Accueil » Un petit tour en C-17 entre le Bourget et… Omaha Beach !

Un petit tour en C-17 entre le Bourget et… Omaha Beach !

Entre deux visites officielles, l’US Air Force a profité du salon du Bourget pour emmener une douzaine d’invités au-dessus des plages Du débarquement de 1944… en C17. Histoire de se souvenir des héros du 6 juin et de rappeler que cette machine est toujours dans la course.

Pour ne pas oublier… A l’occasion du 49ème salon du Bourget, l’US Air Force qui expose diverses machines volantes, a proposé à quelques privilégiés d’aller survoler, hier, les plages du Débarquement. Cette escapade aérienne s’est faite en Boeing (ex McDonnell Douglas) C-17 Globemaster III. Le cargo a été extirpé l’espace de quelques heures de l’exposition statique. L’occasion pour Aerobuzz.fr de revenir sur cet avion étonnant, successeur désigné des C-5 Galaxy et autres C-141 Starlifter et qui anime depuis bientôt deux...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

2 commentaires

array(1) { [0]=> int(10) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Un petit tour en C-17 entre le Bourget et… Omaha Beach !
    Merci beaucoup non seulement pour les images et les efforts que vous fournissiez pour nous.tous mes «encouragements»

    Répondre
  • Un petit tour en C-17 entre le Bourget et… Omaha Beach !
    Rappelons quand même que le programme de l’ A 400 M au fil du temps a pris du retard et s’ est annoncé être un puits sans fond pour EADS à qui il aura couté les yeux de la tête. D’autre part le coût d’un seul appareil est bien plus cher que ses homologues de même catégorie.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(10) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(10) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.