Accueil » Près de 5.000 missions aériennes de guerre pour l’Armée de l’Air en 2018

Près de 5.000 missions aériennes de guerre pour l’Armée de l’Air en 2018

Le CDAOA, Commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes, est le bras armé de l’armée de l’Air : il est non seulement responsable de la veille permanente de l'espace aérien national, mais aussi de la planification, de la conduite et du suivi des opérations aériennes partout dans le monde. Le bilan chiffré de son activité en 2018 donne la mesure des engagements de l’armée de l’Air sur un grande variété de fronts.

18.03.2019

10.000 heures de vol en 2018 pour la chasse en opex ! C’est un fardeau considérable pour l’armée de l’Air mais en même temps une opportunité exceptionnelle de faire mûrir les équipages et de rester dans la course technologique. © Frédéric Lert/Aerobuzz.fr

Pour tirer le bilan de 2018, le CDAOA a édité une plaquette qui a été présentée jeudi dernier (14 mars 2019) au cours du traditionnel point presse du ministère des armées. Première surprise, le raid Hamilton est rappelé en couverture de cette plaquette. Qu’une mission parmi plusieurs milliers d’autres soit ainsi mise en avant souligne le caractère exceptionnel et toute l’importance que l’armée de l’Air lui accorde : « … la brillante démonstration d’un savoir-faire que peu de nations peuvent revendiquer » revendique l’armée de l’Air.

Le raid Hamilton exemplaire

Numéro 2 du CDAOA, le général Vincent Cousin rappelait au cours du point presse que le préparation de cette mission avait également inclus un large volet spatial depuis le ciblage jusqu’à l’estimation des résultats, en passant même par la « météo solaire » (c’est à dire l’analyse du vent solaire dont les particules peuvent perturber l’activité électromagnétique sur terre) pour s’assurer de la bonne qualité des transmissions cette nuit là.

Le raid Hamilton s’est inscrit dans un ensemble d’opérations conduites simultanément en France, au Levant et dans le Sahel dans les 48 heures avant, pendant et après la mission « Nos avions basés à Al Dhafra ont protégé une frégate américaine dans le Golfe persique a précisé le général Cousin, d’autres Rafale bombardaient Daesh (l’Etat Islamique) en Syrie et des Mirage 2000 décollaient de Niamey pour une mission opérationnelle. En France, la PO (permanence opérationnelle) décollait pour assister un avion de tourisme ».

Chammal et Barkhane

Voici maintenant les chiffres données par le CDAOA sur l’année écoulée : pour l’opération Chammal au Levant, c’est un total de 922 sorties pour les chasseurs, 4.470 heures de vol et 132 munitions tirées.  A cela s’ajoutent 20 missions pour les Awacs et 41 pour les ravitailleurs. Pour l’opération Barkhane dans le Sahel, ce sont 1.650 sorties, 5.471 heures de vol et 64 munitions tirées pour les chasseurs. Deux fois plus de vol mais deux fois moins de tirs que pour Chammal : les avions basés à Niamey ou N’Djamena réalisent beaucoup de missions de surveillance et de sécurisation au profit des troupes françaises au sol.

Une réalité confirmée par l’emploi intensif des drones sur ce théâtre avec 9.190 heures de vol en 1.407 missions pour les Reaper. Le CDAOA a également compté 361 mission de ravitaillement en vol et 5.762 tonnes de fret acheminées par les avions de l’armée de l’Air.

La police du ciel est aussi une grande consommatrice de potentiels. L’armée de l’Air maintient également en alerte au sol H24 un Awacs (E-3F) pour la surveillance de l’espace aérien international au large des côtes françaises. © Frédéric Lert/Aerobuzz.fr

Permanence opérationnelle sur le territoire national

Sur le territoire national, le bilan en matière de surveillance de l’espace aérien fait apparaître 298 situations anormales et 88 décollages sur alerte pour les avions de combat assurant la « permanence opérationnelle ». 35 de ces décollages étaient consécutifs à une perte de liaison radio. Les hélicoptères assurant des missions similaires ont décollé quant à eux 61 fois sur alerte.

Le général Cousin a évoqué une intervention récente et emblématique : le décollage de la PO d’Orange en janvier dernier pour venir contrôler un vol Paris-Tunis, avec à bord un passage agressif qui avait frappé un steward et tentait de pénétrer dans le cockpit. Le bilan 2018 fait également apparaitre sept missions d’assistance d’aéronefs en situation de détresse, l’exemple le plus classique étant l’avion en VFR coincé au dessus de la couche et qu’il faut ramener au sol. Autre chiffre, celui des ouvertures de terrains militaires : il y en a eu 91, contribuant ainsi à 98 transplantations. Et enfin 62 opérations de sauvetage en mer ou à terre, avec 28 personnes secourues, ont été comptabilisées l’an dernier.

Drone : une nouvelle menace, une nouvelle mission

Le CDAOA s’attend d’ici 2035 a un doublement du trafic aérien et à l’explosion de l’activité des drones, avec des évolutions techniques à venir sans doute très rapides. Ce sont deux défis qui sont bien placés sur la feuille de route de l’armée de l’air. Celle-ci, acteur essentiel de la lutte contre les drones, va recevoir en 2019 les premiers systèmes MILAD (Moyen interarmées de lutte anti-drone) capables de détecter, de caractériser et de neutraliser (par brouillage) ces appareils. C’est une nouvelle mission qui vient s’ajouter à toutes les précédentes…

Frédéric Lert

 

A propos de Frédéric Lert

chez Aerobuzz.fr
Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense et voilures tournantes.

5 commentaires

  • Alpha

    Merci Monsieur Lert pour ces chiffres et ces infos ‘insider’ toujours passionnantes.
    Serait-il possible de se procurer la plaquette du CDAOA que vous mentionnez ? (si toutefois elle peut être rendue « publique », vous avez mon adresse mail)
    Je serais notamment intéressé par les détails sur les sorties PO chasse (repartition Rafale/M2000, les BA concernees, le ratio avions SEP/liners, etc).
    Merci par avance.

    Pour finir, une mini coquille en milieu d’article :
    « Pour l’opération Barkhane dans le Sahel, se sont 1.650 sorties »

  • Amar Harraz

    Merci de me dire pourquoi mon commentaire n’a pas été publié ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.