Accueil » Le Pentagone face au mur budgétaire du F-35

Le Pentagone face au mur budgétaire du F-35
premium

Le GAO, équivalent américain de la Cour des Comptes française, poursuit son étude entomologique du F-35 avec un rapport qui porte cette fois sur les capacités opérationnelles des flottes en service. On y apprend par exemple que seulement 7% des avions de l’US Navy sont pleinement « mission capable ». Décoiffant !

10.05.2021

Pour les Marines, si le coût de mise en oeuvre du F-35B n’est pas un problème essentiel aujourd’hui, il le deviendra dans les années à venir. L’US Marines Corps devrait recevoir un total de 353 F-35B (décollage court et atterrissage vertical) et 67 F-35C dans les années à venir. © Lockheed-Martin

Depuis 2011, le GAO (version américaine de la Cour des Comptes française), a rendu public pas moins de 33 rapports sur le F-35 ! Le dernier, publié le 22 avril 2021, s’est intéressé aux disponibilités et aux capacités réelles des 400 appareils déjà en service (en novembre 2020, sur un total de 525 avions construits) sous les couleurs de l’US Navy, de l’US Marines Corps et de l’US Air Force. Et le moins que l’on puisse dire est que l’analyse...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Frédéric Lert

chez Aerobuzz.fr
Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense et voilures tournantes.

15 commentaires

  • Pilotaillon, vivant et réaliste

    Dommage de se chipoter pour ou contre son propre pays, à moins que certains bossent pour nos concurrents étrangers ? Je ne m’habitue pas lorsque AF produit beaucoup de vidéo avec des triples 7 comme jets vedettes…
    Je préfère revenir au sujet de fond, le coût opérationnel, OPEX au singulier et qui ne concerne qu’un centre de coût.
    Donc on distingue la propriété de l’objet de l’accès aux services. Nous n’achetons plus de téléphone mais « on nous offre généreusement » des interfaces d’accès aux services. Parfait pour les marques qui ont le besoin de récurrence dans leurs activités et sources de profits. Le secret : développer un bien versatile au travers desquels on ajoutera des services, adaptés aux futures exigences des utilisateurs.
    On a vu apparaitre ce principe dans les matériels hospitaliers lourds car l’équipement et les capteurs n’offrent plus autant de marges de progrès. En revanche, le futur s’écrit avec des logiciels, qui incorporent l’auto-apprentissage, l’IA, des capacités de calculs… pour venir en aide dans la phase diagnostic, élément clé de l’acte.
    Le software a également l’immense avantage de s’ajuster aux usages (IHM) et d’entrer facilement dans le quotidien des métiers… Le soft est ainsi devenu le premier élément de valeur. (Pour sourire : vous êtes plutôt IHM Airbus ou Boeing ?)
    Il est facile de transposer cette évolution à la science des conflits et à la course aux technologies stratégiques, dans lesquelles le vecteur air élargit sa palette de fonction à une plateforme de tir et de capture d’infos avancée…
    Combien coûte cette supériorité ? C’est la question et le pari des marques (consortiums car le job recouvre une grande diversité de métiers) pour bâtir un nouveau modèle économique.
    Le F35 a le mérite de poser le débat.
    En attendant, discrètement mais surement le Rafale fait son chemin, et passe d’un standard à l’autre, sans trop de turbulences, made in France.
    Il faut se rendre compte que tous les utilisateurs du 35 vont, sur un modèle éco identique aux GAFA, alimentent la connaissance globale in USA, et contribuent à sa supériorité.
    Mais la négo ne fait que commencer, entre les états majors sachant qu’il est plus simple d’annoncer un update à la population que de réformer un parc de machines… Ça donne l’impression que ses impôts servent à quelque chose de palpable.

  • Pierre Favereau
    Pierre Favereau

    Nos amis Belges en ont aussi acheté je crois, ils étaient pourtant prévenus. N’y avait il pas eu un scandale retentissant lors de
    L’achat de F16 ?

    • Jan

      Il y a eu aussi le scandale de la grande AFFAIRE dite Agusta-Dassault qui fit tant de bruit en Belgique. Cette affaire qui vit la démission du tout puissant président de la Fédération socialiste de l’époque, du ministre de la défense et du secrétaire général de l’OTAN de l’époque Willy Claes, fit grand bruit ici. Même le grand serges Dassault fut condamné pour CORRUPTION dans cette affaire. Depuis la société Dassault est indésirable en Belgique ! Mais sans doute que ces informations ne vous arrivent pas en France.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Agusta-Dassault

  • Liness

    Ce qui m’inquiète le plus c’est que pour un avion a la pointe de ce qui se fait seul 7% sont opérationnels donc c’est de loin un gouffre financier pour un avion qui n’est pas au point devrions-nous parler le prototype ? Ou de flop consternant ? Si le rafale avait été aussi peu fiable sûrement qu’il n’aurait pas été loupé par les critiques … Par chance seul les us voulant toujours plus toujours mieux se sont plantés comme des bleus 🤣😂🤣

    • Patrick

      non , le F35 est une réussite financière extraordinaire pour le fabricant.
      A noter que Boeing va aussi finir par gagner de l’argent puisque l’US Air Force , impressionnée par les performances du F35 , est en train de commander des F-15 , version modernisée quand même.

      Gros avantage pour nous , les pays engagés dans le F35 vont se retrouver sans armée de l’air digne de ce nom.

      • Samos

        Je prends bonne note de votre dernière phrase, on organisera une petite confrontation avec les pays OTAN quand ils auront leurs F-35 ! On verra bien qui qui sera à la traine avec des Mirages 2000 quinquagénaires et des Rafales bloqués au standard F-3R depuis fort longtemps ! Espérons que le standard F4 qui se fait de plus en plus attendre sera sorti d’ici là !

  • Michael

    Finalement l’US Navy regrette de ne pas avoir achete des Rafales 🙂

    • Biell

      Il n’y a pas plus absurde comme commentaire; les USA avec des Rafales ! Et pourquoi pas avec des MIG/Sukhoï ou des Shenyang tant que vous y êtes ? De plus, le Rafale a sans doute comme tous les avions quelques casseroles, mais à l’inverse du F-35 on n’en sait rien ! Au moins question transparence, les USA sont un « modèle ». Et le plus étonnant c’est que malgré cela et toutes les critiques qui fusent de partout, il s’arrache partout ! N’est ce pas consternant !

      • Richard

        « Putain » quelle agressivité pour un jeu de mots

      • Hugues CHOMEAUX
        Hugues CHOMEAUX

        Vous manquez d’humeur, pardon, je voulais dire d’humour.

      • DAUMONT

        Les USA un modèle de transparence ? Vous vouliez parler du 737Max ?
        Mais le plus consternant est votre manque d’humour.

      • Jl

        C’est clair. Il a la langue a décollage court l’ami.

        En attendant histoire de jeter de l’huile sur le feu, le rafale vole bien avec ses casseroles quand même. Le pays de la transparence n’a pas su l’entacher, puisque comme beaucoup de pays étrangers, ils aiment la France plus que bien des français.

      • Thagrea Byvivre

        Deux F35 on perdu un combat aérien contre deux roues F16……

    • Patrick

      Pas grave , ils sont en train de commander des F-15 pour être sur d’avoir un truc en état de voler dans un avenir proche.

      Avantage pour le reste du monde : si les USA n’ont plus de flotte aérienne digne de ce nom , ils arrêterons de vouloir exporter la démocratie partout où il y a du pétrole 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.