Accueil » Le NH90 mise sur ses clients pour progresser

Le NH90 mise sur ses clients pour progresser

La 4ème conférence-produit qui vient de s‘achever en Allemagne sur un succès consacre les premiers retours d’expérience des utilisateurs d’une machine très performante au potentiel d’évolution conséquent. Pour autant, le NH90 risque de perdre sur le tapis vert tout le crédit gagné lors d’opérations sur le terrain…

7.07.2014

La 4ème conférence produit dédiée aux utilisateurs de l’hélicoptère NH90 vient de s’achever sur un succès. Cet événement qui s’est tenu sur la base allemande de Buckeburg du 23 au 26 juin dernier, a permis a plus d’une centaine d’utilisateurs de NH90 venus de 13 pays différents de rencontrer les représentants de l’Industrie (NHI, Agusta Westland et Fokker) afin de « mettre cartes sur table ». Avec plus de 54.000 heures de vol au compteur, la flotte de NH90 commence à donner une bonne idée des qualités et des défauts de la machine.

Au rang des qualités, tous les utilisateurs ont été bluffés par les performances dynamiques du NH90, sa maniabilité proche de celle d’un hélicoptère de combat, et sa facilité à opérer en Afghanistan en conditions « haut et chaud ». Pour autant il reste des maladies de jeunesse à soigner.

Ainsi certains NH90 NFH ont montré des signes de fragilité au niveau des ensembles de conditionnement d’air et de corrosion qu’aucun test n’avait permis d’anticiper. « Le NH90 NFH, la version maritime, présente des signes de corrosion à la base des antennes et de certains capteurs ainsi que sur certaines parties métalliques, mais rien qui ne soit susceptible de mettre en danger les équipages » affirme NHIndustries.

Durant la conférence, le président de NHIndustries, Vincent Dubrule a insisté sur le fait que la situation fait l’objet de la plus grande attention de la part de l’industrie en vue de régler au plus tôt cette maladie de jeunesse. Ainsi un plan complet qui prévoit des mesures préventives et correctives est en cours d’implémentation. Naturellement, les mesures de protection concernent les NH90 déjà livrés et ceux en cours de production aujourd’hui et demain. Une allusion très claire aux futurs NH90 en cours de négociation avec le Qatar (12NH90TTH et 10 NH90NFH) et l’Allemagne (18NFH).
La conférence s’est achevée avec la livraison à la Belgique du NH90 TTH (prononcez pour la peine NH Nonante) estampillé 200. Cet appareil qui a rejoint la base de Beauvechain le 26 juin dernier permettra aux forces armées belges d’étendre le spectre de leurs missions tout en améliorant leur interopérabilité. En clair, il s’agit de faire un bon des années 60 au début du XXIème siècle en termes de capacités d’aérotransport.

Les discussions, client/industrie animées par le sémillant australien Peter Harris, Customer satisfaction manager chez NHIndustries, ont même permis de dégager des pistes d’évolutions techniques pour rendre le NH90 plus performant. Ainsi l’ajout de nouveaux capteurs et de moyens actifs de réduction de bruit est à l’étude. Le reste des évolutions étant classifié pour le moment. De mémoire de journaliste, on n’avait jamais vu NHIndustries communiquer autant sur les mérites du NH90.

Tout était donc pour le mieux dans le meilleur des mondes du NH90 jusqu’à ce qu’un rapport confidentiel « opportunément rédigé en langue anglaise » de l’institut de recherche Hollandais NLR se retrouve en ligne. Ce rapport qui fait suite à l’analyse d’un NH90NFH, relate de nombreux points de corrosion avec des origines diverses telles qu’une mauvaise qualité de fabrication, un mauvais choix de matériaux et une insuffisance de maintenance. Pour enfoncer le clou, la ministre de la défense hollandaise a déclaré la suspension de l’acceptation de tout nouvel NH90 NFH tant que les soucis de corrosion ne seraient pas réglés aux frais de l’industrie.

Interrogé par nos soins, NHI répond que « des solutions ont été identifiées et que tout est mis en œuvre pour aboutir au plus tôt à une situation satisfaisante pour tous ». Sous-entendu, rien ne s’oppose à la remise en vol du NH90NFH sur le plan technique, cherchez plutôt du côté politique. Il n’empêche, plusieurs zones d’ombre subsistent. En effet quel est l’intérêt pour un client de mettre sur internet des données classifiées d’un problème en cours de résolution ? S’agit–il de la part d’un client soucieux de réduire ses dépenses de défense d’obtenir des compensations financières qu’il n’aurait pas obtenu par d’autres moyens ? En poussant un peu plus loin le raisonnement, on est en droit de se demander à qui profite la maladresse, d’autant que ce rapport et ces gesticulations hollandaises qui entachent la réputation d’un hélicoptère prometteur, visiblement apprécié de ses équipages, surviennent alors que des contrats d’achat sont en fin de négociations avec le Qatar et l’Allemagne.

Gil Roy

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.