cfadelaerien

Accueil » Défense » Le « Rafale Team » s’offre une chaire Défense et Aérospatial

Le « Rafale Team » s’offre une chaire Défense et Aérospatial

Le 8 septembre 2014, en marge de la douzième Université de la Défense (commissions de la Défense de l’Assemblée nationale et du Sénat), Dassault Aviation, Safran et Thales, ont officialisé la création d’une chaire « Défense et Aérospatial ». Elle est installée à Sciences Po Bordeaux pour une durée initiale de trois années.

arton5337

Dassault Aviation, Safran et Thales (autrement dit, le « Rafale Team ») ont décidé conjointement de soutenir la création d’une chaire universitaire « Défense et Aérospatial ». Elle sera installée, pour une durée de trois années, à Sciences Po Bordeaux. Comme le précise Vincent Hoffmann-Martinot, directeur de Sciences Po Bordeaux, « la chaire ambitionne de travailler autour de quatre grands thèmes : politique et stratégie de défense ; prospective opérationnelle ; économie et industrie de défense ; coopération internationale de défense ». De fait, indique à son tour le directeur exécutif de la chaire, le général Jean-Marc Laurent La chaire « Défense et Aérospatial » aura pour directeur exécutif, durant ses trois premières années de fonctionnement, le général (CR) de corps aérien Jean-Marc Laurent qui a occupé jusqu’à son départ à la retraite à l’automne 2013, les fonctions d’officier général commandant la Zone de Défense et de Sécurité Sud-Ouest (OGZDS-SO) et de commandant du soutien aux forces aériennes (CSFA)., « celle-ci se situe au point de convergence de quatre grands pôles : le pôle ASD économique et industriel ; le pôle aérien des forces armées ; le pôle des formations aérospatiales universitaires et le pôle de compétence et d’expertise aériennes ».
2. Le moteur M88 de Safra équipe le Rafale de Dassault2. Le radar RBE2 à antenne active de série du Rafale est fourni par Thales
Cette nouvelle chaire a été conçue comme une structure ouverte à même d’associer aussi bien des cadres dirigeants des trois grands groupes financeurs, que des universitaires de haut niveau dans toutes les disciplines (sciences dures et sciences humaines) ou des décideurs politiques. La chaire, souligne Jean-Marc Laurent, est fondée sur trois piliers : « Le premier volet est celui de la formation, aussi bien initiale que continue. Il concerne directement des étudiants en cours de formation supérieure mais aussi des cadres à haut potentiel dans chacun des trois grands groupes mécènes de la chaire. Un aspect original dans la formation continue concernera le croisement des compétences et des métiers, entre les représentants des groupes industriels impliqués. Le deuxième pilier est celui de la recherche. Celle-ci portera aussi bien sur la compréhension et l’anticipation des phénomènes stratégiques, économiques et sociétaux que sur la prospective opérationnelle en matière de progrès et de fragilité des choix opérés dans les secteurs de la défense et de l’aérospatial. Le troisième pilier de la chaire concerne la diffusion des travaux réalisés du fait d’une volonté forte, réaffirmée par tous les acteurs du projet, de valoriser, de partager et de promouvoir l’esprit de défense tout en apportant un concours précieux dans l’aide à la décision pour les responsables nationaux et européens dans l’ensemble du secteur ».

Dans la foulée de la signature officielle de la création de la chaire « Défense et Aérospatial », Sciences Po Bordeaux organise, mardi 9 septembre à 17h30, une table-ronde consacrée aux grands enjeux stratégiques de la défense. Organisée le mardi 9 septembre, à 17h30, à Sciences Po Bordeaux, en marge de l’Université d’été de la Défense, la table-ronde consacrée aux grands enjeux stratégiques de la Défense rassemblera des experts et acteurs, spécialistes de cette thématique : Michel Foucher, géographe, ambassadeur de France, professeur à l’Ecole normale supérieure ; le général Patrick Charaix, commandant les Forces aériennes stratégiques ; Sébastien-Yves Laurent, professeur à l’université de Bordeaux, spécialiste du renseignement ; Olivier Zajec, enseignant à l’Ecole de guerre et le général Jean-Marc Laurent lui-même. Entrée libre et gratuite dans l’amphithéâtre Montesquieu de Sciences Po Bordeaux, dans la limite des places disponibles.

Gosia Petaux

2 commentaires

  • Pierre Sparaco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

c7de96e764fcb76170fdf4fb0ba1fb19<<<<<<<<<<<<<<<<<<<