Accueil » Les chasseurs chinois J-20 dans le ciel de Zhuhai

Les chasseurs chinois J-20 dans le ciel de Zhuhai

Suscitant toujours autant de curiosité et d’interrogation, l’avion furtif de combat chinois Chengdu J-20 a été la grande attraction de la première journée du salon Airshow China 2018 qui se déroule du 6 au 11 novembre 2018 à Zhuhai.

7.11.2018

Au Airshow China 2018, la Chine a présenté en vol trois chasseurs de 5ème génération Chengdu J-20. © François Brévot / Aerobuzz.fr

Le salon aéronautique Airshow China 2018 a donc ouvert ses portes le 6 novembre 2018, à Zhuhai, dans la province chinoise du Guangdong, qui jouxte le territoire de Hong Kong. Mais cette année, et pour la première fois, dans son histoire, le « show » de Zhuhai ne programme, lors des plages de démonstrations en vol, que des appareils militaires de conception chinoise, tels que le K-8, le J-10, le J-10 B à poussée vectorielle, le FTC-2000 G, ou le Y-20 de transport stratégique, aucune formation étrangère n’étant présente.

Qu’importe, puisque trois biréacteurs furtifs de « 5e génération », des Chengdu J-20, sont venus bousculer les habitudes de quelques visiteurs occidentaux venus à Zhuhai, et quelque peu habitués jusqu’à ce jour, à une scène aéronautique de « jets » de « 5e génération » réservée aux USA (avec le F-22 et le F-35), et à la Russie (avec le Su-57, ex T-50 PAF-FA).

Ce sont donc trois J-20 « de série », pleinement opérationnels  dans l’armée de l’air de libération populaire chinoise (PLAAF), qui ont réalisé, non sans « brio », ce « show » d’une dizaine de minutes. Dans un premier temps, deux appareils ont évolué en « duo », le troisième ayant conclu ce programme avec quelques évolutions puissantes et propres au combat aérien serré.

Depuis 2017, ces J-20 participent régulièrement à des exercices aériens aux cotés des autres vecteurs en services dans la PLAAF, notamment avec les nouveaux Su-35 livrés par la Russie. Ces trois « jets » présentés à Zhuhai sont-ils enfin propulsés par des réacteurs WS-10 indigènes, ou le sont-ils encore, par des AL-31 FN intérimaires et de fabrication russe ? Rien n’est moins sûr. Mais le moins que l’on puisse dire, c’est que par cette prestation publique, la Chine s’affiche en tant que superpuissance industrielle capable de développer des systèmes aériens militaires complexes de dernière génération, que ce soit sur le plan des matériaux sensibles, des systèmes d’armes, et bientôt, des réacteurs.

François Brévot

 

A propos de François Brevot

chez Aerobuzz.fr
François Brévot est un reporter globe-trotter, chroniqueur, et photographe, passionné d’histoire contemporaine, aéronautique et spatiale, et de géopolitique. Il écrit en particulier, sur l’aviation militaire moderne ou ancienne, française ou internationale, et de nombreux récits de voyages sur des destinations et musées à caractère aéronautique. Spécialisé sur les nouvelles puissances aériennes, il visite très régulièrement les salons aéronautiques émergents du nouveau Siècle, que ce soit en Russie, en Chine, en Asie, en Turquie, et se passionne pour les nations d’Europe centrale.

7 commentaires

  • JMB

    Arrêtons de minimiser l’évolution technologique en Chine, oui ils copient mais Il y a 2 façons de copier:
    1) copier sans même savoir pourquoi ça marche, c’est stérile et c’est une vue à très court terme
    2) copier pour gagner des années et des milliards d’économie en ayant les moyens de développer soi-même la technologie copiée pour faire (éventuellement) mieux.

    Les chinois sont clairement dans l’option 2) et comme leurs scientifiques et techniciens ne sont pas plus cons qu’en Occident, ils progressent à pas de géant et nous talonnent au minimum en attendant de faire jeu égal (ou plus)….

  • Jean-Marc

    Comme d’habitude tout le monde sait que les chinois sont des copieurs patentés, le profil de cet avion ressemble comme un clone au F35 !!! quid de la fiabilité quand on voit la qualité des « merdes » chinoises diverses et variées qu’on trouve en Europe ?

  • James

    Sauf qu’avec des quilles de cette taille, la SER est sensiblement compromise.
    C’est probablement un rattrapage aérodynamique (stabilité en lacet)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.