Accueil » Un modèle à bout de souffle

Un modèle à bout de souffle

Ce modèle, c’est évidemment celui qui a élevé, en dogme, la recherche des coûts de production toujours plus bas. Souvent imité, jamais égalé, il ne supporte ni les demi-mesures, ni les écarts. Tout ou rien.

Il s’est imposé sur une contrevérité. Sans forcer, il a réussi à faire croire qu’il était toujours possible de trouver moins cher. Une illusion dans laquelle chacun patauge. Moi, le premier !

Ce modèle est impitoyablement redoutable. En appauvrissant la force de travail, il ne laisse plus le choix aux consommateurs qui n’ont pour ligne d’horizon que la fin du mois. Le piège s’est refermé. Et lorsque, même les super promos sont encore trop chères, il reste les restos du cœur…

Un modèle sans aucun scrupule. C’est ce qui fait sa force. Et ce n’est pas parce qu’il donne l’impression qu’il est à bout de souffle, que ses plus belles années sont derrière lui !

Après les étapes de plaine, vient la montagne. Les premières vraies difficultés. L’enchainement des cols. L’hécatombe dans le peloton. Les points de bonification au sommet pour les premiers. Un scénario connu.

Les prix du pétrole, du gaz et l’électricité s’envolent. La pente est raide. Les « talents », comme les appellent désormais les recruteurs, sont introuvables. Les porteurs d’eau ont mis pied à terre. L’inflation menace. Il faut remplir les bidons. Derrière le col, c’est la descente. Encore un effort. De l’autre côté, c’est la « plus belle avenue du monde », les Champs-Élysées. La fête promet d’être belle, comme toujours. Ceux qui ont rendu leur dossard au bord de la route n’y participeront pas. C’est « la dure loi du sport » comme aiment à le répéter les commentateurs sportifs amateurs de clichés.

Prolongeons la métaphore sportive. L’Arc de Triomphe est encore loin. Ne prenons pas l’actuel faux plat pour un col première catégorie. Restons lucide, même si la douleur commence à se faire ressentir. Les vraies difficultés sont encore à venir.

Je ne parle pas des files d’attente interminables aux postes d’inspection filtrage dans les aéroports et des annulations de vols en cascade, cet été. Ces désagréments ponctuels ne constituent qu’un épiphénomène. Tout au plus un hors d’œuvre… Seule une minorité de la population est concernée. Celle qui part en vacances.

Rendez-vous à la rentrée. Les aides publiques diverses, aussi appréciables soient elles sur l’instant, ne font que retarder les échéances, en entretenant artificiellement le sacro-saint modèle. Existe-t-il une alternative ?

Nous avons vécu à crédit trop longtemps sans l’admettre. Cet hiver, nous risquons de devoir choisir entre voyager et se chauffer. Et si, à défaut de gaz russe, nous en venons à mettre du charbon dans la chaudière, c’est la planète qui va manquer d’air.

Gil Roy

Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable est reconnue. Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

2 commentaires

array(1) { [0]=> int(4415) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Comme j’ai eu l’occasion de vous le dire de vive voix, lors de la conférence organisée par L’ISAE-SupAero et l’ENAC à Toulouse le mois dernier, ayant pour thème l’aviation propre, j’aime beaucoup vos articles paraissant le dimanche.
    Et celui-ci est un des meilleurs que j’ai eu l’occasion de lire.
    Non seulement je partage entièrement votre point de vue, mais j’adore également votre sens de l’humour, qui éclate littéralement avec votre dernière phrase en conclusion.
    Un très très grand bravo!!
    Bien cordialement
    Gérard Darteyre
    Vice-Président d ‘ISAE-ENSMA Alumni

    Répondre
  • Un romain, déjà, écrivait que l’homme est un loup pour l’homme ☹

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(4415) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(4415) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.