Accueil » Le MiG-35 fait son entrée dans l’armée russe.

Le MiG-35 fait son entrée dans l’armée russe.
premium
libre

Les premiers MiG-35 Fulcrum F entreront en service dans les forces armées russes en début d'année 2019. Avion de combat de 4e génération ++, le Fulcrum F est optimisé pour l'attaque au sol, la lutte anti-radar, et anti-navire.

5.01.2019

Les dimensions du MiG-29 Fulcrum A originel, ont été intégralement révisées pour aboutir avec le Fulcrum F, un chasseur bombardier avec 2.000 km de rayon d'action. © MIG

C’est à l’occasion du salon Army 2018, en août 2018, que le ministère de la défense russe a pu officialiser la prise de commande des six premiers MiG-35 Fulcrum F pour ses forces armées. Le communiqué précisait que les appareils étaient destinés à la patrouille acrobatique  » Strizhi  » basée à Kubinka.

En fait, ils seront dans un premier temps, affectés au centre d’essais et de validation des matériels entrant en service dans l’armée de l’air, situé sur la base d’Aktubinsk. Et ce n’est pas pour rien. Car avant d’être affectés dans une unité dont la mission sera d’en faire la promotion à l’exportation, les militaires vont valider une configuration qui n’est pas la version définitive du MiG-35.

Le MiG-35 Fulcrum F extrapolé des MiG-29 K/KUB et MiG-29 M/M2

Le MiG-35 Fulcrum F a été développé à partir du MiG-29 K/KUB Fulcrum mis au point pour la marine indienne, et du MiG-29 M/M2 livré à l’Egypte. Les dimensions du MiG-29 Fulcrum A originel, ont été intégralement révisées pour aboutir avec le Fulcrum F, à une plate-forme dont les angles ont été revus, corrigés et optimisés, afin d’en faire un chasseur bombardier chargé avec suffisamment de pétrole pour qu’il puisse agir sur 2.000 km de rayon d’action.

Ce MiG-35 emporte deux R-73, quatre RVV-AE et deux KAB-500KR. © MIG

On peut constater que le design des ailes a été redéfini. Le Fulcrum F est propulsé avec deux réacteurs RD-33 3MK lui offrant 7 % de poussée supplémentaire, par rapport au RD-33 du Fulcrum A. Et son rayon d’action serait 1,5 fois plus important que celui de son ainé.

Le MiG-35 est un avion de combat de 4e génération ++. Cela veut dire qu’il intègre des équipements définis pour les avions de 5e génération (tels que le Su-57, son contemporain). Son système de suivi et de pointage de cibles NPK-SPP OLS-K est peut-être le plus précis des équipements de  » ciblage  » air-sol jamais mis au point en Russie.

Le remplaçant du Su-25 et du Mig-29

Migavia annonce que la capacité de suivi d’une cible en mouvement par l’OLS, est de 20 km pour un véhicule, ou de 40 km pour un navire. Car, à l’inverse du MiG-29, le MiG-35 est optimisé en tant que  » jet  » d’attaque au sol, anti-radar, ou anti-navire. Il devra remplacer les avions de frappe au sol et « légers », dans l’éventail des avions en service en Russie, à savoir les Su-25, et les MiG-29.

Le MiG-35 peut emporter des missiles air-sol Kh-38MLE et Kh-35UE, des Kh-31PD anti-radar, des bombes guidées KAK-500, et des missiles air-air R-73E, ou RVV-AE de moyenne portée.

Le système de suivi et de guidage air-sol NPK-SPP OLS-K est greffé sous les moteurs. © MIG

Onze années de développement

Le Su-35 S et le Su-30 SM, de 3.000 km (environ) de rayon d’action, ont eu la faveur des planificateurs du ministère de la défense. En décembre 2018, l’armée de l’air russe évoquait à renforts de publicité, le cap des 100 exemplaires livrés, pour chacun des trois types de «  Flankers  » (le Su-34, le Su-35, et le Su-30 SM). Pendant ce temps, les six premiers MiG-35 ne seraient pas encore dotés du radar à balayage électronique type Zhuk-AE qui leur est destiné. Le Zhuk-AE pourra détecter 30 cibles simultanément, et en traiter 6 en conduite de tir, mais son développement n’est pas terminé, peut-être parce que ce programme n’était pas prioritaire.

Dans l’attente, ces premiers MiG-35 ne seraient à l’heure qu’il est, dotés que d’antennes de conception antérieure, Zhuk-ME ou Zhuk-AME. Des Fulcrum F équipés sous cette configuration intérimaire suffiront pour promouvoir l’avion dans les  » airshows « . UAC cherche un client à l’export pour cet oiseau aux performances tout de même prometteuses, annoncé à 35 millions d’USD  » flyaway « , un tarif presque trois fois inférieur à celui du Rafale.

François Brévot

A propos de François Brevot

chez Aerobuzz.fr
François Brévot est un reporter globe-trotter, chroniqueur, et photographe, passionné d’histoire contemporaine, aéronautique et spatiale, et de géopolitique. Il écrit en particulier, sur l’aviation militaire moderne ou ancienne, française ou internationale, et de nombreux récits de voyages sur des destinations et musées à caractère aéronautique. Spécialisé sur les nouvelles puissances aériennes, il visite très régulièrement les salons aéronautiques émergents du nouveau Siècle, que ce soit en Russie, en Chine, en Asie, en Turquie, et se passionne pour les nations d’Europe centrale.

5 commentaires

  • Yvan

    Bel avion pourvu d’un équipement complet (quoique sans radar Aesa, une tare de nos jours!) sur une machine qui vole bien. Mig vise le marché lowcost avec cette modernisation de son best-seller. S’il offre un bon rapport qualité-prix, il n’est pas certain qu’il connaîtra le même succès que ses versions précédentes vu la concurrence qui lui fait face dans la catégorie correspondante : Gripen, F-16, J-10, etc… Certains ont soupçonné Mig de vouloir sauver ses lignes de production (en attendant des jours meilleurs) en équippant les forces aériennes russes avec le Mig-35…

  • michael tolini

    A ce jour le seul fait d’armes pour les avions de chasse russes, c’est d’avoir descendu un 747 de Korean Airlines. Pour ce qui est du « dogfight », ils se sont toujours fait mettre en pieces par les chasseurs occidentaux tel le F15 qui a un killing ratio proche de 100/0.

  • patrick brunet
    sirpatrick

    Bonne année à tous !
    Le MiG35 est avec le MIG29K l’ultime evolution du MIG29, l’appareil apporte une veritable polyvalence air-air et air-sol.
    En ce sens il est à comparer avec in F/A18 Super Hornet américain.
    Il est puissant, maniable, agile, et dote d’un système d’arme moderne.
    Sur le papier il a tout pour remplacer les Fulcrum en Russie et dans de nombreux pays. Gros points à éclaircir, la fiabilité des moteurs RD33 qui poussent fort et des équipements, le service après vente de MIG pourra t il suivre ? .

  • Michel

    Une belle bête! Mais est-ce qu’il fume toujours autant avec ses nouveaux réacteurs?

  • Paul HISSON

    Belle bête, là on est plus dans le « réchauffé » du L39 « R ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.