bose A20

Accueil » Défense » Un nouveau « groupe de bombardement » pour l’armée de l’Air ?

Un nouveau « groupe de bombardement » pour l’armée de l’Air ?

Engagés de manière très intense dans les combats au Levant, les équipages de l’armée de l’Air s’appuient sur des traditions glorieuses pour favoriser la création d’une nouvelle unité. Rencontre avec ceux du "GB43 Levant" en Jordanie.

La demi douzaine d’avions (le nombre varie suivant les besoins) présents en Jordanie consomment pas moins de 20% des heures « chasse » de l’armée de l’Air. Loin de la France et engagés quotidiennement au combat, pilotes, navigateurs et mécaniciens affichent un esprit de corps qui mérite sans doute une reconnaissance officielle… © Frédéric Lert/Aerobuzz

L’histoire a commencé comme une boutade lorsque les Mirage 2000D de Nancy sont arrivés les premiers, à l’automne 2014, sur la base aérienne projetée (BAP) en Jordanie. Ils viennent alors épauler les Rafale basés aux Emirats Arabes Unis dans les combats contre l’Etat Islamique, en Irak dans un premier temps puis en Syrie.

On trouve l’insigne du GB43 partout sur la base aérienne projetée en Jordanie, et pas seulement sur les combinaisons de vol des équipages. Ici un espace détente en zone vie… © Frédéric Lert/Aerobuzz

Loin de Nancy, ce détachement forme en quelque sorte le quatrième escadron de la 3ème escadre de chasse qui n’en compte que trois à Nancy normalement. Pour respecter la tradition, les équipages imaginent alors qu’ils forment l’escadron 4/3. Puis arrivent très rapidement les Mirage 2000N de l’escadron 2/4 La Fayette. Et quelqu’un a l’idée de passer de l’escadron 4/3 au groupe de bombardement 43, le « 4 » faisant référence à la 4ème escadre et le « 3 » à la troisième.

En donnant au GB43 le nom de « Levant », il s’agit également de reprendre les traditions glorieuses des trois « Free French Flight » créés en juin 1940 au Proche Orient, à l’ombre de la Royal Air Force. Les Mirage sont à présent repartis en France (et pour certains en Afrique), remplacés par des Rafale, mais l’idée de recréer le GB 43 en Jordanie est restée.

Comme toutes les définitions héraldiques, celle de l’insigne du GB43 reste poétique tout en étant très codifiée : « Ecu tranché d’or et de gueule, sommé d’une couronne jordanienne du même, au moustique au naturel, tanné, descendant, denté d’argent et allumé d’or, chevauchant une bombe de fer brochant le tout, en chef un listel de sable chargé des lettres GB43 LEVANT d’or ». Fermez le ban ! © Frédéric Lert/Aerobuzz

La proposition a été transmise pour avis au Service Historique de la Défense. Et in fine, il reviendra au chef d’Etat-Major d’officialiser cette reprise des traditions qui pour l’instant fait un joli patch porté par tous les navigants présents en Jordanie, pilotes et navigateurs de combat.

Frédéric Lert

A propos de Frédéric Lert

Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense.
Journaliste chez Aerobuzz.fr

6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam *

Bannière Tbm910

Sur Facebook