale. « Des coopérations pour le navire lui-même, peut-être, mais aussi des coopérations pour permettre au porte-avions nouvelle génération d’accueillir des aéronefs de nos partenaires européens. Ce porte-avions pourra servir jusqu’aux dernières décennies du XXIe siècle, nous ne pouvons pas nous permettre de le concevoir avec un horizon étriqué. »

Une base avancée pour la marine nationale

Florence Parly veut aussi que les industriels fassent preuve d’audace, dans le respect des délais et des couts. « Ne limitons ni notre horizon, ni notre imagination. Nous ne devons pas refaire à l’identique, mais chercher les capacités les plus ingénieuses, les plus utiles et les plus efficaces. Faisons de ce porte-avions, une véritable base avancée de notre marine, aiguillon de notre innovation. »

La phase d’études de 18 mois qui s’ouvre doit permettre de répondre à toutes ces questions, mais aussi de déterminer « le nombre d’unités dont la France et l’Europe auront besoin à terme. », a déclaré la ministre française des armées.

Gil Roy

 

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

6 commentaires

  • Denis Turina

    A l’heure d’ITAR, quand les Belges quittent Cazaux alors que Trump veut se désengager de l’OTAN et où nous n’avons pas été capables de concevoir un successeur à l’Alphajet, un optimiste utopique pourrait-il détecter, dans cette étude qui s’annonce, une occasion de créer un embryon de Défense européenne ?
    Avec plusieurs porte-avions équipés de SCARF ?

  • Jérôme Huret
    Jerome Huret

    et surtout, il faudra choisir une cale qui permette une longueur suffisante ….

  • Arès

    C’est l’arbre qui cache la forêt, quand on sait l’état de délabrement de notre Armée.

  • Bernard Verhons

    Dommage que les Belges aient déjà choisi le F35. Si le parti nationaliste flamand n’était pas aux commandes , il aurait pu en être autrement.

    • Pilotaillon du 21eme siècle

      Au doigt mouillé, (ou dans le pot de confiture)
      Bexit, dissolution de l’EU, nucléarisation des US, le doigt sur le bouton de la déconfiture, Cambridge Analytica…
      Pardon, pardon, j’ai peut-être dit des gros mots ?!

  • Fbs

    Espérons qu’ils feront pas à nouveau la connerie de faire un exemplaire unique. Un second PA coûte 15% du prix du premier, le gros de la dépense c’est la conception, pas la construction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.