Accueil » Le premier KC-130J français sort de chaine à Marietta

Le premier KC-130J français sort de chaine à Marietta
premium
libre

Sur le site de Lockheed Martin où sont fabriqués les Hercules, le premier KC-130J ravitailleur destiné à la France est désormais terminé et s’apprête à débuter ses essais sol. Le deuxième entre quant à lui en fabrication. Visite guidée proposée par Frédéric Lert qui s'est rendu sur place.

25.03.2019

Le premier KC-130J français, vu début mars 2019 en bout de chaine dans l’usine Lockheed Martin de Marietta. © Lockheed Martin

A vingt minutes de voiture au nord d’Atlanta (Georgie), posée en bordure de la base aérienne de Dobbins, l’usine de Lockheed Martin abrite depuis plus de 60 ans la fabrication du C-130 Hercules et de ses innombrables versions (Lockheed Martin a malgré tout fait le compte : il y en a une centaine…).

2.500 C-130 produits à Marietta par Lockheed Martin

Le site appartient en fait à l’US Air Force et très exactement 663 B-29 y furent construits pendant la seconde guerre mondiale. On parlait à l’époque du « Bell Bomber Plant » ou encore de « plant 6 ». L’usine fut mise en sommeil après la guerre mais réactivée par Lockheed en 1951. Elle reste depuis étroitement associée au programme Hercules.

Elle a vu passer plus de 2.500 C-130 de tous types fabriqués depuis 1954 et un très long alignement de drapeaux en rappelle les 70 pays utilisateurs. L’alignement est exhaustif puisqu’on peut y reconnaître, entre autres, le drapeau chinois (Pékin a acheté des L100 en 1987) et… iranien, en référence aux avions achetés par le Shah avant la révolution islamique de 1979.

Gros plan sur une nacelle de ravitaillement en vol déjà fixée sous l’aile du KC-130J. La nacelle et son  pylône semblent avoir été peints après leur mise en place. © Lockheed Martin

Cadence réduite

Le plant 6 fabrique aujourd’hui 24 Hercules par an sur une seule ligne d’assemblage, la capacité maximale de l’usine étant de 36 avions. Et, de facto, l’activité semble très sereine dans le hall d’assemblage où travaillent environ 1.500 personnes (et 4.500 pour l’ensemble du site).

En 1969, Lockheed comptait 33.000 employés à Marietta. Il y en avait encore environ 20.000 à la fin des années 1990… Plusieurs programmes se sont achevés depuis (F-22, C-5, modernisation des P-3 Orion…) et l’automatisation de certaines taches ainsi qu’un recours accru à la sous-traitance industrielle ont fait le reste.

10 mois d’assemblage final pour un C-130

Les C-130 sont aujourd’hui assemblés en douze stations, l’ensemble du processus exigeant une dizaine de mois. Mais si l’on prend en compte la fabrication en amont des pièces à cycle long, la durée de fabrication est quant à elle de 36 mois. Dans l’usine de Marietta, les principales étapes voient le montage du caisson central de voilure sur le fuselage central. Puis le mariage de la pointe avant et de l’empennage (fabriqué en Inde) avec cet élément central.

Les voilures extérieures sont ensuite ajoutées. Le choix entre les versions courte et longue (C-130J-30) de l’avion se fait avec l’ajout de tronçons supplémentaires aux section avant et arrière de l’avion. L’ensemble du processus est un gros mécano qui suit le même cadencement depuis plusieurs décennies !

Le « plant 6 » où sont fabriqués les C-130 a abrité l’assemblage des B-29  pendant la seconde guerre mondiale. Le hall de montage mesure plus d’un kilomètre de long… © Lockheed Martin

Deux C-130J-30 et deux KC-130J pour la France

C’est à l’extrémité de cette chaine que l’on retrouve aujourd’hui le premier KC-130J destiné à la France. On se souvient que pour palier les retards de l’A400M, la France a commandé deux C-130J-30 et deux KC-130J en janvier 2016.

Les deux C-130J-30 ont été livrés respectivement en décembre 2017 et juin 2018 et ils ont à présent accumulé un peu plus de mille heures de vol. L’armée de l’Air attend à présent avec impatience les deux KC afin de ne plus dépendre de moyens étrangers pour le ravitaillement en vol de ses hélicoptères.

Le premier C-130J Hercules de l’armée de l’air française à Orléans

Livraison du premier KC-130J fin 2019

Le premier KC est donc aujourd’hui assemblé, les moteurs installés, les nacelles de ravitaillement accrochées sous les ailes et déjà peintes. Depuis notre visite à Marietta, il devrait même avoir quitté le hall pour commencer ses essais sol. La livraison devrait se faire en fin d’année.

Les Etats-Unis approuvent la vente de quatre C-130J à la France.

Puisqu’il s’agit d’un contrat FMS de gouvernement à gouvernement, la France se repose entièrement sur l’administration américaine pour le suivi du chantier et tous le processus de recette au sol et en vol sur le sol américain. Le deuxième appareil, qui est lui aussi en chaine, est beaucoup plus difficile à distinguer. Ce ne sont encore que des sous-ensembles épars uniquement reconnaissables par leurs numéros de série. Mais l’avion devrait prendre rapidement forme, pour une livraison au premier trimestre 2020.

Frédéric Lert

 

A propos de Frédéric Lert

chez Aerobuzz.fr
Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense et voilures tournantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.