Accueil » Défense » Le futur porte-avions français à l’étude

Le futur porte-avions français à l’étude

Après 15 années d’activité opérationnelle, le porte-avions Charles de Gaulle est l'objet d'une remise à niveau depuis le printemps 2017. © Marine Nationale

Au salon Euronaval (Le Bourget, 23-26 octobre 2018), Florence Parly, ministre des Armées, a annoncé le lancement officiel de la phase d’étude du successeur du porte-avions Charles de Gaulle.

Alors que le Charles de Gaulle devrait repartir en mission opérationnelle avec l’ensemble de son groupe aéronaval, dès le premier trimestre 2019, après un chantier de plusieurs mois de remise à niveau, la France annonce le lancement officiel du programme de renouvellement de son unique porte-avions. L’annonce de la ministre, faite au salon Euronaval, donne le coup d’envoi d’une phase d’étude de 18 mois qui doit permettre d’établir un cahier des charges : « ce que nous voulons et comment nous le...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

7 commentaires

array(1) { [0]=> int(10) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • marine nationale en effet la France a besoin d un second porte avion plus grand large puissant et éfficace depuis longtemps le pays à toujour ue deux pa Foch Clémenceau il serait temps que le futur pa soit mis en chantier et accelerer la construrction des sna type barracuda

    Répondre
  • A l’heure d’ITAR, quand les Belges quittent Cazaux alors que Trump veut se désengager de l’OTAN et où nous n’avons pas été capables de concevoir un successeur à l’Alphajet, un optimiste utopique pourrait-il détecter, dans cette étude qui s’annonce, une occasion de créer un embryon de Défense européenne ?
    Avec plusieurs porte-avions équipés de SCARF ?

    Répondre
  • et surtout, il faudra choisir une cale qui permette une longueur suffisante ….

    Répondre
  • C’est l’arbre qui cache la forêt, quand on sait l’état de délabrement de notre Armée.

    Répondre
  • Dommage que les Belges aient déjà choisi le F35. Si le parti nationaliste flamand n’était pas aux commandes , il aurait pu en être autrement.

    Répondre
    • par Pilotaillon du 21eme siècle

      Au doigt mouillé, (ou dans le pot de confiture)
      Bexit, dissolution de l’EU, nucléarisation des US, le doigt sur le bouton de la déconfiture, Cambridge Analytica…
      Pardon, pardon, j’ai peut-être dit des gros mots ?!

      Répondre
  • Espérons qu’ils feront pas à nouveau la connerie de faire un exemplaire unique. Un second PA coûte 15% du prix du premier, le gros de la dépense c’est la conception, pas la construction.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(1) { [0]=> int(10) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(10) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.