Accueil » Les Olympiades de Kaboul

Les Olympiades de Kaboul

par Frédéric Lert

Coach Biden peut être content de ses athlètes. A Kaboul, le Pentagone vient de rafler toutes les médailles, ou presque, aux Olympiades de l’évacuation d’urgence. Il est vrai que l’équipe américaine possède une expérience incomparable en la matière.

En 1975 à Saigon, elle jetait les bases de la discipline avec plusieurs épreuves devenues des grands classiques : transport longue distance, posé de précision, compression de passagers, gâchis humain et matériel… Sans oublier la célèbre compétition de lancer d’hélicoptères dans la mer qui avait durablement marqué les esprits.

Avec le rendez-vous de Kaboul dans la deuxième quinzaine d’août, les Etats-Unis ont placé la barre encore plus haut. Il faut dire que l’évacuation de la base aérienne de Bagram (à une heure de route de la capitale afghane), le 5 juillet précédent, avait donné un bon aperçu de leur niveau d’entraînement. Plusieurs milliers de soldats Américains avaient quitté la base de nuit, sans se faire remarquer par les soldats afghans restés sur place. Ceux-ci s’étaient réveillés au petit matin dans une base morte, avec l’électricité coupée.

La compétition de Kaboul fut également exceptionnelle par son aura internationale, avec la participation de nombreux pays, du Canada au Japon, de la Turquie à l’Espagne, en passant bien entendu par la France qui dispose elle aussi d’une longue pratique des opérations d’évacuation. En mettant en oeuvre le duo A400M et A330, les Français quittaient leur zone de confort et les épreuves de sprint sur Transall en Afrique pour s’attaquer enfin à la course d’endurance.

On releva d’ailleurs la venue à Kaboul de 25 A400M en provenance de l’ensemble des pays utilisateurs de l’avion, à l’exception de la Malaisie. Un vrai triomphe pour Airbus, partenaire officiel.

Dans un autre registre, difficile de ne pas évoquer deux médailles toujours très convoitées, celles du manque de discernement et de la communication ratée. Les Etats-Unis se sont une fois de plus imposés sans forcer dans la première catégorie qu’ils dominent sans partage depuis la fin des années 1950… Et comme c’est le même staff qui prépare la prochaine guerre contre la Chine, on peut être confiant : le spectacle sera au rendez-vous.

Dans l’épreuve de la communication ratée, l’Allemagne s’est révélée la plus forte grâce à un doublet très remarqué : d’abord le décollage de Kaboul d’un A400M avec à son bord seulement sept passagers, puis l’envoi à grand frais de deux hélicoptères H145M des forces spéciales qui ne volèrent finalement pas sur place. Après quelques heures passées sur le sol afghan, les deux appareils repartirent comme ils étaient venus, les pales démontées et dans la soute d’un A400M.

Comme toute Olympiade, on attendait enfin beaucoup de la cérémonie de clôture. Celle-ci fut très sobre, distanciation sociale et religieuse oblige. Il n’y eu ni accolades ni même poignées de mains. Les Américains eurent toutefois le bon goût de laisser derrière eux quelques dizaines de milliers de cadeaux, fusils d’assaut, véhicules blindés et autres jumelles de vision nocturne en parfait état de marche… Un bien beau geste.

Frédéric Lert

5.09.2021

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Frédéric Lert

chez Aerobuzz.fr
Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense et voilures tournantes.

10 commentaires

  • Bruno Kerrmann

    humour décapant, excellentissime!

  • Corday

    Les talibans sont maintenant les fournisseurs en héroïne de la CIA.

  • lavidurev

    Le Monde (16/08/2021) Le retrait américain d’Afghanistan tourne à la déroute pour l’administration Biden.
    « Il y a beaucoup d’angoisse liée à ce départ. On n’a pas fait sortir tout le monde qu’on voulait faire sortir. Mais je pense que si nous étions restés 10 jours de plus, nous n’aurions pas réussi à faire sortir tout le monde », a déclaré McKenzie. (Le général américain Frank McKenzie était chargé de l’opération de sortie des États-Unis d’Afghanistan.)
    Parmi les 38 millions de personnes qui restent dans le pays, l’incertitude est grande quant au type de gouvernement que les talibans imposeront : ramèneront-ils les règles et les punitions sévères qui caractérisaient leur dernier régime ? (…)
    De nombreux Afghans regardent le règne des talibans dans les zones rurales et craignent que non seulement il n’ait pas changé, mais qu’il ait en quelque sorte empiré.
    https://www.bbc.com/afrique/monde-58400029

  • christophe gosselin

    N’oublions pas la Normandie. La Corée et … Berlin. Mais qui est capable de gagner un conflit dissymetrique ? Bravo pour cet article « BuzzAero » qui sous l’humour grinçant donne des infos édifiantes.

  • Catherine Bouroullec

    Affligeant, révoltant, épouvantable, les mots me manquent devant cet abominable gâchis d’abord humain, ensuite politique et économique….
    J’avais écrit dans un commentaire précédent que la gestion de ce drame par la France me paraissait criticable ; je me rends compte qu’il y a eu bien pire, mea culpa. Pourvu que le sang de tous ces gens abusés, puis abandonnés à leurs bourreaux, ne retombe pas sur la tête de nos enfants…..

  • Tonton Volant

    Puisse qu’il en est question, lire les excellents articles du Monde Diplomatique de ce mois ci dont l’éditorial de Serge Halimi (oui, je sais, pour certains, c’est un affreux « islmo-gauchiste »).
    https://www.monde-diplomatique.fr/2021/09/HALIMI/63494
    En tous temps, les étasuniens sont aller foutre leur nez, selon la doctrine Monroe, partout semer le pâti et bien souvent … échec : encore pire qu’auparavant.
    On pourra objecter avec raison leur intervention en 44, mais ils étaient loin d’être tous seuls, à l’Est le « travail » était largement avancé.

  • Stormy

    Merci pour cet excellent article, où l’on apprend de surcroit deux ou trois choses au détour d’une phrase…. cela n’a d’ailleurs rien d’humoristique, c’est tellement vrai – ah oui Bagram, ou comment se faire bien voir des gens qu’on venait aider.
    Bien sûr cela change des articles sur le futur des petits avions à hydrogène ou électricité verte, sujets qui ne m’intéressent absolument pas mais qui peuvent en captiver d’autres. C’est ça un magazine, aéronautique ou autre, internet ou papier, on y traite de différents sujets, et le lecteur en saute certains pour se plonger dans le reste. Vous lisez tous les articles du Point ou du Nouvel Obs, vous ?
    et bravo les Allemands.

  • PlasticPlane

    Oui, bon…
    Ce n’est pas parcequ’il y a effectivement des avions dans cette affaire que cette diatribe sur le fond a sa place sur un forum aéronautique, même si la plume est trempée à l’encre humoristique.
    C’est plus buzz qu’aéro.
    Dommage… à mon avis que je partage☹

  • Edrobal

    Sauf que olympiade n’est pas un synonyme de jeux olympiques, mais la période qui sépare deux de ces évènements. Et entre la chute de Saïgon et celle de Kaboul, il y en a eu des olympiades.

  • PATRICK

    Merci pour ce texte grinçant à souhait mais tellement vrai.Hypocrisie de tous envers ce pays qui va encore plus sombrer en enfer.On parle des autres pays qui ont eux c’est sur à voir avec le terrorisme? le Pakistan,l’Arabie saoudite(la plupart des terroristes du 11 septembre était saoudien,mais le monde s’en fiche)qui joue double jeux entre autre.
    La politique étrangère us depuis 1945 n’est que chaos et perte de vies par millions dans le monde.Le monde a juste peur de le dénoncer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.